Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2001
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

38 - QOC 2001-89 Question de M. Yves POZZO di BORGO à M. le Maire de Paris au sujet de la publicité sur la Tour-Eiffel

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2001


M. Jean-Bernard BROS, adjoint, président. - La question suivante, de M. Yves POZZO di BORGO à M. le Maire de Paris, est au sujet de la publicité sur le Tour Eiffel.
Elle est ainsi libellée :
"Lors de la séance du Conseil de Paris, en date du 27 novembre 2000, M. Yves POZZO di BORGO avait interrogé M. le Maire de Paris au sujet de la publicité sur la Tour Eiffel. C'est un monument inscrit à l'Inventaire supplémentaire des monuments historiques et situé dans une zone de publicité interdite (Z.P.I.) au regard du règlement municipal de publicité. A ce double titre, la publicité y est proscrite, sauf cas exceptionnel lié à un événement ou une manifestation particulière et néanmoins temporaire.
Dans cette question, M. POZZO di BORGO avait demandé s'il était envisageable qu'à partir du 1er janvier 2001 plus aucun logo publicitaire et plus aucune inscription ne soit apposé sur la Tour Eiffel et ce, en vertu d'un v?u (JS 93-144) adopté par le Conseil du 7e arrondissement, lors de sa réunion du 29 juin 1993, qui indiquait : "La Tour Eiffel, dont nous avons fêté le centenaire il y a quelques années, est une ?uvre d'art appliquée à l'industrie. Ce monument historique de Paris est rentré dans le patrimoine national et international. Le temps lui a donné sa dignité et c'est la raison pour laquelle le Conseil d'arrondissement du 7e demande que la Tour Eiffel soit considérée comme une ?uvre d'art et ait donc droit au respect complet de son intégrité".
Le panneau lumineux ayant servi au décompte du passage à l'an 2000, a été déposé comme prévu à la fin de cette année. Beaucoup de Parisiens et d'élus avaient espéré que plus aucun logo publicitaire, de quelque nature qu'il soit, ne viendrait déflorer l'esthétisme du symbole municipal et national.
Or, il semblerait que le Ministre des Finances ait lancé l'idée d'utiliser, à nouveau, la Tour Eiffel pour y installer le compte à rebours pour faire la promotion de l'Euro. M. POZZO di BORGO espère que M. le Maire de Paris ne reprendra pas cette idée inopportune et vulgaire et qu'il se contentera seulement de maintenir la pérennisation du scintillement de la Tour, ardemment souhaité par les Parisiens.
C'est dans ce même esprit qu'il souhaiterait le changement du règlement municipal de publicité concernant la Tour Eiffel afin que, dans l'avenir, elle puisse conserver son intégrité absolue et que les responsables ne soient plus soumis à de telles sollicitations."
La parole est à M. SAUTTER.
M. Christian SAUTTER, adjoint. - M. POZZO di BORGO attire l'attention du Maire de Paris sur les conditions de mise en place de publicités sur la Tour Eiffel à l'occasion d'évènements particuliers. Je lui répondrai que le droit en la matière est clair : toute publicité est interdite et le décompte du passage à l'an 2000 ne pouvait pas être considéré comme une forme de publicité.
La question a été posée, apparemment par le Ministre de l'Economie, des Finances et de l'Industrie, de mettre sur la Tour Eiffel un compte à rebours pour l'euro. Je répondrai que ceci mérite une étude de faisabilité juridique et aussi une étude financière. J'en profite pour signaler que la Chambre de Commerce et d'Industrie de Paris, sur la Bourse de commerce, a installé un compte à rebours de l'euro. Je crois que nous sommes à 224 jours du 1er janvier et je voulais féliciter la Chambre de Commerce de cette heureuse initiative.
M. Jean-Bernard BROS, adjoint, président. - Merci, Monsieur SAUTTER.
M. Yves POZZO di BORGO. - Je ne comprends pas cette affaire de Tour Eiffel. C'est quand même une ?uvre d'art. Est-ce que sur Notre-Dame de Paris ou sur un monument de Paris on pourrait mettre des sigles ?
Déjà à l'époque de la précédente municipalité, je m'étais élevé contre le fait qu'on ait mis ce compte à rebours de l'an 2000 sur la Tour Eiffel. Je trouve que c'est vulgaire et inopportun. Ce n'est pas moi, qui suis l'expression d'un courant de pensée politique, qui va reprocher que l'on fasse de la publicité pour l'euro mais, de grâce, arrêtez de considérer la Tour Eiffel comme un panneau Decaux !
M. Jean-Bernard BROS, adjoint, président. - Monsieur SAUTTER, vous avez la parole.
M. Christian SAUTTER, adjoint. - Je répèterai à M. POZZO di BORGO que le droit en la matière est clair : toute publicité est interdite sur la Tour Eiffel.
En matière de l'euro, je dis simplement à M. POZZO di BORGO qu'il faudrait faire une étude juridique et financière avant de prendre une telle décision.
M. Jean-Bernard BROS, adjoint, président. - Merci.