Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2006
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  
Déliberation

Vœu relatif au projet de liaison Charles de Gaulle Express.

Déliberation/ Conseil municipal/ Décembre 2006 [2006 V. 433]


 

Délibération affichée à l?Hôtel-de-Ville

et transmise au représentant de l?Etat le 4 janvier 2007.

Reçue par le représentant de l?Etat le 4 janvier 2007.

 

Le Conseil de Paris, siégeant en formation de Conseil municipal,

Considérant que l?Etat vient de lancer la concertation sur le projet de liaison ferroviaire CDG Express qui relierait directement en 20 minutes la gare de l?Est à l?aéroport Roissy-Charles de Gaulle. Ce projet doit être réalisé sous la forme d?un contrat de partenariat sans apport financier des collectivités, et vise à améliorer la desserte en transports collectifs de l?aéroport de Roissy depuis Paris, avec une mise en service prévue à l?horizon 2012.

Considérant la lettre de mission adressée par le Ministre des Transports au Préfet de Région qui indique que l?enfouissement de la voie ferrée au niveau de la porte de la Chapelle, prévu dans le cadre du projet Paris Nord Est et fortement soutenue par les collectivités riveraines, aurait ?des conséquences rédhibitoires sur la réalisation de l?opération CDG Express?.

Considérant la vive opposition de la mairie du 18e quant à la décision apparemment prise par l?Etat de retenir, pour le passage des rames de CDG Express au niveau de la porte de la Chapelle, l?utilisation du viaduc ferroviaire existant reliant le site Chapelle Charbon au faisceau ferroviaire Nord, plutôt que de prévoir l?enfouissement des voies. Outre les nuisances visuelles et sonores importantes que cela ne manquerait pas de créer pour les riverains, le non-enfouissement des voies ferait obstacle à la réalisation de 500 nouveaux logements dans ce quartier et rendrait encore plus difficile le réaménagement attendu de l?échangeur situé entre le boulevard périphérique et l?autoroute A1. Le projet tel qu?il est aujourd?hui conçu ne permettrait pas l?amélioration du cadre de vie attendue par les habitants des quartiers de La Chapelle et de Charles Hermite.

Considérant par ailleurs que la réalisation de la liaison CDG Express ne peut se concevoir sans une intervention préalable de l?Etat et des collectivités franciliennes pour améliorer les conditions de circulation du RER B dans sa partie Nord.

Considérant enfin qu?il n?est pas acceptable qu?aucune des réunions prévues par l?Etat pour informer les citoyens sur les objectifs et les modalités de réalisation du projet ne se tienne sur le territoire parisien, pourtant particulièrement concerné (et notamment dans les 10e et 18e arrondissement).

C?est pourquoi, sur la proposition de Denis Baupin, au nom de l?Exécutif,

Demande à l?Etat, sur proposition de Daniel Vaillant et des élus du 18e, et conformément au courrier adressé récemment par le Maire de Paris au Préfet de Région, que le projet CDG Express soit revu afin que :

-la modernisation du RER B soit un préalable à l?ouverture de la liaison CDG Express et que le montant de 10M? inscrit par l?Etat à cet effet en 2006 soit revu significativement à la hausse pour répondre aux besoins ;

-la création d?une liaison piétonne directe entre la gare du Nord et la gare de l?Est, indispensable à l?intermodalité métro / RER / bus entre ces deux gares, soit inscrite au futur contrat de projets Etat-Région ;

-la voie ferrée au niveau de la porte de la Chapelle soit enfouie à l?occasion de la réalisation du projet CDG ;

 - une réunion de concertation sur le projet CDG Express soit organisée à Paris, en lien avec les maires d?arrondissement concernés, pour une véritable concertation avec les Parisiennes et Parisiens intéressés ;

- la phase chantier, concomitante- avec celle de l?extension du tramway T3, fasse l?objet d?une attention particulière pour minimiser les nuisances pour les riverains et garantir le maintien des dessertes en transports collectifs dans les quartiers en travaux ;

- les projets de développement de pôle logistique prévus sur le site de Chapelle Charbon ne soient pas remis en cause.