Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2004
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

100 - QOC 2004-258 Question de Mme Geneviève BERTRAND et des membres du groupe Union pour la démocratie française à M. le Maire de Paris sur le dispositif prévu par la Municipalité pour anticiper et gérer une nouvelle canicule

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2004


M. Pierre MANSAT, adjoint, président. - Nous passon à la question suivante n° 258 de Mme BERTRAND sur le dispositif prévu par la Municipalité pour anticiper et gérer une nouvelle canicule.
Vous avez la parole, Madame BERTRAND.
Mme Geneviève BERTRAND. - La canicule de l'été 2003 avait engendré un drame douloureux dont le coût humain s'était élevé à 2.336 décès à Paris, soit le double des décès normaux de 2002, 1.154 décès supplémentaires ayant été recensés à Paris en 2003.
M. le Préfet de police a fourni, il y a une quinzaine de jours, les premières informations à l'échelle du territoire francilien du plan "canicule" élaboré avec les collectivités locales et, depuis la rédaction de cette question, tous les organismes concernés ont sorti leur plan "canicule", si je puis dire, l'A.P.-H.P., le Gouvernement et la Ville de Paris.
Néanmoins, je souhaite rappeler que la Mission d'information et d'évaluation sur les conséquences de la canicule à Paris dont j'avais eu l'honneur d'être membre, mise en place en septembre 2003 avait formulé 35 recommandations nées de ces travaux.
Mon groupe et moi-même souhaiterions savoir quelles dispositions vont être prochainement mises en oeuvre à la fois dans le court terme et dans le moyen et long termes.
Je vous remercie, Monsieur le Maire.
M. Pierre MANSAT, adjoint, président. - Je répondrai à la place de Mme STIEVENARD et de Mme HOFFMAN-RISPAL.
La canicule de l'an dernier a fait 15.000 morts à l'échelle nationale, dont 3.336 à Paris.
Dès le début du mois de septembre 2003, le Maire de Paris a souhaité que soient tirées toutes les conclusions de ce drame pour élaborer des mesures préventives en cas de nouvelles périodes de fortes chaleurs et de canicule.
Pour ce but, une Mission parisienne d'information et d'évaluation sur les conséquences de la canicule a rassemblé, sous la présidence de Mme Gisèle STIEVENARD, des représentants de l'ensemble des groupes politiques au Conseil de Paris à laquelle vous avez participé.
Elle a procédé à près de 60 auditions et a rendu un rapport comportant 35 recommandations.
Le Département de Paris s'est fortement appuyé sur les conclusions de la mission afin de déterminer l'ensemble des mesures préventives avant l'été 2004.
Ainsi, 30 de ces 35 recommandations sont d'ores et déjà mises en ?uvre et d'autres s'inscrivent sur le plus long terme.
Ces mesures ont fait l'objet d'un effort financier du Département au budget primitif 2004, d'un montant de 4,8 millions d'euros.
Concrètement, une campagne de prévention massive prenant en compte le plus grand nombre de personnes concernées sera lancée à partir du 17 mai 2004 en individualisant au maximum le message. Une plaquette de prévention et d'information récapitulant les conseils avant l'été et les gestes utiles sera adressée nominativement à toutes les Parisiennes et les Parisiens âgés de plus de 75 ans et à ceux qui bénéficient de l'A.P.A. à domicile ainsi que de l'allocation Ville de Paris, soit 180.000 personnes.
Cet envoi sera réalisé sur la base du fichier de la Caisse primaire d'assurance maladie, avec l'accord de la C.N.I.L.
Cette plaquette sera en outre disponible dans de nombreux lieux d'accueil comme les mairies d'arrondissement, les points "Paris Emeraude", les sections locales du C.A.S.-V.P. Elle sera au total diffusée à 350.000 exemplaires afin de toucher autant de personnes que possible.
En complément, des conseils de prévention seront également diffusés dans deux numéros du "Journal à Paris" et dans un numéro spécial de "Paris Info Senior", diffusé à 40.000 exemplaires ou par le biais de conférences de l'université permanente. Les mêmes conseils seront diffusés sur les panneaux lumineux de la Ville et à travers un site Internet accessible depuis celui de la Ville.
En parallèle, les personnes susceptibles d'intervenir ou de jouer un rôle d'information auprès des personnes âgées seront formées, c'est-à-dire les gardiens d'immeuble, des bailleurs sociaux, les aides à domicile et les personnels des maisons de retraite.
Sans attendre l'adoption de la loi solidarité vieillissement discutée en première lecture cette semaine à l'Assemblée nationale, qui annonce le principe d'un dispositif de repérage, le Département de Paris a décidé en responsabilité de mettre en ?uvre un système qui respecte le libre choix des personnes.
Dès le 17 mai, le numéro 08 2000 75 75 sera mis à la disposition des personnes âgées ou isolées et fragiles qui souhaitent s'inscrire afin qu'une cellule de veille prenne contact avec elles, sous l'autorité du Préfet, en cas de déclenchement du plan "canicule".
Le fichier constitué sera totalement confidentiel et nos services ont d'ailleurs rencontré la C.N.I.L. vendredi dernier sur cet aspect majeur.
Par ailleurs, afin de prévenir les risques liés à l'isolement, la Ville de Paris a décidé également de baisser de 30 % les tarifs de télé-alarme proposés par le C.A.S.-V.P. dès le 1er janvier. Grâce à cette mesure volontariste, le nombre de bénéficiaires a déjà augmenté de 10 % depuis le début de l'année et va continuer de croître.
A ces mesures de prévention, se sont ajoutés des moyens matériels et humains conséquents. Les moyens des quinze points "Paris Emeraude" qui couvrent l'ensemble des arrondissements ont été renforcés et la subvention du Département augmentera de 65 % en trois ans et de 30 % dès cette année pour parvenir à 1,3 millions d'euros.
Le Département de Paris a décidé d'équiper les maisons de retraite médicalisées du C.A.S.-V.P. de pièces rafraîchies de 200 à 300 mètres carrés (26 au total) et de créer des pièces tempérées par des systèmes mobiles dans les résidences services, ainsi que certains clubs.
Une subvention de 2 millions d'euros a été votée à cet effet.
Les équipements des autres maisons de retraite habilitées à l'aide sociale seront subventionnés afin de prendre en charge la totalité des travaux liés au système de rafraîchissement, dans la limite d'un plafond de 80 euros par mètre carré, qui correspond à la moyenne des devis présentés.
Cette subvention représente 207.630 euros et concerne 11 établissements pour personnes âgées dépendantes. Pour certains d'entre eux, cette subvention complète la subvention d'équipement du Conseil régional d'Ile-de-France.
Des renforts en effectifs d'été sont prévus pour une durée d'un mois dans les maisons de retraite gérées par le C.A.S.-V.P. pour un coût de 563.157 euros. Seront également financés des renforts en personnel dans les maisons de retraite conventionnées de six personnes pour une durée d'un mois par tranche de cinq places, ce qui équivaut à 138 recrutements. Cela constitue un effort exceptionnel.
Au total, les mesures prises pour prévenir les conséquences d'une éventuelle canicule représentent 4,8 millions d'euros.
Madame BERTRAND, voulez-vous exprimer une réaction ?
Mme Geneviève BERTRAND. - Monsieur le Maire, je veux seulement vous remercier pour cette synthèse exhaustive et fournie du document que, depuis, j'ai reçu.
Merci beaucoup.