Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2004
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

145 - Vœu déposé par Mmes Laurence DOUVIN, Brigitte KUSTER et les membres du groupe U.M.P. relatif à la sécurité aux abords des écoles

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2004


Melle Sandrine MAZETIER, adjointe, présidente. - Nous examinons à présent le v?u référencé n° 24 dans le fascicule déposé par les élus du groupe U.M.P. concernant la sécurité aux abords des écoles. Ce v?u ne se rattache à aucun projet de délibération.
La parole est à Mme DOUVIN pour le présenter.
Mme Laurence DOUVIN. - Merci, Madame le Maire.
C'est donc un v?u présenté par ma collègue Brigitte KUSTER, ainsi que les membres du groupe U.M.P. Il est relatif à la sécurité aux abords des écoles. Nous considérons que les enfants sont, avec les personnes âgées, les principales victimes des accidents de la circulation qui mettent en cause des piétons ; que la circulation aux abords des établissements scolaires demande donc à être traitée avec une attention particulière sur le plan de la sécurité ; que les accidents recensés mettent souvent en cause la vitesse des automobilistes et que donc il serait bon d'agir sur ce point ; que les premières expériences menées dans le 17e arrondissement sont concluantes (limitation de la vitesse à 30 kilomètres heure autour des établissements scolaires) ; que le Conseil du 17e arrondissement dans sa dernière séance a émis un v?u demandant l'extension de ce principe à l'ensemble de l'arrondissement et que, aujourd'hui, pour prendre en compte la totalité du territoire parisien, nous souhaitons que le Maire de Paris prenne les mesures nécessaires en vue de limiter aux abords des établissements scolaires la vitesse à 30 kilomètres heure, partout où ce sera possible, si ces établissements ne se situent pas déjà dans un cadre où cette limitation existe.
Cette limitation doit s'accompagner en tant que de besoin des aménagements de voirie nécessaires, comme la pose de ralentisseurs ou de panneaux de signalisation.
Melle Sandrine MAZETIER, adjointe, présidente. - La parole est à M. BAUPIN.
M. Denis BAUPIN, adjoint. - Je vais donner un avis favorable à ce v?u car il correspond à la politique que nous avons engagée et il n'y a pas de raison de s'opposer à quelque chose que nous faisons déjà.
Je dirai à Mme DOUVIN, comme je l'ai dit à M. BENESSIANO, hier soir, qui posait une question orale sur le même sujet, que nous sommes évidemment conscients de la nécessité d'améliorer encore les cheminements des enfants pour les écoles.
Beaucoup de choses ont déjà été faites en ce qui concerne la pérennisation des aménagements "Vigipirate" et c'est une action menée depuis plusieurs années et au-delà de cette mandature. Nous nous inscrivons dans la continuité parce que c'est un élément positif, mais nous souhaitons aller plus loin.
Autour de toutes les écoles se situant sur des axes secondaires de la Capitale, nous souhaitons mettre en place des aménagements de sécurité et limiter à 30 kilomètres heure la circulation. Nous allons d'ailleurs accompagner cette mise en place d'une expérimentation nouvelle dans la Capitale. Ce n'est pas quelque chose d'extraordinaire et cela se fait ailleurs. Il s'agit de faire en sorte que les automobilistes se rendent bien compte de la proximité de l'école. Un marquage au sol de grande taille sera peint en reproduisant la limitation à 30 kilomètres heure sur le sol afin que les automobilistes voient vraiment qu'il s'agit de la proximité d'une école et qu'il faut ralentir.
Sur les axes plus importants sur lesquels peuvent se trouver des écoles ou des collèges et où il n'est pas possible de passer à 30 kilomètres heure, c'est une signalisation lumineuse qui sera mise en place de façon, là aussi, à attirer fortement l'attention des automobilistes sur la proximité des écoles.
En tout état de cause, je donne un avis favorable à ce v?u pour bien signifier que, sur ces questions, il n'y a pas de clivage à entretenir entre nous sur la volonté de faire, près des écoles, le maximum pour assurer la sécurité des enfants.
Melle Sandrine MAZETIER, adjointe, présidente. - Merci.
Je mets donc aux voix, à main levée, ce v?u assorti d'un avis favorable de l'Exécutif.
Qui est pour ?
Qui est contre ?
Qui s'abstient ?
Le v?u est adopté. (2004, V. 95).