Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 1996
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

95 - 1996, P. 284- Subvention aux Ateliers d'artistes de Belleville, 48, rue Ramponeau (20e).

Débat/ Conseil municipal/ Mai 1996




M. Jean-François LEGARET, adjoint, président.- Nous passons au projet de délibération référencé P. 284 accordant une subvention aux Ateliers d'artistes de Belleville, rue Ramponeau.
La parole est à M. BLOCHE.

M. Patrick BLOCHE.- Le week-end dernier, avaient lieu "les portes ouvertes" des ateliers d'artistes de Belleville.
Un certain nombre de collègues, comme Pierre MANSAT, ont pu constater un afflux de population absolument extraordinaire. Ces "portes ouvertes" n'ont pas lieu que dans le quartier de Belleville. Elles se tiennent également à la Bastille, dans le 13e et dans un certain nombre d'autres arrondissements parisiens. Elles connaissent un succès populaire indéniable.
Pour reprendre mon intervention de ce matin lors du débat sur la politique culturelle de la Ville, je pense que ces "portes ouvertes" offrent la possibilité à des gens qui n'ont pas un accès habituel aux arts plastiques par une fréquentation des musées ou des galeries, de pouvoir rencontrer des artistes et de pouvoir faire connaissance, si j'ose m'exprimer ainsi, avec un certain nombre d'oeuvres artistiques.
Le projet de délibération qui nous est soumis, voit la subvention attribuée à l'association "Les ateliers d'artistes de Belleville" passer de 20.000 F à 25.000 F, soit une modeste augmentation de 5.000 F dont je me réjouis néanmoins.
Les artistes plasticiens sont très bien implantés dans les quartiers où sont installés leurs ateliers. Ils connaissent bien la réalité sociale de l'environnement où ils travaillent.
Ils bouillonnent d'idées, ont des projets sympathiques et contribuent pleinement à ce que la culture ait une fonction d'intégration.
Vous nous avez précisé ce matin, Monsieur le Maire, que les opérations "portes ouvertes" bénéficiaient globalement d'une somme de 350.000 F.
350.000 F, c'est moins d'un millième du total des subventions culturelles municipales. Aussi, je souhaitais profiter de l'examen de ce projet de délibération pour demander que soit vraiment pris en compte tout ce que font ces associations d'artistes plasticiens et que soit envisagé à l'avenir un effort plus important de la Ville notamment lorsque ces associations concoivent des projets qui vont au-delà des opérations "portes ouvertes".

M. Jean-François LEGARET, adjoint, président.- Monsieur BLET, vous avez la parole.

M. Jean-François BLET.- Je serai bref : je souhaitais intervenir dans le même sens que notre collègue. Ces opérations "portes ouvertes" vont bien au-delà de la simple ouverture d'ateliers d'artistes. Elles sont devenues effectivement un élément d'animation des quartiers. Je dirai même un élément de rayonnement qui va au-delà des quartiers de Paris.
Les visiteurs viennent de province et de l'étranger pour visiter ces ateliers. Plus de 200 ateliers ont été ouverts ce week-end à Belleville. Le public s'y presse par milliers et par dizaines de milliers, si j'en crois la presse. La fourchette se situe entre 30.000 et 40.000 personnes. Donc ce que je souhaiterais, c'est que le montant des subventions puisse effectivement, dans l'avenir, être réévalué.
Il faut donc qu'on s'interroge sur l'ampleur de ces opérations, sur leur importance, sur la nécessité de les aider car la demande était de 50.000 F. La subvention qui est proposée est de 25.000 F. Cela ne fait même pas un franc par visiteur.
Compte tenu je dirai de l'ampleur de ces manifestations, cela me paraît bien léger si on le rapporte au montant global des subventions de la Ville de Paris et l'effort était crescendo. Le fait d'être arrivé à un montant de 350.000 F est important si on les rapporte au milliard de subventions distribuées annuellement par la Ville.
Vous conviendrez que l'on devrait pouvoir singulièrement rehausser le montant des subventions à condition de faire de ces opérations "portes ouvertes" un axe de développement culturel fort pour notre Capitale.

M. Jean-François LEGARET, adjoint, président.- Je donne la parole à Mme MACÉ de LÉPINAY pour répondre aux deux orateurs.

Mme Hélène MACÉ de LÉPINAY, adjoint, au nom de la 4e Commission.- Mes chers collègues, je dois dire que je partage votre opinion. Toute initiative visant à promouvoir les artistes plasticiens localement doit être favorisée, les artistes étant, comme vous le disiez, bien implantés dans leur quartier.
L'organisation de ces journées "portes ouvertes" permet effectivement d'ouvrir des ateliers au public et offre au public la possibilité de rencontrer les artistes. C'est d'ailleurs pourquoi, dès 1995, la Ville s'est associée aux premières initiatives prises dans le 11e arrondissement.
Depuis cette date, ce ne sont pas 350.000 F, mais 365.000 F que nous consacrons aux opérations qui ont effectivement essaimé dans les 10e, 6e, 14e, 18e et 20e arrondissements.
Ce mouvement a été accompagné par la Ville, comme je viens de vous le dire. La somme qui lui est consacrée est importante. La très forte augmentation que nous avons vue ces dernières années ne pourra pas, je pense, être poursuivie dans les mêmes proportions. Je peux vous donner cependant l'assurance que je veillerai personnellement à ce que l'effort en faveur de ces opérations soit néanmoins poursuivi.

M. Jean-François LEGARET, adjoint, président.- Je remercie Mme MACÉ de LÉPINAY.
Je mets aux voix, à main levée, ce projet de délibération.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté à la majorité, MM. DUMAIT et MESMIN s'étant abstenus et M. REVEAU ayant voté contre. (1996, P. 284).