Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2004
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

64 - QOC 2004-278 Question de M. Patrick TRÉMÈGE et des membres du groupe U.M.P. à M. le Maire de Paris relative aux moyens de transport de substitution en cas d'évacuation du réseau métro ou R.E.R

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2004


M. Pierre MANSAT, adjoint, président. - Nous passons à la question de M. TRÉMÈGE relative aux moyens de transport de substitution en cas d'évacuation du réseau métro ou R.E.R.
C'est Mme KUSTER, je crois, qui pose la question.
Mme Brigitte KUSTER. - Merci, Monsieur le Maire.
Le jeudi 8 avril 2004, vers 20 heures, a eu lieu une alerte à la bombe sur le réseau R.E.R., entraînant une évacuation de toutes les gares desservies par la ligne A, ainsi que celle du Forum des Halles. Les usagers encore très nombreux dans les transports à cette heure de la journée, puisque 40.000 habituellement utilisent les stations concernées du R.E.R. A, se sont retrouvés sans moyen de transport, laissés à eux-mêmes pour la plupart.
C'est pourquoi nous souhaiterions, avec Patrick TRÉMÈGE et les élus du groupe U.M.P., savoir s'il serait envisageable de mettre en place un dispositif souple et réactif de transports de substitution par taxi ou autobus dans le cas où une telle alerte se reproduirait. Nous souhaiterions savoir notamment s'il serait possible de prévenir par radio les taxis parisiens afin de les inviter à converger vers les lieux évacués pour prendre en charge une partie des personnes qui doivent regagner leur destination, sans que cela nuise à l'intervention des forces de l'ordre, de sécurité et de secours.
Concernant les autobus, nous souhaiterions savoir s'il serait possible de maintenir une réserve de véhicules immédiatement opérationnels pour effectuer des navettes entre les stations évacuées vers les stations du réseau encore ouvertes au public, et assurer ainsi la continuité de la chaîne du transport pour un maximum d'usagers ne pouvant pas aisément recourir à la marche à pied, même dans de telles situations exceptionnelles.
Je vous remercie.
M. Pierre MANSAT, adjoint, président. - Merci.
Monsieur BAUPIN, vous avez la parole pour la réponse.
M. Denis BAUPIN, adjoint. - Madame KUSTER, nous avons saisi la R.A.T.P. de votre question orale, et nous avons les éléments de réponse qui nous ont été transmis par la R.A.T.P. puisque vous savez que nous n'avons pas la compétence en matière de transports collectifs aujourd'hui, hélas ! Peut-être un jour la décentralisation nous le permettra.
La réponse de la R.A.T.P. est donc : "Le caractère exceptionnel, imprévisible de tels événements ne permet pas d'envisager d'immobiliser des autobus et des agents pour attendre une éventuelle défaillance d'un mode lourd. Dans ces situations de crise, une procédure d'urgence est prévue à la R.A.T.P., consistant à récupérer le maximum de bus en circulation, soit sur ligne, soit rentrant au dépôt pour les envoyer assurer un service de remplacement. C'est cette procédure qui a été appliquée le jeudi 8 avril, permettant de trouver en moins de 30 minutes 75 bus qui ont été répartis aux terminus des métros à proximité des territoires desservis par le R.E.R. A.
Par ailleurs, l'éventuelle réquisition des taxis parisiens n'apparaît pas simple à réaliser concrètement. Il s'agit tout d'abord d'une profession indépendante composée d'un grand nombre d'artisans. Seule la Préfecture de police, l'autorité compétente en matière de taxis, est en mesure de provoquer cette réquisition.
Par ailleurs, la convergence de nombreux taxis ajoutés aux bus de la R.A.T.P. ne favoriserait pas la résolution d'une situation déjà critique et pourrait nuire à l'intervention des forces de police et de secours.
Enfin, un service de substitution par taxis semble hors de proportions par rapport au flux concerné (plusieurs centaines, voire milliers de voyageurs dans un seul train de R.E.R.)".
M. Pierre MANSAT, adjoint, président. - Merci.
Madame KUSTER ?
Mme Brigitte KUSTER. - Je remercie M. BAUPIN d'avoir pris en compte cette question et d'avoir obtenu les éléments de réponse nécessaires à une meilleure compréhension de la situation en cas de crise.
Néanmoins, il me paraîtrait intéressant que la R.A.T.P. ainsi que l'Exécutif municipal fassent une communication sur ce sujet de façon à ce que les usagers, en cas de situation exceptionnelle, puissent être informés en amont des mesures qui sont prises.
M. Pierre MANSAT, adjoint, président. - Merci de cette suggestion.