Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2001
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

60 - QOC 2001-116 Question de Mme Claire de CLERMONT-TONNERRE et des membres du groupe "Démocratie libérale et indépendants" à M. le Maire de Paris au sujet de la création d'un portail Internet consacré aux jeunes Parisiens

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2001


M. Jean-Bernard BROS, adjoint, président. - Nous passons à la question de Mme Claire de CLERMONT-TONNERRE à M. le Maire de Paris au sujet de la création d'un pôle Internet consacré aux jeunes Parisiens.
Elle est ainsi libellée :
"Mme Clémentine AUTAIN, adjointe chargée de la Jeunesse, a récemment évoqué l'idée de créer un "Portail Internet" consacré aux jeunes Parisiens. Cette initiative va dans le sens de la démocratisation d'Internet, ce qui paraît essentiel.
Néanmoins, cette politique ne peut avoir de sens que si elle est accompagnée en amont d'un programme ambitieux d'équipement des espaces publics et des élus : Internet étant un outil formidable pour accentuer la politique de transparence et de proximité de la Municipalité avec les Parisiens.
Dans cette perspective, Mme Claire de CLERMONT-TONNERRE et les membres du groupe "Démocratie libérale et indépendants" souhaiteraient savoir quelles dispositions M. le Maire de Paris envisage de prendre pour équiper les mairies d'arrondissement en bornes de consultation Internet, munies d'une connexion à haut débit (seul le haut débit, câble ou A.D.S.L., peut en même temps permettre une vraie démocratisation de l'Internet et assurer un coût réduit à la Municipalité du fait de son caractère illimité).
Par ailleurs, si l'on veut profiter de l'Internet comme outil de proximité et de communication des élus avec les Parisiens, il faut donner à la totalité des élus les moyens de répondre efficacement aux habitants. Actuellement, les élus sont pour les uns, insuffisamment équipés et, pour les autres, pas équipés du tout en matière d'informatique. Il faudrait y remédier le plus rapidement possible, l'Internet n'ayant d'intérêt que si l'on exploite sa pleine capacité interactive.
Cette question reflétant un vrai enjeu de modernisation de la Municipalité parisienne, Mme Claire de CLERMONT-TONNERRE et les membres du groupe "Démocratie libérale et indépendants" souhaiteraient donc savoir quelles mesures M. le Maire de Paris entend prendre pour que les 517 élus parisiens puissent disposer d'un équipement adapté et performant.
Si toutefois M. le Maire de Paris envisageait d'apporter une réponse positive aux aspects développés dans cette question, pourrait-il leur indiquer dans quels délais ce programme d'équipement des espaces publics et des élus pourrait être réalisé."
La parole est à Mme AUFFRAY, pour la réponse.
Mme Danièle AUFFRAY, adjointe. - C'est seulement le préambule de la question de Mme de CLERMONT-TONNERRE qui porte sur deux autres points auxquels je vais répondre.
Le premier point : Mme de CLERMONT-TONNERRE demande : "quelles dispositions vont être prises pour équiper les mairies d'arrondissement en bornes de consultation Internet munies d'une connexion à haut débit ?"
Je suis heureuse que le souci de Mme de CLERMONT-TONNERRE me permette de préfigurer rapidement l'action que nous voulons de notre côté entreprendre.
Comme vous le savez, la volonté de la nouvelle mandature est effectivement de développer l'accès des Parisiens aux nouvelles technologies de l'information et de la communication et de réduire la "fracture numérique", en clair : permettre à une majorité de Parisiens de bénéficier des facilités offertes par Internet.
La mise en place de bornes dans les mairies et dans d'autres lieux publics, tels les bibliothèques, les médiathèques ou les centres sportifs de la Ville, ne peut se faire qu'à la condition préalable que l'accès en soit gratuit pour tous.
Dans le cadre de ces bornes gratuites, il nous semblerait souhaitable que la navigation soit limitée, en cohérence avec le lieu où elle se trouve : contenus historiques et informations pour les visiteurs dans les sites touristiques, contenus bibliographiques dans les bibliothèques, etc.
Cependant, cette première approche laisse de côté la réduction de cette fameuse "fracture numérique" et nous avons l'intention de lancer d'autres initiatives pour l'année 2002. La première, dans le cadre de la politique menée par le comité interministériel pour la société de l'information sera l'ouverture à Paris en 2002 de plusieurs "espaces publics numériques" ou "cyberbases" - sachant qu'à Brest il y en a déjà 13 - labellisés par la Ville de Paris qui proposeront à tous dans des lieux aménagés à cet effet un accès gratuit au matériel informatique et à l'Internet - au minimum cinq postes et une initiation sous la forme d'un "passeport pour l'Internet et le multimédia" grâce à des médiateurs dont la première mission sera d'aider les personnes qui le souhaitent à acquérir les connaissances pratiques de base.
Les espaces publics numériques n'ont pas de but lucratif et peuvent donc être gérés indifféremment par des personnes publiques ou des associations.
Le deuxième point de la question intéresse, je pense, tous les conseillers et adjoints qui se trouvent ici et beaucoup m'ont déjà posé la question. Il est demandé quelles mesures nous entendions prendre pour que les 517 élus parisiens puissent disposer d'un équipement informatique et d'une liaison Internet leur permettant "de répondre efficacement aux habitants de Paris".
Dans ce domaine aussi, il faut bien reconnaître que l'immobilisme de nos prédécesseurs fait que les mairies d'arrondissement et le Conseil de Paris n'ont pas accès aux outils modernes qui auraient dû être mis normalement à leur disposition.
Il faudra attendre que mon collègue François DAGNAUD et moi-même tentions de remédier à cet état de fait.
Voici les dispositions prises à ce jour :
Premièrement, en ce qui concerne les mairies d'arrondissement, une évaluation récente des besoins en micro-ordinateurs fait apparaître la nécessité de 400 nouveaux postes additionnés aux 80 déjà (si l'on peut dire !) opérationnels. Le budget nécessaire pour couvrir ce besoin est d'environ 6 millions de francs. A ce budget, les mairies d'arrondissement étant peu câblées, il convient d'ajouter un budget spécifique de 1,2 million pour le câblage.
La dépense totale peut donc être évaluée de l'ordre de 7 à 8 millions de francs. Elle permettra d'équiper l'ensemble des maires et maires adjoints, leurs collaborateurs ainsi que les personnels de leur secrétariat, ce qui représente environ 480 personnes.
Pour le Conseil de Paris, un plan d'équipement et de renouvellement est également entrepris pour moderniser les outils de travail du Secrétariat général du Conseil de Paris, des Cabinets des maires-adjoints et des bureaux des différents groupes politiques et des Conseillers de Paris. Le recensement des besoins est en cours. Il permettra d'inscrire au budget modificatif de juillet les investissements nécessaires pour cette opération. Les micro-ordinateurs pourront être livrés quelques semaines après la mise à disposition effective des crédits.
Le câblage, notamment, de bâtiments anciens posera sans doute certains problèmes (par "bâtiments anciens", j'entends l'endroit où nous sommes, ici). Aussi, dans le cadre du marché actuel de travaux, qui prend fin le 25 mai prochain, il pourra être envisagé de permettre la connexion de 3 à 6 postes par mairie d'ici à la fin de l'été.
Le prochain marché, dont la procédure d'appels d'offres est en cours, ne sera pas attribué avant la fin de l'année. En conséquence, le câblage de la totalité des mairies d'arrondissement ne pourra être effectif qu'à la fin du premier semestre 2002, sous réserve de la possibilité d'un engagement provisoire des crédits dès le début de l'année 2002.
M. Jean-Bernard BROS, adjoint, président. - Veuillez conclure.
Mme Danièle AUFFRAY, adjoint. - Je termine, je pense que cela intéresse quand même certaines personnes.
Le plan de câblage de l'Hôtel-de-Ville, quant à lui, se poursuit actuellement niveau par niveau. Tous les maires-adjoints devraient être câblés courant 2002.
A ce propos, nous invitons nos collègues et leurs collaborateurs à faire bon accueil aux personnes qui seraient amenées à troubler leur travail par le percement de quelques plafonds.
M. Jean-Bernard BROS, adjoint, président. - Merci, Madame AUFFRAY.
Nous sommes très intéressés par votre communication.
Madame de CLERMONT-TONNERRE, vous avez la parole, rapidement.
Mme Claire de CLERMONT-TONNERRE. - Je me réjouis de ces bonnes nouvelles. J'espère que M. l'adjoint chargé des Finances soutiendra ces nombreux projets et que les premiers crédits nécessaires à l'équipement des élus seront bien inscrits au budget modificatif de juillet 2001. En tant que nouvelle élue, je me réjouis de pouvoir fonctionner de manière plus moderne, plus efficace et plus réactive et de disposer de moyens adaptés comme en sont équipées la plupart des entreprises parisiennes et françaises. Je crois d'ailleurs que la Municipalité se doit d'être exemplaire en ce domaine.
J'ajoute que, du fait de l'arrivée de nouveaux opérateurs sur le réseau les tarifs deviennent aujourd'hui beaucoup plus intéressants et devraient nous inciter à équiper les mairies d'arrondissement avec des bornes de connexion à haut débit.
Cette diminution des tarifs justifie donc pleinement la venue de cette question devant notre Assemblée aujourd'hui.
M. Jean-Bernard BROS, adjoint, président. - Merci, Madame de CLERMONT-TONNERRE.