Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2002
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  
Déliberation

Vœu relatif à l'installation d'une antenne de téléphonie mobile sur un immeuble du 11e arrondissement.

Déliberation/ Conseil municipal/ Juillet 2002 [2002 V. 104]



Délibération affichée à l'Hôtel-de-Ville
et transmise au représentant de l'Etat le 26 juillet 2002.
Reçue par le représentant de l'Etat le 26 juillet 2002.

Le Conseil de Paris, siégeant en formation de Conseil municipal,
Considérant que les parents d'élèves et les habitants voisins des écoles rue Keller Bullourde (11e), s'inquiètent de l'installation d'antennes relais de téléphones mobiles sur l'immeuble de la S.A.G.I. au 121-125, avenue Ledru-Rollin ;
Considérant qu'ils refusent l'installation d'une antenne supplémentaire de 4 mètres dont le permis a été déposé ;
Considérant qu'ils se préoccupent des rayonnements nocifs sur la santé des enfants de l'école et des habitants proches ;
Considérant que cette action s'ajoute à de nombreux autres qui ont vu, à Paris comme ailleurs, des habitants et des élus locaux refuser ces implantations. Les inquiétudes justifiées de la part des scientifiques sur le caractère nocif de ces ondes qui est reconnu, poussent à éviter d'implanter de telles antennes à proximité d'équipements publics : écoles, crèches et habitations ;
Sur la proposition de M. Jacques DAGUENET et des élus communistes,

Emet le voeu :

Que M. le Maire de Paris intervienne auprès de la S.A.G.I. pour que celle-ci renonce à installer une antenne supplémentaire de plus de 4 mètres de haut, sur son immeuble du 121-123, avenue Ledru-Rollin.
De disposer d'un état des implantations de ces antennes autour des écoles, crèches, équipements collectifs, socioculturels dans le 11e arrondissement, ainsi que les demandes de permis de construire et autorisations de travaux en cours.
Que M. le Maire de Paris applique le principe de précaution et envisage d'établir avec les autorités concernées un périmètre de sécurité autour des zones dites sensibles comme les écoles ou les hôpitaux.