Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

11 - III- Question d'actualité de M. Georges SARRE et des membres du groupe du Mouvement des citoyens à M. le Maire de Paris relative au projet "Edouard VII", qui sera édifié sur le site de l'Olympia.

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 1995




M. LE MAIRE DE PARIS.- La parole est à M. SARRE pour sa question concernant le site de l'Olympia.

M. Georges SARRE.- Merci, mais c'est M. AUTEXIER qui exposera la question.

M. Jean-Yves AUTEXIER.- Monsieur le Maire, cette question porte sur le projet dénommé "Edouard VII," du nom de la rue qui le jouxte, et qui concerne la modernisation du site de l'ancien Olympia.
Ce projet comprend la reconstitution à l'identique de cette salle de music-hall de l'Olympia, ce que nous approuvons. Les Parisiens y sont attachés. Mais le projet prévoit aussi 36.000 mètres carrés de bureaux et 6.800 mètres carrés de logements dans ce 9e arrondissement où le logement social manque cruellement, mais où la crise des bureaux frappe très sévèrement.
Compte tenu de cette conjoncture immobilière, compte tenu des besoins d'un quartier qui est désert le soir parce que les bureaux sont vides et qu'il n'y a plus de logements, qui devient un centre de Paris vide, triste, compte tenu de cette réalité, le projet parait tout à fait inadapté.
Il prévoit en plus de cela une surface commerçante près de trois fois supérieure à celle qui existe et qui, on peut le craindre, ne sera sans doute pas vouée au commerce de proximité, c'est-à-dire que la vie de quartier est absente de ce secteur.
Etait-il, Monsieur le Maire, opportun que la Ville donnât son aval à un projet pareil, un projet privé certes, mais qui va contribuer à alourdir les difficultés de circulation puisque la rue Caumartin et la rue Edouard VII sont étroites, sont encombrées ? M. BULTÉ citait tout à l'heure Mme de Stael : "comprendre, c'est pardonner". Dans cette affaire, permettez-moi de vous dire que votre projet est incompréhensible et impardonnable. Est-ce que vous comptez reprendre cette affaire ?

M. LE MAIRE DE PARIS.- M. LEGARET a la parole.

M. Jean-François LEGARET, adjoint.- Le projet de restructuration de l'îlot Edouard VII, qui a fait l'objet de la délivrance d'un permis de construire le 10 novembre 1995, est un projet privé à l'initiative du propriétaire des immeubles concernés, à savoir la Société générale.
L'autorisation d'un tel projet ne résulte pas de considérations d'opportunité de la part de la Mairie de Paris mais est la conséquence d'une procédure engagée dans le cadre de la réglementation d'urbanisme, et en particulier du P.O.S.
Ce projet, il faut à cet égard le souligner, est situé en zone financière du P.O.S., c'est-à-dire la zone UF où les bureaux bénéficient du même C.O.S. que l'habitation.
Il a fait l'objet d'une demande de permis de construire le 4 mai 1995, demande instruite en application des dispositions de l'article 14 qui permet la reconstruction d'immeubles existants dans la limite de leur densité initiale. C'est ce qu'on appelle le C.O.S. de fait.
En ce qui concerne les bureaux, cette disposition ne permet d'autoriser que des projets comportant une part de bureaux inférieure ou égale à la situation existante.
Pour l'appréciation de cette situation, ne sont bien entendu pris en compte que les bureaux dont la qualification juridique est confirmée notamment au titre de l'article L. 631-7 du Code de la construction et de l'habitation.
C'est ainsi que pour le dossier "Edouard VII", la part de bureaux dans le programme est passée de 75 % dans l'existant, à 63 % dans le projet futur. Celui-ci comporte une certaine dédensification. La surface nette hors oeuvre passe de 76.000 mètres carrés à 71.000 mètres carrés dans le projet.
Ce projet a, par ailleurs, recueilli l'ensemble des accords nécessaires, en particulier celui du Ministère de la Culture au titre de la protection des salles de spectacles, ainsi qu'au titre de la protection des Monuments historiques et de leurs abords.
On peut, sur ce point, rappeler que le transfert de la salle de billard de l'Olympia, classée Monument historique, a été approuvé ainsi que les modalités de reconstruction de la salle de spectacles elle-même.
L'ensemble des accords nécessaires étant obtenus, et le projet répondant aux normes réglementaires du P.O.S., rien n'aurait pu autoriser la Ville à empêcher la délivrance du permis de construire.
La salle de spectacles, je le rappelle, sera refaite à l'identique.
En ce qui concerne les logements, on peut préciser que les surfaces d'habitation ont augmenté. Elles passent de 6.150 mètres carrés à 6.798 mètres dans le projet, ce qui correspond à une augmentation de plus de 10 %... 10,4 très exactement.
Il s'agit de logements libres, et ces logements éparpillés dans la situation existante, ont été regroupés en queue d'îlot à proximité du théâtre Edouard VII dans un bâtiment spécifique, ce qui est une situation beaucoup plus satisfaisante que celle que l'on constate à l'heure actuelle.
Je vous remercie de votre attention.

M. LE MAIRE DE PARIS.- Merci, Monsieur LEGARET.