Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2001
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

24 - 2001, DAUC 64 - Secteur d'aménagement "passage Goix" (19e). - Approbation, après enquête publique, de la modification du Plan d'occupation des sols général de Paris ayant pour objet : la modification des dispositions relatives à l'implantation, la hauteur et l'aspect des constructions et aux espaces libres ; l'inscription d'emplacements réservés pour la voirie et l'action sociale

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2001


Mme Martine DURLACH, adjointe, présidente. - Nous passons au projet de délibération DAUC 64 relatif au secteur d'aménagement "passage Goix" dans le 19e arrondissement. Approbation, après enquête publique, de la modification du Plan d'occupation des sols général de Paris ayant pour objet : la modification des dispositions relatives à l'implantation, la hauteur et l'aspect des constructions et aux espaces libres ; l'inscription d'emplacements réservés pour la voirie et l'action sociale.
Je donne la parole à M. BLET.
M. Jean-François BLET. - Merci, Madame la Maire.
Ce secteur du passage Goix a été institué il y a plus de dix ans en D.P.U.R. et, après dix ans de déréliction, de pourrissement des immeubles, la Mairie de Paris, sous la pression de l'Association de riverains des jardins d'Eole, a engagé, certes tardivement une concertation qui a permis la remise à plat du projet initial. Le projet qui finalement a vu le jour est intéressant, équilibré et a recueilli l'assentiment de toutes les parties. Nous nous en réjouissons donc.
Les habitants de ce secteur en attendent beaucoup. Entre les immeubles murés et insalubres, les logements squattés, les trafics de drogue et les friches à l'abandon, ce secteur est certainement l'un des plus dégradés de Paris, mais cette opération du passage Goix situé dans le 19e arrondissement ne règlera en rien les problèmes d'insécurité de ce quartier tant que le secteur de la rue Caillé dans le 18e situé de l'autre côté de la rue d'Aubervilliers, puisque celle-ci est en quelque sorte la frontière entre le 18e et le 19e, ne sera pas à son tour réhabilité. Il est fort à craindre que les points de fixation de délinquance et de squat se reporteront de quelques mètres du passage Goix vers l'îlot Caillé et qu'ils continueront à affecter tout autant ce quartier qui est la ligne de partage entre ces deux arrondissements.
En effet, comme pour le passage Goix, la Ville de Paris a préempté il y a des années dans l'îlot Caillé un nombre très importants de lots qui sont aujourd'hui soit murés, soit squattés et sont le lieu de trafics de drogue. Les propriétés de la ville ont ainsi été laissées délibérément à l'abandon et sont en voie de taudification.
Le maintien au P.O.S. de l'élargissement de voirie à 24 mètres de la rue d'Aubervilliers constitue en fait un blocage juridique et technique majeur : rien ne peut être engagé sur l'îlot Caillé tant que l'élargissement sera maintenu.
Il doit donc être rapidement levé, comme l'ont été précédemment sous la dernière mandature ceux de la rue de Charonne dans le 11e, et de la rue Riquet dans le 18e.
La rue d'Aubervilliers est actuellement suffisamment large dans sa partie comprise entre la rue du Département et le boulevard de la Chapelle (quatre voies, deux de circulation en sens unique et deux voies de stationnement) pour permettre un traitement de la voirie et de l'espace public satisfaisant.
Une voie réservée aux bus et aux transports collectifs peut même y trouver place. Cette demande a été formulée par l'association "Les Jardins d'Eole", et par une association récemment créée, l'association "Cactus".
Le sort de tous les immeubles compris entre la rue Caillé et la rue d'Aubervilliers en particulier dépend d'une décision de ce type. C'est à cette condition que la réhabilitation de l'ensemble de l'îlot Caillé pourra débuter et que pourront être traitées les propriétés dans lesquelles la Ville possède des lots.
Maintenir l'élargissement impliquerait la poursuite des préemptions lot par lot au fur et à mesure de leur libération et donc de la taudification étalée sur plusieurs années à l'image de ce qu'a subi le passage Goix. Cette option d'aménagement n'est pas acceptable pour ce quartier et n'est pas ce que souhaitent les Parisiens.
Nous vous proposons donc, Monsieur le Maire, de prendre un voeu qui permette de lever l'hypothèque qui pèse depuis des années sur les immeubles impairs de la rue dAubervilliers dans le 18e arrondissement. Afin que puisse débuter rapidement cette opération de réhabilitation de l'îlot Caillé, nous souhaitons qu'intervienne une modification du P.O.S. qui permette de lever l'élargissement de voirie à 24 mètres au moins en ce qui concerne la partie comprise entre la rue du Département et le boulevard de la Chapelle.
Au-delà, nous souhaitons que la concertation qui avait démarré sous l'ancienne mandature - une réunion avait eu lieu le 7 juillet 2000 -, puisse se poursuivre, et qu'une prochaine réunion permette d'ouvrir une large concertation avec les associations et les riverains quant à la réhabilitation de l'îlot. La levée de cet élargissement de voirie permettra de débuter rapidement ces opérations. Je vous remercie.
Mme Martine DURLACH, adjointe, présidente. - Merci, Monsieur BLET.
Je donne la parole à M. CAFFET pour la réponse.
M. Jean-Pierre CAFFET, adjoint, au nom de la 6e Commission. - Madame la Maire, je voudrais remercier M. BLET pour ce v?u qui porte non pas sur le passage Goix, objet de la présente délibération, mais sur un secteur qui se trouve juste de l'autre côté de la rue d'Aubervilliers, à savoir l'îlot Caillé.
Je veux lui dire également que je partage totalement son diagnostic tant sur l'état de cet îlot qui est laissé à l'abandon depuis une dizaine d'années environ, que sur l'ampleur de l'action à entreprendre.
Cela dit, les choses avancent lentement, trop lentement peut-être mais les choses avancent.
Je voudrais rappeler qu'une étude socio-économique sur l'îlot Caillé a d'ores et déjà été effectuée et qu'un maître d'ouvrage, à savoir la S.A.G.I. et un architecte coordonnateur en la personne de Mme SEYLER ont été désignés. Il est vrai que le travail de cette dernière se heurte aujourd'hui à l'incertitude qui règne quant à l'élargissement de la rue d'Aubervilliers. Il est clair que le projet d'aménagement ne sera pas le même selon que la rue d'Aubervilliers reste dans sa configuration actuelle ou qu'on l'élargisse à 24 mètres. Il y a donc une décision à prendre : élargissement ou non de la rue d'Aubervilliers entre la rue du Département et le boulevard de la Chapelle.
Pour ma part, je pense qu'il faut renoncer à cet élargissement. Dans quels délais ? C'est le second volet du voeu de M. BLET.
Je voudrais d'abord prendre l'attache de Mme la Maire du 18e arrondissement même si je pense qu'elle partagera mon avis.
Deuxièmement, il me semble qu'il convient de prendre une décision seulement après une réunion de concertation avec les riverains.
Je souhaite organiser cette réunion dans la seconde quinzaine du mois de juin.
Après quoi, nous prendrons, le cas échéant, une délibération sur la modification du POS renonçant à l'élargissement de la rue d'Aubervilliers.
Dans ces conditions et compte tenu des engagements que je prends, je demande à M. BLET de retirer son v?u. Je lui affirme qu'une réunion de concertation sera organisée dans la seconde quinzaine du mois de juin.
Mme Martine DURLACH, adjointe, présidente. - La balle est dans le camp de M. BLET !
M. Jean-François BLET. - Je me réjouis de cette excellente nouvelle et dans ces conditions, je retire ce v?u. Je me réjouis qu'enfin ce quartier puisse voir le bout du tunnel dans lequel on l'avait malheureusement plongé.
(Applaudissements sur les bancs du groupe "Les Verts").
Mme Martine DURLACH, adjointe, présidente. - Nous passons donc au vote de la délibération DAUC 64 puisque le voeu est retiré.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DAUC 64.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2001, DAUC 64).