Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2004
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

42 - 2004, SGRI 51 - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer des conventions de partenariat avec le Congrès de l'unification de la Fédération mondiale des cités unies et l'Union internationale des villes et pouvoirs locaux (Paris du 2 au 5 mai 2004)

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2004


M. Pascal CHERKI, adjoint, président. - Nous allons donc passer à l'examen du projet de délibération SGRI 51 autorisant M. le Maire de Paris à signer des conventions de partenariat avec le Congrès de l'unification de la Fédération mondiale des cités unies et l'Union internationale des villes et des pouvoirs locaux.
Je donne la parole à M. GAREL du groupe "Les Verts".
M. Sylvain GAREL. - Monsieur le Maire, je profite de ce projet de délibération pour vous dire que ce congrès qui a eu lieu, il y a quelques jours, a été un énorme succès, à la fois par le nombre de participants (près de 3.000), par la qualité des débats et par la présence de très nombreux élus et maires lors de ces débats, par l'intérêt des sujets qui avaient été choisis et par l'excellente organisation qui avait été mise en place au Palais des congrès pour que ce congrès se déroule dans les meilleures conditions possibles.
Je crois que la Ville de Paris peut s'enorgueillir d'avoir été à l'initiative de ce congrès fondateur des Cités et des Gouvernements locaux unis, nouvelle association qui regroupe des maires des villes du monde entier.
Ce que j'ai vu sur place m'a confirmé dans la position que j'ai défendue au nom du groupe "Les Verts" concernant la présence des partenaires privés dans cette manifestation.
J'ai été très surpris, au-delà de leur présence somme toute pas très dérangeante dans un salon où ils présentaient leurs réalisations, de voir des représentants de multinationales être à la tribune de certains ateliers pour participer aux discussions et aux débats sur le développement durable et de voir des entreprises comme CARREFOUR ou VEOLIA nous "refourguer leur camelote" pendant ces débats, ce qui a surpris la plupart des participants étrangers qui jugeaient ce mélange des genres un peu étrange.
En tant que municipalité de gauche et écologiste, nous devrons vraiment veiller à ne pas mélanger le privé et le public et à faire en sorte que nous contrôlions d'un bout à l'autre ces événements, sans laisser les multinationales, qui souvent mènent des politiques contraires à nos objectifs, participer et influencer des débats favorables à un certain nombre d'idées que nous défendons dans cet hémicycle.
Voilà pourquoi nous nous abstiendrons une nouvelle fois sur ce projet de délibération, même si, en l'occurrence, les deux entreprises qui sont dans ce partenariat (ETC Audiovisuel et TV 5) ne nous posent pas de problème, mais simplement pour marquer notre désapprobation dans ce congrès qui était une grande réussite, quant à la présence de ces multinationales et leur participation aux débats de certains ateliers.
M. Pascal CHERKI, adjoint, président. - Pour répondre, je donne la parole à M. GIRARD.
M. Christophe GIRARD, adjoint, au lieu et place de M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, au nom de la 9e Commission. - Je parle au nom de Pierre SCHAPIRA.
2.800 personnes ont assisté à ce congrès, venues de plus de 80 pays. Sylvain GAREL le rappelait.
Lors des séances précédentes, huit conventions de partenariat ont déjà été signées. La Ville, en échange, s'est engagée à associer chaque partenaire au déroulement du congrès (travaux, visites techniques, événements sociaux, présence du logo partenaire sur l'ensemble des documents officiels). Le partenaire est autorisé à faire état de sa participation à l'événement dans sa communication institutionnelle pendant la durée de la convention de partenariat.
Avant de répondre sur "TV5" et "ETC Audiovisuel", nous comprenons tous le souci de Sylvain GAREL, mais ce qui a primé dans la décision, c'est de ne pas alourdir le coût pour les Parisiens d'une telle manifestation.
Pour "TV5", mise à disposition de bandes annonces, spots et clips en échange d'un accès libre, visites techniques, reprise du logo sur différents documents officiels de la manifestation, espaces privés, espaces privés également pour le déjeuner.
Pour "ETC Audiovisuel", mise en lumière des salons de l'Hôtel de Ville, en échange de l'usage du logo sur les documents officiels. Mais, comme l'a dit M. GAREL, il n'a pas de problème avec ces deux sociétés, mais plutôt avec les autres partenaires mentionnés.
Tous les élus sont venus du monde entier, ont visité les stands des partenaires et il n'y a pas eu, à notre connaissance, de remarques désobligeantes, mais plutôt les félicitations du maire de Porto Alegre, du maire de Johannesburg et du maire de Katmandou.
Ce fut donc un immense succès, mais je crois que Pierre SCHAPIRA aura le souci de bien choisir, avec l'aide d'Anne-Sylvie SCHNEIDER et de la Direction de la Communication, des partenaires compatibles avec la politique écologique que mène la Ville de Paris.
M. Pascal CHERKI, adjoint, président. - Je mets donc aux voix, à main levée, le projet de délibération SGRI 51.
Qui est pour ?
Qui est contre ?
Qui s'abstient ?
Le projet de délibération est adopté. (2004, SGRI 51).