Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 1996
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

19 - QOC 96-168 Question de M. Roger CHINAUD à M. le Préfet de police sur le renforcement de la surveillance policière, place des Abbesses (18e).

Débat/ Conseil municipal/ Mai 1996




M. Jean-François LEGARET, adjoint, président.- Nous débutons par les questions des groupes "Paris-Libertés" et "Rassemblement pour Paris".
Nous avons d'abord la question 96-168 de M. Roger CHINAUD.
Je vous en donne lecture :
"M. Roger CHINAUD demande à M. le Préfet de police d'augmenter les effectifs de police place des Abbesses (18e), où l'on recense un centre d'animation pour enfants, un square, une crèche et un collège.
En effet, au fond de ce square, il y a un escalier menant au centre d'animation et, actuellement, une grille cadenassée en ferme l'accès.
A plusieurs reprises, les mamans ont été témoins d'événements scandaleux.
De l'autre côté de la grille, de jeunes dealers viennent chercher la drogue cachée dans le mur. Quelques instants plus tard, ils revendent leur marchandise à de jeunes lycéens du collège Yvonne-Le-Tac et ce, ouvertement. Les jeunes femmes qui observaient ces scènes se sont fait insulter.
Une surveillance policière accrue de ce secteur s'avère donc nécessaire et urgente."
La parole est à M. le Représentant du Préfet de police.

M. LE REPRÉSENTANT DU PRÉFET DE POLICE.- Située à proximité de la Butte Montmartre et du quartier Pigalle, la place des Abbesses est un lieu touristique de la Capitale très fréquenté, dont la position géographique entraîne la présence permanente d'une population mouvante.
Ce secteur fait l'objet d'une attention toute particulière de la part des services de police et les surveillances soutenues effectuées ont permis de constater que le climat d'insécurité ressenti par les riverains est essentiellement dû aux agissements de 35 jeunes oisifs, se regroupant alternativement place des Abbesses, dans le square Jehan-Rictus contigu à la place, dans l'enceinte de la station du métropolitain ou près de la Butte-Montmartre.
Pour lutter contre les nuisances occasionnées par cette bande, des instructions sont régulièrement données aux effectifs locaux de police, et notamment aux îlotiers de la vigie Abbesses, pour que toute infraction constatée soit systématiquement verbalisée et que des contacts soient maintenus avec les responsables des établissements scolaires du quartier, le centre d'animation pour enfants et le gardien du square.
Une équipe de 12 fonctionnaires est plus particulièrement chargée d'assurer une surveillance permanente du quartier de la Butte Montmartre et d'endiguer les troubles causés par les vendeurs à la sauvette, les voleurs à la tire et autres perturbateurs.
S'agissant des faits liés au trafic de stupéfiants et à la toxicomanie, le square Jean-Rictus permet aisément aux vendeurs, essentiellement de cannabis, de se livrer à des transactions, tout en pouvant échapper à une intervention policière.
Toutefois, les différentes surveillances effectuées par les services spécialisés de police, n'ont pas permis de déceler un mode opératoire particulier.
Face à cette situation et malgré la configuration difficile du quartier, les diverses actions menées dans ce secteur, depuis le début du mois de février 1996, par les effectifs de police du 18e arrondissement, soutenus dans le cadre des opérations de sécurisation par des fonctionnaires des compagnies républicaines de sécurité et des compagnies de district, ont abouti à la mise à disposition de la police judiciaire de 471 individus, dont 87 pour des infractions à la législation sur les stupéfiants.
Par ailleurs, des opérations ponctuelles ont été réalisées par les services de police judiciaire depuis le début de l'année, ayant conduit notamment le 3 avril dernier à l'interpellation de 21 personnes dont une a fait l'objet d'une procédure judiciaire pour détention de stupéfiants. A cette occasion, une cachette renfermant une dizaine de barrettes de haschich était découverte dans le square.
Quoi qu'il en soit, les efforts entrepris seront poursuivis, voire intensifiés dans ce secteur pour assurer la sécurité des personnes.
Enfin, je puis rappeler que le 18e arrondissement fort de plus de 500 policiers en tenue, se classe au 2e rang des arrondissements parisiens les mieux dotés en effectifs de police.