Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2005
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe “Les Verts” concernant la réduction de l’empreinte écologique de Paris en développant les énergies renouvelables.

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2005


M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Très bien. Merci. Je vous donne à nouveau la parole pour le v?u référencé n° 76 dans le fascicule, concernant le développement des énergies renouvelables. C?est cela ?

M. Jean-François BLET. - Vous l?avez compris, cet ensemble de v?ux forme une réflexion pour qu?une avancée décisive soit faite dans les domaines de la réduction de l?empreinte écologique de Paris. C?était un vocabulaire avec lequel nous ne sommes point familiers et avec lequel il va falloir nous familiariser.

Dans 40 ans, il n?y aura plus de pétrole. Dans 100 ans, il n?y aura plus de gaz. A partir de là, réduire l?empreinte écologique de Paris doit être un objectif prioritaire de cette mandature.

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président.- Si vous lisez les trois pages, vous ferez plus de 3 minutes !

M. Jean-François BLET. - J?ai été très bref sur les v?ux précédents. Vous n?allez pas me chipoter pour 1 minute !

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - 3 minutes, c?est 3 minutes !

M. Jean-François BLET. - Je reprends.

Si tout le monde vivait comme un Parisien, deux planètes seraient nécessaires.

Face à ce constat, nous ne pouvons rester indifférent.

Réduire l?empreinte écologique de Paris, c?est d?abord s?attaquer en premier lieu à la facture énergétique des bâtiments. 42 % de l?énergie consommée, je vous l?ai dit, en France provient des bâtiments. Pour Paris, ville ultra-densifiée, ces chiffres devraient être vraisemblablement supérieurs.

Depuis le début de la mandature, suite au dépôt d?amendements et de v?ux du groupe ?Les Verts?, la prise en compte du développement durable dans la construction est devenue réalité. Plusieurs bâtiments municipaux sont ainsi réalisés dans le cadre de la démarche H.Q.E.

Nous souhaitons dorénavant qu?elle soit généralisée à l?intégralité des projets dont la Ville est maître d?ouvrage. Ce fut le cas notamment lors du débat d?hier sur le H.Q.E. que nous avons proposé sur les opérations d?aménagement.

Nous déplorons toutefois quelques opérations ratées. Ainsi, en ce qui concerne la convention S.I.E.M.P. sur l?insalu-brité, qui concerne 400 immeubles, l?OPATB qui avait été votée n?a pas été appliquée, remplacée par une charte de développement durable sympathique, mais qui ne concerne que 6 immeubles.

De même, la charte de développement durable de l?O.P.A.C. est toujours en gestation et on souhaite qu?elle puisse aboutir rapidement.

En Allemagne, en Suisse, la qualité environnementale du bâti est un acquis depuis de nombreuses années. En France et à Paris, cela ne faisait pas encore partie de notre culture. Passons à la vitesse supérieure, y compris dans les opérations de réhabilitation et notamment pour les PALULOS HQE.

Par ailleurs, le véritable enjeu de l?HQE est l?enjeu énergétique. Tout projet devrait en effet pouvoir parvenir à l?autosuffisance énergétique. C?est le cas en Allemagne, avec les maisons autosuffisantes. Ne pas rejeter de gaz à effet de serre, ne pas consommer d?énergies polluantes, nucléaires incluses.

Dans cette optique, il faut un véritable plan de développement des énergies renouvelables. Paris a pris un grand retard par rapport à Barcelone, Berlin ou Stockholm et également par rapport à d?autres villes françaises.

Par exemple, à Chamberry, 58.000 habitants, ont été installés 1.701 mètres carrés de panneaux solaires photovoltaïques et 1.842 mètres carrés de capteurs solaires thermiques. Pour atteindre la même proportion, ce sont 61.588 mètres carrés de panneaux solaires photovoltaïques et 66.693 mètres carrés de capteurs thermiques qui devraient être installés à Paris.

A Barcelone, tout permis de construire doit comprendre un volet solaire thermique, sinon il est refusé. Une telle obligation devrait pouvoir être intégrée dans le cadre du P.L.U. Or, le projet de P.L.U. n?a rien d?écologique puisque ses amendements n?ont pas, pour l?heure, été retenus. Nous ne désespérons pas de les voir intégrés dans la version finale du P.L.U. qui sera adoptée en janvier prochain.

D?autres solutions que le solaire doivent être explorées : les biomasses, l?éolien ou la géothermie. Nous avons voté que la carte géothermique serait annexée au document du P.L.U. Il est par ailleurs aberrant que la cartographie de la pollution des sols ne soit toujours pas communiquée par les services de l?Etat, alors même que l?adjoint à l?Environnement l?a réclamée à plusieurs reprises.

Ce plan d?énergie renouvelable doit être transposé dans toutes les opérations municipales, nous l?avons?

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président.- Excusez-moi de vous interrompre, Monsieur BLET. Je veux bien que vous lisiez intégralement votre v?u, mais je vous signale que votre v?u sera intégralement reproduit au Bulletin municipal officiel.

Pouvez-vous vous acheminer vers votre conclusion, afin que nous puissions respecter le Règlement intérieur ?

M. Jean-François BLET. - Sinon, je redéposerai la deuxième moitié suivante à la prochaine séance, mais je vais essayer de conclure, si vous me laissez terminer.

Réduire l?empreinte écologique, c?est aussi, nous le savons, agir sur les transports. Le P.D.P. que nous avons débattu aujourd?hui nous a permis d?aborder ces questions. On peut regretter néanmoins que, alors que de nombreuses villes européennes, comme Amsterdam ou Zurich, interdisent les parkings sous les constructions de bureaux, la Ville de Paris n?ait pas recours à cette solution qui a l?avantage en outre de favoriser les transports en commun.

Dernier volet, la captation de CO2 grâce à la végétalisation de Paris est en bonne voie. La préservation de ses bois devrait être accentuée.

Nous devons rompre avec la logique et se fixer des objectifs précis de réduction des émissions de gaz à effet de serre. C?est la raison pour laquelle nous vous proposons le v?u selon lequel sera créé un groupe de travail chargé de définir un programme de réduction de l?empreinte écologique de Paris, qui sera placé sous l?autorité de l?adjoint à l?Environnement. Il associera les adjoints concernés (Urbanisme, Logement, Transport), les élus intéressés des 3e, 4e et 8e Commissions du Conseil de Paris, ainsi que les services concernés et, bien évidemment, l?A.D.E.M.E. qui est un des acteurs majeurs dans ce domaine.

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Monsieur CONTASSOT, vous avez la parole.

M. Yves CONTASSOT, adjoint. - Il est prévu qu?un groupe de travail orienté vers le développement des énergies renouvelables soit mis en place dans le cadre de l?élaboration du plan climat et le travail sur l?empreinte écologique sera approfondi dans le cadre de l?Agenda 21.

C?est un avis favorable.

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe ?Les Verts?.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition de v?u est adoptée. (2005, V. 308).