Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 1996
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

22 - QOC 96-175 Question de M. Claude GOASGUEN à M. le Maire de Paris concernant la fiabilité des digicodes à Paris, notamment dans le 16e arrondissement.

Débat/ Conseil municipal/ Mai 1996




M. Jean-François LEGARET, adjoint, président.- La question suivante de M. Claude GOASGUEN à M. le Maire de Paris concerne la fiabilité des digicodes à Paris, notamment dans le 16e arrondissement.
En voici la teneur :
"A Paris, et notamment dans le 16e arrondissement, le digicode a montré ses limites.
Réservés, au départ, aux seuls facteurs et employés d'E.D.F., puis aux artisans et aux entreprises de nettoyage, les passes de digicode se sont multipliés au profit de distributeurs de prospectus, démarcheurs à domicile, jusqu'aux voleurs eux-mêmes.
Reproduites chez n'importe quel serrurier de quartier, la prolifération de ces petites clefs pose un problème de sécurité.
La Mairie de Paris ne pourrait-elle pas envisager une mise à l'étude sérieuse et rapide d'un système qui pallierait les effets pervers de cette technique obsolète ?
M. Claude GOASGUEN n'ignore pas qu'une carte électromagnétique est à l'essai dans la ville de Caen. Mais ne pourrait-on pas accélérer les recherches afin de régler, le plus rapidement possible, ce problème qui soulève beaucoup d'inquiétude dans certains quartiers."
Je vous donne la réponse au lieu et place M. Michel BULTÉ, adjoint.
L'utilisation abusive par des tiers de "passe-digicodes" réservés aux préposés de la Poste fait actuellement l'objet d'une étude par la Direction des Postes.
Par ailleurs, une expérience à base de cartes d'accès électromagnétiques est en cours à Caen (Calvados).
Lorsque les résultats de l'étude de la Direction des Postes et de l'expérience de la ville de Caen seront connus, et sous réserve qu'ils soient concluants, une expérimentation pourra être entreprise dans les immeubles sociaux relevant de la Ville de Paris.
Quant à une éventuelle extension de l'expérience aux immeubles du secteur privé, naturellement, il appartiendra à leurs propriétaires d'en décider au vu des résultats obtenus.