Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2004
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

14 - 2004, DF 17 - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer une convention d'occupation du domaine public autorisant la société "Le Kiosque Théâtre" à exploiter sur la voie publique un maximum de 3 kiosques, propriétés de la Ville de Paris, pour exercer son activité

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2004


M. LE MAIRE DE PARIS. - Nous passons à l'examen du projet de délibération DF 17 sur lequel il y a un amendement n° 2 qui a été déposé par le groupe "Les Verts".
Je donne donc d'abord la parole à M. Olivier PAGÈS, puis à Christian SAUTTER qui nous parle notamment de son amendement.
M. Olivier PAGÈS. - Merci, Monsieur le Maire.
Juste un tout petit point avant pour préciser que - c'était sans doute ma faute - je m'étais désinscrit concernant la subvention à "Aux captifs, la Libération", mais l'information n'est pas passée. Je m'étais désinscrit pour éviter la démultiplication des interventions.
M. LE MAIRE DE PARIS. - Je soutiens cette volonté !
M. Olivier PAGÈS. - Sur l'amendement, compte tenu à la fois de la vocation culturelle des kiosques-théâtre et de la nécessité d'offrir des espaces de promotion aux spectacles et manifestations culturelles à Paris, supprimer tout affichage de promotion culturelle au profit d'une publicité sur la presse pose problème. Afin que l'affichage publicitaire de ces kiosques conserve au moins en partie sa destination culturelle initiale sans remettre en cause le système de gestion choisi par la Ville, et la possibilité de financer un troisième kiosque-théâtre à Paris, je propose qu'un pourcentage des surfaces d'affichage, voire un quart, soit réservé à la promotion de ces spectacles théâtraux (ce qui serait logique pour des kiosques-théâtre) présentés sur le territoire parisien ou aux manifestations culturelles organisées ou soutenues par la Ville de Paris.
Enfin, pour s'assurer que cet espace réservé soit réellement attractif pour les potentiels annonceurs culturels, ce qui a priori n'est pas le cas aujourd'hui, une solution devrait être trouvée avec l'A.A.P., la structure concessionnaire, pour leur proposer des tarifs abordables. C'est pour cela que je demande de supprimer à l'article 12 de la convention le deuxième paragraphe qui se termine par "produits commercialisés dans les kiosques" et de le remplacer par "un quart des surfaces d'affichage des kiosques seront exclusivement dédiés à la promotion des spectacles théâtraux présentés sur les territoires parisiens ou aux manifestations culturelles organisées ou soutenues par la Ville de Paris". Et juste en dessous : "Le concessionnaire municipal proposera des tarifs abordables aux annonceurs culturels intéressés".
Je vous remercie.
M. LE MAIRE DE PARIS. - Merci.
La parole est à M. SAUTTER qui nous donnera son avis sur cet amendement.
M. Christian SAUTTER, adjoint, au nom de la 1ère Commission. - Oui, Monsieur le Maire.
Avec Christophe GIRARD, nous avons voulu maintenir et développer les "kiosques-théâtre" qui jouent un rôle important dans la vie culturelle de notre Ville. Et M. PAGÈS demande, ce qui apparaît logique à première vue, que les kiosques théâtre fassent de la publicité pour les spectacles de théâtre.
Il y a malheureusement une difficulté : c'est que ceci figurait déjà, et M. PAGÈS le sait bien, dans la convention précédente, et ça n'a jamais fonctionné pour des raisons d'ailleurs mystérieuses que je ne comprends pas bien. Ce système qu'il suggère est un système à l'évidence tout à fait intelligent et positif, mais n'a pas fonctionné dans le passé.
Je voudrais lui dire aussi que les colonnes Morris, il y en a 773, font pour un quart d'entre elles la promotion des spectacles culturels organisés sur le territoire parisien et les mâts drapeau sont aussi consacrés à des événements culturels.
Je souligne, Monsieur le Maire, que j'ai pris bonne note de la volonté exprimée par M. PAGÈS, mais nous devons trouver des formes qui ne soient pas celles qu'il a indiquées pour trouver une solution. Donc ma réponse est de demander à M. PAGÈS de retirer son amendement, mais je m'engage avec lui à chercher une solution qui soit plus pratique que celle qui fonctionnait antérieurement.
Si, malheureusement, M. PAGÈS maintenait son amendement - mais je crois que son esprit est vraiment partagé par l'Exécutif -, je serais obligé de demander de voter contre parce qu'on ne peut pas le mettre en ?uvre pratiquement, mais cela m'ennuierait.
M. LE MAIRE DE PARIS. - Monsieur PAGÈS, vous maintenez ou pas ?
Ne reprenez pas le débat au fond.
M. Olivier PAGÈS. - Je le maintiens.
M. LE MAIRE DE PARIS. - Vous êtes pour le maintien, M. SAUTTER est contre. De toute façon, si votre amendement était battu, le sujet devrait être travaillé par Christian SAUTTER et Christophe GIRARD.
Je mets d'abord aux voix, à main levée, l'amendement n° 2.
Qui est pour ?
Qui est contre ?
Qui s'abstient ?
L'amendement n° 2 est repoussé.
Mais je confirme que MM. SAUTTER et GIRARD devront travailler sur ce sujet avec vous, Monsieur PAGÈS.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DF 17.
Qui est pour ?
Qui est contre ?
Qui s'abstient ?
Le projet de délibération est adopté. (2004, DF 17).