Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 1996
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

84 - 1996, D. 520- Réalisation par la R.I.V.P. d'un programme de construction comprenant 51 logements locatifs intermédiaires, un commerce et 80 places de stationnement situé boulevard Vincent-Auriol, rue George-Balanchine, rue Jean-Arp, dans la Z.A.C. "Paris-Seine-Rive gauche", lot T1/A4 (13e).- Participation de la Ville de Paris au financement de l'opération et octroi de sa garantie pour le service des intérêts et l'amortissement des emprunts à contracter par la R.I.V.P.- Autorisation à M. le Maire de Paris de souscrire un avenant à la convention du 11 janvier 1979 signée avec ladite société.

Débat/ Conseil municipal/ Mai 1996




M. Jean-François LEGARET, adjoint, président.- Nous passons au projet de délibération D. 520 concernant la réalisation d'un programme de construction situé dans la Z.A.C. "Paris-Seine-Rive gauche".
Madame SCHNEITER, vous avez la parole.

Mme Laure SCHNEITER.- Monsieur le Maire, je m'étonne de voir ce projet de délibération à l'ordre du jour.
Vous nous proposez encore un programme de construction de logements locatifs intermédiaires pour lesquels la demande est faible, alors que Paris souffre d'un déficit de logements sociaux. Mais surtout, vous voulez lancer un programme de construction sur la Z.A.C. "Paris-Seine-Rive gauche", alors même qu'une nouvelle enquête publique sur le Plan d'aménagement de zone doit avoir lieu dans les mois qui viennent.
De nombreux élus, beaucoup d'habitants du 13e vous demandent de réorienter ce projet afin d'éviter une véritable déroute économique, sociale et urbanistique.
Vous avez dit que cette Z.A.C. était un projet s'étalant sur au moins 20 ans et qu'il était possible d'y apporter de substantielles modifications. Alors pourquoi continuer à construire comme si de rien n'était ?
Je conseille à mes collègues qui ne se seraient pas encore promenés dans ce secteur d'aller y faire un tour. Les blocs d'immeubles posés comme des cubes les uns à côté des autres sans espace, sans volumes clairement dessinés, sans dégagement, ne correspondent certainement pas à l'urbanisme nouveau, à la fois inventif et à visage humain, que vous nous promettez.
Je vous demande donc, chers collègues, Monsieur le Maire, d'attendre la modification du P.A.Z. pour que nous nous prononcions sur la suite des opérations.

M. Jean-François LEGARET, adjoint, président.- La parole est à M. BULTÉ.

M. Michel BULTÉ, adjoint, au nom de la 6e Commission.- Merci, Monsieur le Maire.
Je rappelle que ce projet de délibération a reçu l'avis favorable du Conseil du 13e arrondissement et de la majorité du 13e arrondissement.
Je rappelle à nouveau à Mme SCHNEITER que ce sont bien évidemment des logements sociaux à 53 F le mètre carré que nous allons réaliser sur un programme envisagé depuis un certain temps.
Il est normal que nous poursuivions la politique de développement du logement social pour laquelle nous nous sommes engagés, notamment sur une production, je le rappelle, de près de 4.500 logements par an dans Paris, ce qui est une nécessité. Il serait dommage aujourd'hui de priver les Parisiennes et les Parisiens de la possibilité d'obtenir un logement dans ce secteur difficile de Paris dans les mois qui viennent.
Je souhaite bien entendu que l'on donne un avis favorable à la réalisation de ce programme.

M. Jean-François LEGARET, adjoint, président.- Je mets aux voix, à main levée, ce projet de délibération.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté à la majorité, les groupes socialiste et apparentés, communiste, du Mouvement des citoyens, Mmes SILHOUETTE, SCHERER, BILLARD, MM. BLET, DUMAIT et MESMIN ayant voté contre, Mme SCHNEITER et M. REVEAU s'étant abstenus. (1996, D. 520).