Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2004
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

139 - Vœu déposé par M. Pierre CHARON et les membres du groupe U.M.P. relatif à l'autorisation donnée à tous les deux-roues de circuler sur les couloirs de bus

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2004


M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Avec votre permission, Monsieur CHARON, puisque vous êtes là, nous allons passer à l'examen du v?u n° 41 que je vous remercie de présenter rapidement.
Denis BAUPIN vous répondra.
M. Pierre CHARON. - Monsieur le Maire, 4.426 blessés, 27 morts en 2003. Voici le triste sort des conducteurs de deux-roues à Paris.
Face à une telle situation, des mesures nouvelles et audacieuses s'imposent. En effet, votre adjoint, Denis BAUPIN, n'a pas jugé opportun de mener à bien une concertation équilibrée avec toutes les associations représentatives des deux roues, en partenariat avec la Préfecture de police. Il est temps de définir des mesures appropriées à la veille de l'immatriculation des moins de 50 centimètres cubes qui permettront notamment un meilleur contrôle sur les comportements.
Je me suis exprimé le mois dernier sur le suréquipement et la sous-utilisation des voies de bus et je propose, au nom des membres du groupe U.M.P., qu'une charte de bonne conduite soit élaborée en concertation avec les associations de motards, le Maire de Paris et le Préfet de police, pour que l'autorisation soit donnée à tous les deux-roues de circuler sur tous les couloirs de bus.
Cette charte serait respectée par les deux-roues, et des sanctions aggravées pourraient être appliquées aux contrevenants éventuels.
L'ensemble de la circulation parisienne y trouverait là des améliorations notoires : les automobilistes n'ayant plus à craindre les zigzags des scooters et les deux-roues n'auraient plus à tricher avec la législation en cours en quittant et réintégrant illégalement les couloirs de bus.
Même les "bobos", si chers à votre c?ur, ressortent leurs motos du garage en raison de l'état déplorable de la circulation. Protégeons-les.
La Préfecture de police, soucieuse de la prévention routière parisienne, pourrait organiser à cette occasion une table ronde sur cette initiative.
En conséquence, je souhaite, au nom des élus du groupe U.M.P., que cette charte de bonne conduite soit mise ?uvre et présentée au prochain Conseil de Paris qui se tiendra les 5 et 6 juillet prochains.
M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Merci.
M. Denis BAUPIN a la parole pour vous répondre.
M. Denis BAUPIN, adjoint. - Monsieur CHARON, visiblement, vous lisez mal la presse, mais je suis content que des élus du groupe U.M.P. s'intéressent enfin à ces questions de déplacement et, notamment, à la question des deux-roues. Quand vous parlez des deux-roues, vous pensez aux deux-roues motorisés et non pas aux cyclistes que, dans votre intervention, vous semblez confondre.
Il est bon, en tout cas, que vous nous éclairiez un peu sur le texte particulièrement illisible de votre v?u que l'on ne comprend pas à la seule lecture des considérants et propositions.
Aujourd'hui, nous avons une explication.
Je ne sais pas sur quelle base vous jugez que je n'aurais pas trouvé opportun, comme vous dites, de mettre en place une concertation avec les usagers. Je peux vous dire que j'ai mis en place, il y a deux ans, une instance de concertation à laquelle participe l'ensemble des organisations représentatives de motards et d'usagers des deux-roues motorisés. Cela nous a conduit à engager une campagne de sensibilisation en direction des motards professionnels (livreurs de pizzas et coursiers) et ce groupe de travail (que je n'aurais pas mis en place !) a également permis de mettre au point un mobilier d'accrochage pour les deux-roues motorisés qui donne pleinement satisfaction aux motards aujourd'hui. Nous sommes même en train de le reproduire à mille exemplaires chaque année.
J'ai organisé en outre, avec l'accord de très nombreuses organisations de motards, la première journée nationale du deux-roues motorisé en ville et d'ailleurs nous avons adopté un projet de délibération lors de notre dernier Conseil. Si vous aviez examiné l'ordre du jour, vous sauriez que nous travaillons sur cette question.
J'entends qu'aujourd'hui, en dépit de toute considération de sécurité qui ont conduit le Maire de Paris, le Préfet de police, la R.A.T.P. et les associations de cyclistes à considérer qu'il n'était pas opportun d'autoriser les deux-roues motorisés dans les couloirs de bus, vous nous proposez, vous, de les autoriser, au nom de l'U.M.P.
C'est une lourde responsabilité que vous prenez. D'ailleurs, je constate que les associations de motards ne le demandent plus, sans doute parce qu'elles ont reconsidéré la question et qu'elles ont été convaincues de la dangerosité de ce procédé.
Pour notre part, la décision que nous avons prise est d'entrer en concertation avec ces organisations, mais pas pour présenter des choses dans un mois. Quand on veut faire de la concertation, on ne demande pas des résultats présentés rapidement devant le Conseil de Paris car, connaissant les délais d'introduction des projets de délibération, il faudrait déjà que le projet de délibération soit introduit.
Nous souhaitons concerter et nous avons décidé d'élaborer une charte de comportement concernant les deux-roues motorisés, pas seulement dans les couloirs de bus, mais sur l'ensemble de la chaussée, de façon à avoir des règles claires en ce qui concerne notamment la remontée des files de circulation par les deux-roues motorisés, à l'image de ce qui se pratique dans certaines villes. Ce sera pour nous un gros travail que nous allons mener avec les organisations, en particulier la Fédération des motards en colère qui est la plus représentative de cette catégorie d'usagers.
M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Je mets donc aux voix, à main levée, la proposition de v?u n° 41 déposée par le groupe U.M.P., avec un avis défavorable de l'Exécutif.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
La proposition de v?u n° 41 est repoussée.