Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2001
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

68 - QOC 2001-94 Question de M. Jean-François LEGARET et Mme Florence BERTHOUT à M. le Maire de Paris et à M. le Préfet de police au sujet du stationnement anarchique des cars, rue des Pyramides (1er)

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2001


Libellé de la question :
"M. Jean-François LEGARET et Mme Florence BERTHOUT ont constaté, ces dernières semaines, une recrudescence du stationnement anarchique des cars rue des Pyramides (1er). Ce stationnement illicite, à toute heure du jour ou de la soirée, indispose les riverains.
C'est bien évidemment une grande source d'insécurité pour les piétons et les automobilistes. Mais c'est aussi et surtout une nuisance permanente pour l'environnement, qu'il s'agisse du bruit ou des nuisances olfactives et respiratoires que provoque ce stationnement pléthorique.
M. Jean-François LEGARET et Mme Florence BERTHOUT demandent à M. le Préfet de police d'intervenir auprès des sociétés d'autocaristes, en particulier "Cityrama" et "Paris-Vision", pour que ces pratiques cessent.
Par ailleurs, ils sont persuadés que l'élargissement des trottoirs, rue des Pyramides, mettrait un terme au stationnement illicite des cars, qui ne disposeraient plus ainsi d'une aire "artificielle" de parking.
De telles dispositions s'inscriraient dans la volonté municipale affichée de réduire la circulation dans la Capitale."
Réponse (M. Christophe CARESCHE, adjoint) :
"La rue des Pyramides est composée de deux parties différentes tant en ce qui concerne la distance entre façades que l'architecture du bâti.
Sur le premier tronçon, entre la rue de Rivoli et la rue Saint-Honoré, la distance entre façades est de 12 mètres avec une chaussée de 9,90 mètres de largeur et des trottoirs organisés sous arcades. La chaussée est exploitée avec une zone d'arrêt bus et deux files de circulation à sens unique.
Pour le tronçon suivant, entre la rue Saint-Honoré et l'avenue de l'Opéra, la distance entre façades est de 19,80 mètres avec une chaussée de 13,40 mètres et deux trottoirs de 3,20 mètres. La chaussée est rétrécie localement aux emplacements des trémies d'accès au parc de stationnement.
Une étude a établi la possibilité d'élargir les trottoirs, entre la rue Saint-Honoré et l'avenue de l'Opéra en les réalignant sur les trémies du parc souterrain. L'aménagement a été évalué à 2,6 millions de francs et n'a pu être inscrit au budget 2001, compte tenu des priorités à satisfaire. Il sera proposé lors de l'élaboration d'un budget ultérieur.
Cet aménagement supprimerait effectivement le stationnement illicite des autocars qui s'opère sur ce tronçon, alors que ceux-ci peuvent disposer du parc de stationnement "Carrousel-Louvre" situé à proximité, dont la capacité est de 80 places et qui offre des disponibilités en permanence.
Sur le tronçon Rivoli-Saint-Honoré, il convient également de signaler que la zone de l'arrêt d'autobus située au droit du 6-8, rue des Pyramides ou la portion de voie qui le précède sont fréquemment l'objet de stationnement illicite d'autocars, notamment de la société "Cityrama" dont le siège est situé place des Pyramides.
Autant l'arrêt est autorisé à cet endroit, en particulier pour effectuer des opérations de dépose et reprise des passagers, autant le stationnement y est interdit en application de l'article R 37-1 du Code de la Route.
Ces problèmes relèvent du contrôle du respect de la réglementation en matière de stationnement, compétence des services de la Préfecture de police, la signalisation mise en place à cet endroit étant conforme et réglementaire."
Réponse (M. LE REPRÉSENTANT DU PRÉFET DE POLICE) :
"L'an dernier, une réflexion a été engagée sous l'impulsion du commissariat du 1er arrondissement, et en collaboration avec les représentants des sociétés "Paris vision" et "Cityrama", afin d'étudier les moyens de réduire les nuisances occasionnées par leurs autocars dans le secteur Rivoli/Pyramides.
C'est ainsi qu'une réunion avec toutes les parties concernées a eu lieu sur place au mois de septembre 2000, au cours de laquelle il a été rappelé à ces professionnels du tourisme la possibilité de faire stationner leurs véhicules dans le parking Carrousel-Louvre, aménagé à cet effet et situé à proximité, avenue du Général-Lemonier. Celui-ci offre 80 places de stationnement et n'est actuellement rempli en moyenne, dans la journée, qu'à moitié de sa capacité totale.
De plus, pour faciliter la dépose et la reprise des passagers, les responsables de ces deux sociétés ont été invités à recourir pour les arrêts de leurs autocars aux zones de livraisons situées au droit des numéros 212-214 et 224 de la rue de Rivoli.
Par ailleurs, la création d'une autre zone de livraisons au droit des numéros 2 et 4 de la rue des Pyramides est actuellement à l'étude.
Bien entendu, mes services ont insisté auprès des professionnels pour que les arrêts soient limités au temps strictement nécessaire à la montée et la descente des passagers.
Parallèlement, une action de surveillance et de répression a été mise en ?uvre afin de veiller au respect, par les autocaristes, des règles du code de la route et, notamment, celles relatives au stationnement. Une brigade de fonctionnaires de police a d'ailleurs été spécialement créée à cet effet.
C'est ainsi qu'au cours des quatre premiers mois de l'année 2001, 30 procès-verbaux de contravention pour stationnement illicite ont été relevés.
Quoi qu'il en soit, à l'occasion de votre intervention, je n'ai pas manqué de renouveler les instructions auprès des services locaux de police afin que les actions de contrôle soient renforcées dans ce secteur et les infractions à la réglementation systématiquement sanctionnées.
Enfin, s'agissant de la proposition d'élargissement des trottoirs de la rue des Pyramides, je puis vous indiquer que celle-ci ne paraît pas souhaitable dans la mesure où elle serait susceptible d'engendrer des difficultés de circulation supplémentaires sur cette voie qui supporte déjà un trafic très dense."