Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 1996
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

41 - QOC 96-210 Question de MM. Georges SARRE, Jean-Yves AUTEXIER et des membres du groupe du Mouvement des citoyens à M. le Maire de Paris relative au projet d'extension du collège Jean-Baptiste-Clément (20e).

Débat/ Conseil municipal/ Mai 1996




M. Jean-François LEGARET, adjoint, président.- La question suivante de M. Georges SARRE et de M. Jean-Yves AUTEXIER à M. le Maire de Paris est relative au projet d'extension du collège Jean-Baptiste Clément.
Elle est ainsi rédigée :
"La construction prochaine de 170 logements dans le quartier "Mare-Cascades" va accroître considérablement le nombre d'habitants dans ce secteur du 20e arrondissement.
C'est pourquoi MM. Georges SARRE, Jean-Yves AUTEXIER et les membres du groupe du Mouvement des citoyens demandent à M. le Maire de Paris si la Ville entend donner suite au projet d'extension du collège Jean-Baptiste-Clément, demandé par les parents d'élèves et le corps enseignant de cet établissement, ceci conformément aux engagements récents de la Direction des Affaires scolaires."
Je vous communique les éléments de réponse au lieu et place de M. Claude GOASGUEN, adjoint.
La nécessité d'augmenter les capacités d'accueil des collèges dans le 20e arrondissement est reconnue tant par l'Académie que par le Département de Paris.
Sur le secteur d'accueil du collège Jean-Baptiste-Clément, le besoin a été estimé à 4 divisions supplémentaires.
Des études préliminaires envisageant l'extension du collège Jean-Baptiste-Clément sur le terrain du 20, rue Henri-Chevreau ont été effectuées et présentées à la communauté scolaire.
Mais ces études ne sont satisfaisantes ni sur le plan technique, ni sur le plan financier.
Ainsi, l'extension des bâtiments sur la rue interdit l'accessibilité aux sapeurs-pompiers des façades des bâtiments arrières du collège.
Le respect de ces contraintes réglementaires en matière de sécurité suppose donc de démolir ou de désaffecter plus de 400 mètres carrés de locaux scolaires existants pour préserver une accessibilité suffisante sur l'arrière.
Ces 400 mètres carrés devraient naturellement être recréés dans la nouvelle construction. Il en résulte un coût disproportionné par rapport à l'objectif à atteindre.
La collectivité a toutefois le souci de répondre à terme aux besoins scolaires locaux.
Dans l'attente d'une solution définitive, l'accent est mis sur l'amélioration des conditions de fonctionnement. C'est ainsi que dès la rentrée de septembre 1995, une nouvelle salle de cours a été créée dans un volume mal utilisé du bâtiment sur rue. La collectivité est de plus ouverte à toute nouvelle suggestion d'amélioration des bâtiments existants.
Les services municipaux avec l'Académie de Paris étudient parallèlement les possibilités d'accueil dans les autres établissements existants dans le secteur. Il convient de rappeler par ailleurs que des extensions sont programmées ou prévues sur les collèges Gambetta et Matisse qui, d'ores et déjà, apportent des réponses à une partie des besoins de l'arrondissement.