Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2005
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2005, DJS 299 - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer une convention avec l’Association des résidences et foyers de jeunes travailleurs (ARFJ) et 10 associations affiliées. - Attribution des subventions correspondantes. - Montant : 547.000 euros. Vœu déposé par Mme Marie-Thérèse ATALLAH relatif à la convention entre la Ville de Paris et l’A.R.J.F. Vœu de l’Exécutif.

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2005


M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Nous examinons maintenant le projet de délibération DJS 299 concernant une autorisation à M. le Maire de Paris de signer une convention avec l?Association des résidences et foyers de jeunes travailleurs et dix associations affiliées, sur lequel le groupe ?Les Verts? a déposé un v?u référencé n° 43 et l?Exécutif, un v?u référencé n° 43 bis dans le fascicule.

Madame ATALLAH, vous avez la parole.

Mme Marie-Thérèse ATALLAH. - Merci, Monsieur le Maire.

Il nous est proposé d?approuver le projet de délibération relatif à la convention entre la Ville de Paris et l?Association des résidences et foyers des jeunes travailleurs et les dix associations qui y sont affiliées.

Au regard de l?alarmante situation de l?accès au logement dans notre Capitale pour les personnes plus ou moins défavorisées et de la non moindre inquiétante précarité qui touche les jeunes en France, les foyers de jeunes travailleurs offrent de réelles possibilités de logement temporaire pour les jeunes en insertion sociale et professionnelle.

Ces foyers assurent aussi des missions d?accompagnement social et des activités socio-éducatives en direction de leurs résidents. C?est d?ailleurs pour renforcer cette dimension d?accompagnement social que, depuis maintenant trois ans, notre Municipalité apporte sa contribution financière afin de développer des ateliers et des actions socio-éducatives au sein de ces mêmes foyers.

Ces derniers représentent donc plus qu?un lieu de vie temporaire pour ces jeunes travailleurs. Ils sont aussi un lieu pouvant les aider à dessiner leur futur et leur ouvrir de nouveaux horizons.

Dans le projet de délibération qui nous est présenté ici, il est précisé que ces foyers accueillent des jeunes en difficulté, sans nous indiquer quels sont les critères d?attribution selon lesquels les responsables des foyers décident d?accepter ou de refuser un jeune travailleur ayant besoin de logement ou d?hé-bergement.

Enfin, si à leur création ces foyers devaient répondre avant tout au besoin des jeunes en provenance de province, devant résider dans la Capitale, la demande actuelle est bien différente et plus complexe au regard de la problématique des jeunes Parisiennes et Parisiens ayant besoin d?un toit pour consolider leur parcours d?insertion sociale et professionnelle. Tous les acteurs de l?insertion agissant dans le cadre du P.D.I. le disent et ont déjà d?ailleurs pris l?initiative de tisser des liens et établir un partenariat informel avec ces foyers pour essayer de dégager des places pour les jeunes Parisiens qui sont pris en charge par les structures d?insertion de type missions locales ou autres.

Loin de nous de vouloir réserver ces foyers aux seuls Parisiennes et Parisiens, au contraire. Ces lieux doivent faire vivre la mixité dans toutes ses dimensions et être accessibles à tous les jeunes travailleurs ou stagiaires ayant besoin de logement temporaire à Paris.

Le v?u que nous présentons ici porte sur l?idée d?un groupe de travail réunissant les responsables de l?A.R.J.F. et les acteurs de l?insertion sociale et professionnelle des jeunes de moins de 25 ans, mais aussi des ?R.M.istes? de moins de 30 ans ayant trouvé un emploi dont le revenu ne leur permet pas d?accéder à un logement durable, en vue d?organiser un partenariat territorialisé permettant de réserver des solutions d?hébergement dans les 16 foyers parisiens de l?A.R.J.F. qui ont une capacité d?accueil de plus de 2.000 jeunes.

C?est pourquoi les élus du groupe ?Les Verts? proposent de mettre en place un groupe de travail pour définir un partenariat entre les foyers des jeunes travailleurs, les missions locales, les clubs de prévention et tous les acteurs intervenant auprès des jeunes en difficulté ; deuxième point, que ce groupe de travail ait aussi mission d?établir des critères communs afin d?identifier les différentes catégories de jeunes en difficulté et donc de pouvoir mieux répondre aux besoins et attentes des différents publics ; troisième point, de réserver des places dans chaque foyer conventionné aux jeunes suivis par les services de la Ville.

Merci.

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci.

Madame AUTAIN, vous avez la parole.

Mme Clémentine AUTAIN, adjointe, au nom de la 7e Commission. - Je vous remercie.

Je tiens d?abord à remercier Marie-Thérèse ATALLAH de s?intéresser aux foyers de jeunes travailleurs, parce que nous les aidons et c?est une nouveauté, puisque Paris était un des seuls départements à ne pas avoir conventionné avec les associations gestionnaires de foyers avant que nous arrivions.

Les foyers à Paris sont regroupés au sein de deux grandes fédérations : l?U.F.J.T. d?une part et l?A.R.F.J. d?autre part. En 2005, nous les avons globalement aidées en subventions de fonctionnement à hauteur de 1,3 million d?euros.

Les subventions de la Ville de Paris ont pour objectif de permettre aux associations de développer des activités socioéducatives dans les foyers, celles-ci prennent des formes différentes selon les structures (ateliers sur l?emploi, sur la santé, animation du foyer, voire suivi individualisé pour certains jeunes).

Plusieurs responsables de missions locales ont attiré notre attention sur la difficulté d?insertion de certains jeunes à Paris en raison notamment de l?explosion des loyers, nous le savons par ailleurs et c?est une crise très importante et très profonde, et les jeunes en sont particulièrement victimes. C?est pourquoi au printemps dernier, suite à une réunion à laquelle participaient les missions locales, le Comité pour le logement autonome des jeunes à Paris (C.L.A.J.) et les deux Fédérations de foyers de jeunes travailleurs (U.F.J.T. et l?A.R.F.J.), il a été décidé que nous examinerions les possibilités de mettre sur pied une convention entre ces différents acteurs pour faciliter l?installation d?un jeune suivi en mission locale et qui vient de trouver une formation ou un emploi dans un foyer de jeunes travailleurs.

J?ai rencontré à la fin du mois de juin la Préfecture de Paris, qui a également mis en place un dispositif qui va dans ce sens, pour éviter la redondance de l?intervention publique.

C?est pourquoi, après discussion avec Marie-Thérèse ATALLAH, l?Exécutif propose un autre v?u qui permet d?affiner la présentation des objectifs de ce groupe de travail. A la demande de Marie-Thérèse ATALLAH et avec l?accord de ma collègue Gisèle STIEVENARD, plusieurs services de la DASES seront associés à ce groupe de travail, notamment pour tenir compte de la situation particulière des ?R.M.istes? âgés de plus de 25 ans et qui ne sont donc plus suivis par les missions locales.

Les résultats des dossiers Verts transmis par les associations à la C.A.F. et à la D.D.A.S.S. illustrent bien la diversité des jeunes accueillis. En 2003, pour les foyers gérés par l?A.R.F.J., 15 % des jeunes avaient des ressources mensuelles inférieures à 150 euros, et 22 % comprises entre 150 et 600 euros. Quant à leur statut professionnel, si 25 % d?entre eux ont un C.D.I., 14 % sont en C.D.D. ou intérim et 30 % en période de stage.

Les foyers de jeunes travailleurs ont vocation à recevoir des jeunes aux profils variés et à favoriser la mixité sociale ; ils n?ont pas vocation à se substituer aux centres d?hébergement d?urgence.

Au total, la Municipalité souhaite mieux articuler les liens entre les différentes structures publiques que sont les missions locales, le C.L.A.J. et les foyers de jeunes travailleurs, c?est l?objectif de ce v?u de l?Exécutif qui est plus précis et qui reprend la démarche entamée par la Ville depuis plusieurs mois.

Je vous remercie.

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci.

Madame ATALLAH, retirez-vous votre v?u ?

Mme Marie-Thérèse ATALLAH. - Bien sûr, oui, puisque cela reprend l?esprit de mon v?u.

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - C?est à peu près le même, sauf qu?il y a quelques partenaires de plus.

Mme Marie-Thérèse ATALLAH. - Oui.

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de v?u déposé par l?Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de v?u est adopté. (2005, V. 296).