Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2005
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Hommage aux victimes des attentats de Londres.

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2005


 

M. LE MAIRE DE PARIS. - Mes chers collègues, nous avons appris avec horreur la terrible agression terroriste qui a ensanglanté Londres jeudi dernier et nous avons à l?esprit ces images terrifiantes qui nous rappelaient celles de New York ou de Madrid, car la barbarie produit toujours les mêmes cris, les mêmes ravages dans son dessein morbide qui ignore les frontières. Cette violence est d?autant plus inhumaine qu?on la sait réfléchie, coordonnée, planifiée. Toujours, elle vise des victimes innocentes, ni puissantes, ni protégées. Bien au contraire, c?est même leur vulnérabilité qui les désigne comme cible.

Ce mépris pour la vie humaine appelle à la plus grande détermination des démocraties. La lâcheté des stratégies terroristes représente un défi que nous devons relever avec fermeté, d?abord par notre dignité et notre solidarité, et c?est pourquoi je tiens à saluer les Londoniens qui ont démontré par leur calme un courage exemplaire. L?afflux vers l?Angleterre de messages de sympathie en provenance de toute la planète est un signe salutaire de la capacité du monde civilisé à serrer les coudes dans l?adversité. Promouvoir les Droits de l?Homme et la démocratie, c?est aussi lutter sans faiblesse contre ceux qui souillent le sens même de l?humanité, de ses valeurs, de sa diversité.

L?Islam n?est évidemment pas coupable, et nos amis musulmans sont affligés de voir ainsi prise en otage leur religion. Nous pensons à eux et nous savons que notre force collective dépend aussi de notre lucidité et de notre esprit de tolérance.

En signe de solidarité, en votre nom et en mon nom, j?ai adressé un message d?amitié et de soutien à mon ami Ken LIVINGSTONE, le Maire de Londres, et à l?ensemble des citoyens de sa ville.

Je vous propose maintenant, mes chers collègues, d?observer une minute de silence à la mémoire des victimes de cette tragédie.

(L?Assemblée, debout, observe une minute de silence).