Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 1996
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

81 - 1996, D. 556- Déclassement partiel de la voie Jean-Baptiste-Poquelin (1er).- Modification de l'état de division en volume du Forum-des-Halles.- Autorisation à M. le Maire de Paris de souscrire un avenant, portant augmentation d'emprises, au bail à construction avec la Société civile du Forum-des-Halles, le 29 novembre 1985.

Débat/ Conseil municipal/ Mai 1996




M. Jean-François LEGARET, adjoint, président.- Nous passons à l'examen du projet de délibération D. 556 relatif au déclassement partiel de la voie Jean-Baptiste-Poquelin dans le Forum-des-Halles.
Je donne la parole à M. LE GARREC.

M. Alain LE GARREC.- Merci, Monsieur le Maire.
Quand le Forum-des-Halles a été inauguré, il devait être une vitrine pour le commerce haut de gamme. Bien des années après la situation a quelque peu changé, les grands noms ont disparu et les commerces ferment les uns après les autres, et si la situation n'est pas catastrophique, elle s'en approche.
Vous nous demandez aujourd'hui de déclasser la voie Jean-Baptiste-Poquelin niveau moins 1 pour permettre l'installation d'une moyenne surface qui, d'après une étude, représente l'avenir du Forum-des-Halles, car, et je cite : "Il est dans l'intérêt de la Ville de ne pas laisser se développer une friche commerciale dans cet endroit stratégique de Paris".
Grandeur et décadence, et réapparition virtuelle du trou des Halles !
Nous voterons contre ce projet de délibération qui n'est qu'une fuite en avant pour faire croire que l'on y fait quelque chose. Je crois pour ma part que c'est dans le cadre d'une étude globale et prospective que nous pourrons nous prononcer pour telle ou telle solution.
Le Maire du 1er arrondissement refuse depuis des mois que ce sujet soit abordé, préférant, nous en voyons le résultat, s'en remettre à la loi du marché, à la libre entreprise. Cela ne nous empêchera pas d'être responsables et de proposer le voeu suivant- je crois qu'il est en train d'être distribué -, je le lis : "Considérant la situation préoccupante de nombreux commerces dans le Forum-des-Halles,
Considérant le nombre important de commerces fermés et le risque de friche commerciale qui pourrait en découler,
Le Conseil de Paris émet le voeu qu'un état des lieux et une étude prospective soient effectués dans les meilleurs délais.
Les résultats de ces études seront remis à une commission ad hoc qui fera des propositions au Maire de Paris".
Merci.

(Applaudissements sur les bancs des groupes socialiste, du Mouvement des Citoyens et communiste).

M. Jean-François LEGARET, adjoint, président.- Madame COUDERC, vous avez la parole.

Mme Anne-Marie COUDERC, adjoint, au nom de la 6e Commission.- Je vous remercie, Monsieur le Maire.
Je voudrais rappeler qu'effectivement le Forum-des-Halles a été conçu selon les schémas de distribution qui prévalaient à l'époque, et qui ont naturellement évolué depuis son ouverture, il y a environ 17 ans.
Une modernisation est donc apparue nécessaire à ses responsables, d'autant, il est vrai, que de nombreuses boutiques ont récemment fermé leurs portes.
Le Forum, incontestablement, n'est plus situé à l'avant-garde de la distribution, comme il l'a longtemps été, et l'expérience de ses dirigeants les conduit à envisager désormais de revoir les choses.
Les propositions d'Espace Expansion, gestionnaire des espaces commerciaux, résultent d'une étude sur le secteur du Forum, mais également de la connaissance particulière qu'il possède dans le domaine des galeries commerciales, puisqu'il gère des centres parmi les plus importants situés dans la région parisienne et en province.
Les dirigeants d'Espace Expansion ont ainsi souhaité que la Ville accepte de prendre en considération le fait qu'ils n'ont plus de demande pour des boutiques, mais qu'ils reçoivent en revanche des offres nombreuses pour la location de moyennes surfaces.
Or, une restructuration de ce type implique au Forum d'avoir préalablement déclassé une partie de l'espace constitué par des cheminements piétonniers, puisqu'il s'agit exclusivement de domaine public, en raison de l'implantation au troisième sous-sol de la station de la R.A.T.P. et de la gare du R.E.R.
C'est la raison pour laquelle un projet relatif au déclassement d'une surface de 214 mètres carrés est présenté à cette séance afin qu'elle puisse être incorporée dans les surfaces déjà louées par Espace Expansion dans le cadre du bail à construction qui lui a été consenti par la S.E.M.A.H.
Ceci étant, l'autorisation d'implantation d'une surface relève d'abord de la compétence de la Commission départementale d'équipement commercial, et le Conseil de Paris doit se prononcer sur la procédure rendant possible cette saisine.
J'aimerais dire, à ce propos, que les commerçants riverains sont pour leur part tout à fait favorables à cette idée et l'ont fait savoir à l'adjoint compétent, M. Gérard LEBAN.
J'ajoute que la Ville veillera à ce qu'un bon équilibre entre les moyennes surfaces et le petit commerce soit en tout état de cause maintenu au sein du Forum.
Vis-à-vis du voeu tendant au lancement d'une étude générale sur l'avenir du Forum que M. LE GARREC vient de nous communiquer, je suis pour ma part tout à fait opposée à l'engagement par la Ville d'un tel travail et je ne peux que m'opposer à l'adoption de ce voeu.
Bien sûr, la Ville est soucieuse de préserver la qualité de cet équipement qui est majeur pour l'animation de la Capitale.
Toutefois, elle en a confié la gestion à une société compétente qui, je viens de l'indiquer, fait preuve du plus grand dynamisme. Je ne vois donc pas aujourd'hui ce qu'une étude ciblée sur le Forum-des-Halles pourrait par ailleurs apporter. Mais nous pourrions en étudier l'opportunité ultérieurement si la demande en était faite formellement.
Je tiens cependant à rappeler qu'au cours de la mandature, la Ville de Paris, en liaison étroite avec la Chambre de commerce et d'industrie de Paris, doit mettre en place des schémas d'arrondissement de réactivation du commerce et de l'artisanat sur tout le territoire parisien, témoignant ainsi de la priorité qu'elle attache à la vitalité commerciale de l'ensemble des quartiers parisiens, et celui-ci en est un, tout particulièrement.
C'est la raison pour laquelle je vous demanderai de bien vouloir voter ce projet de délibération tel qu'il vous est présenté et de rejeter le voeu du groupe socialiste.

(Applaudissements sur les bancs des groupes "Rassemblement pour Paris" et "Paris-Libertés").

M. Jean-François LEGARET, adjoint, président.- Je remercie Mme COUDERC.
Je mets tout d'abord aux voix, à main levée, la proposition de voeu qui nous est présentée par le groupe socialiste.
Qui est pour l'adoption de ce voeu ?
Qui est contre ?
Abstentions ?
La proposition de voeu est repoussée à la majorité, les groupes "Rassemblement pour Paris" et "Paris-Libertés ayant voté contre et Mme SCHNEITER s'étant abstenue.
Je mets à présent aux voix, à main levée, le projet de délibération D. 556-1°.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté à la majorité, les groupes socialiste et apparentés, communiste, du Mouvement des citoyens, Mmes SILHOUETTE, SCHERER, BILLARD, MM. BLET et REVEAU ayant voté contre, Mme SCHNEITER, MM. DUMAIT et MESMIN s'étant abstenus. (1996, D. 556-1°).
Je mets ensuite aux voix, à main levée, le projet de délibération D. 556-2°.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté à la majorité, les groupes socialiste et apparentés, communiste, du Mouvement des citoyens, Mmes SILHOUETTE, SCHERER, BILLARD, MM. BLET et REVEAU ayant voté contre, Mme SCHNEITER, MM. DUMAIT et MESMIN s'étant abstenus. (1996, D. 556-2°).
Je mets enfin aux voix, à main levée, le projet de délibération D. 556-3°.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté à la majorité, les groupes socialiste et apparentés, communiste, du Mouvement des citoyens, Mmes SILHOUETTE, SCHERER, BILLARD, MM. BLET et REVEAU ayant voté contre, Mme SCHNEITER, MM. DUMAIT et MESMIN s'étant abstenus. (1996, D. 556-3°).