Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2005
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  
Déliberation

Vœu relatif au soutien solennel de la Ville de Paris aux 134 communes américaines qui se sont engagées à respecter le protocole de Kyoto.

Déliberation/ Conseil municipal/ Juillet 2005 [2005 V. 301]


Délibération affichée à l?Hôtel-de-Ville
et transmise au représentant de l?Etat le 29 juillet 2005.
Reçue par le représentant de l?Etat le 29 juillet 2005.

Le Conseil de Paris, siégeant en formation de Conseil municipal,

Le sommet du G8 qui s?est déroulé il y a quelques jours n?a vu aucun infléchissement notable de la politique de l?administration Bush en vue de tout engagement contraignant des Etats-Unis en matière de réduction des gaz à effets de Serre.

Pire, la ratification du Protocole de Kyoto par l?administration Bush est écartée d?un revers de la main, en arguant de l?excuse que le ?Protocole de Kyoto serait ?pourri? et qu?il ruinerait l?économie américaine? alors même que les Etats-Unis (5 % de la population de la planète) sont le premier pollueur au monde, ?générant selon les calculs entre 21 et 25 % des émissions de gaz à effet de serre?. Pourtant, une majorité d?Américains semble aujourd?hui convaincue qu?il ?existe de preuves scientifiques du réchauffement?, ce qui ne va toujours pas de soi pour George W Bush et son administration.

Dans ce contexte, même le Sénat des Etats-Unis (pourtant dominé par les Républicains) a adopté une loi sur l?énergie légèrement plus contraignante que ce que ne le souhaitait l?administration Bush.

Pourtant, depuis quelques mois, c?est d?une initiative locale qu?est venu le changement le plus spectaculaire aux Etats-Unis. Dans 35 Etats, 134 Maires Américains ont pris le pari de respecter dans leur ville les engagements du Protocole de Kyoto, d?ici à 2012. L?ensemble de ces communes (dont Los-Angelès, Seattle, la Nouvelle-Orléans ou Salt Lake City) représentent 30 millions de citoyens soit un peu plus de 8 % de la population américaine. A l?origine majoritairement Démocrates ou écologistes, les Maires de ces communes ont été rejoints par 12 Maires républicains dont la ville de New-York. Dans le même ordre d?idée, des gouverneurs d?Etat ont annoncé des initiatives qui vont dans le même sens.

La ville de Salt Lake City par exemple est devenue le consommateur d?électricité produite à base d?énergie éolienne le plus important des Etats-Unis.

Le but de la majorité de ces Maires est d?abord de démontrer que l?argument de George W Bush (l?économie américaine ne supporterait pas ces restrictions) est faux.

Alors que l?Europe en est déjà à réfléchir à l?après Kyoto (dont l?échéance arrive en 2012) et aux conditions pour impliquer à la fois des pays émergeants tels l?Inde ou la Chine et les Etats-Unis, qui représentent plus de la moitié des émissions, il est important d?envoyer un signe fort à toutes les initiatives qui vont dans le sens d?une réduction des gaz à effet de serre.

Dès lors, il est du devoir de la ville de Paris, parce qu?elle est la plus grande agglomération de France et qu?elle tente elle-même de mener une politique de réduction des gaz à effet de serre d?apporter son soutien à l?initiative de ses consoeurs américaines. Ce soutien est d?autant plus important qu?il peut revêtir une symbolique forte pour le peuple américain. La France peut entendre ainsi démontrer via sa capitale qu?elle peut soutenir certaines initiatives américaines quand celles-ci vont dans le bon sens.

Voilà pourquoi, sur proposition de Violette Baranda, Sylvain Garel, Anne Le Strat, Nicole Azzaro et du groupe des éluEs Verts, le Conseil de Paris

Emet le voeu :

Que la ville de Paris se déclare solidaire de l?initiative des 134 communes américaines qui ont décidé, à rebours de la politique de l?administration Bush, de respecter les engagements du Protocole de Kyoto.

Que le Maire de Paris, en tant que coprésident de ?Cités et Gouvernements Locaux Unis? propose à cette organisation mondiale de collectivités locales de soutenir également l?initiative de ces 134 communes américaines.