Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2005
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par M. Jacques DAGUENET, Mme Sophie MEYNAUD et les membres du groupe communiste concernant le stationnement des autocars de tourisme sur les boulevards Clichy/Rochechouart (9e et 18e).

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2005


 

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Nous allons maintenant examiner le v?u référencé n° 69 dans le fascicule, déposé par le groupe communiste, relatif au stationnement des autocars de touristes sur les boulevards Clichy/Rochechouart.

Monsieur DAGUENET, vous avez la parole. C?est un sujet que l?on connaît bien, donc allez rapidement.

M. Jacques DAGUENET. - Merci.

Ce n?est pas une question nouvelle, nous sommes déjà et personnellement intervenus plusieurs fois sur le sujet, simplement la situation devient de plus en plus incompréhensible et insupportable pour les riverains alors que ces deux boulevards ont été réaménagés, à la plus grande satisfaction de tous.

Je rappelle que l?objectif de ce réaménagement était de redistribuer l?espace au profit des piétons, des transports en commun et des circulations douces. Seulement, les autocars de touristes utilisent le réaménagement des couloirs de bus comme parking ou comme dépose pour les touristes. C?est le cas depuis plus d?un an boulevard de Clichy côté 18e, à la hauteur du Moulin Rouge, et maintenant sur le boulevard Rochechouart à la hauteur du lycée Jacques-Decour. Aujourd?hui, cette pratique se généralise sur toute la longueur du boulevard Rochechouart, particulièrement autour de la desserte de Jacques-Decour.

Ce stationnement abusif des autocars de touristes provoque un grand mécontentement et récemment, à l?occasion d?une fête annuelle, le collectif des riverains a recueilli plusieurs centaines de pétitions dénonçant cet état de fait et exigeant que des mesures soient prises. Cette situation ne peut plus perdurer, je l?avais déjà dit. Il faut faire respecter la réglementation.

Le respect de l?interdiction est de la responsabilité de la Préfecture de police, mais je crois aussi que la Ville de Paris ne peut pas exclure de travailler à des solutions alternatives en terme de desserte, et de places de stationnement.

C?est pourquoi les élus communistes, Sophie MEYNAUD et moi-même, proposent que le Conseil émette le v?u que le Maire de Paris demande au Préfet de police de prendre toutes les mesures pour faire appliquer l?interdiction du stationnement, notamment des autocars de touristes, dans les couloirs de bus sur les deux boulevards des 9e et 18e et de proposer à la Préfecture une réunion, avec le collectif des riverains des deux boulevards, pour envisager toute solution alternative en matière de stationnement.

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Ce n?est pas dans le v?u.

Merci, Monsieur DAGUENET.

La parole est à M. BAUPIN.

M. Denis BAUPIN, adjoint. - Peut-être devrait-on donner d?abord la parole à M. d?ABZAC ?

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Monsieur d?ABZAC, faisons court car c?est un sujet que l?on connaît bien.

M. LE REPRÉSENTANT DU PRÉFET DE POLICE. Merci, Monsieur le Maire.

Monsieur le Conseiller, les problèmes de circulation liés à la grande fréquentation touristique de ce secteur aux abords de la Butte Montmartre ont déjà été évoqués ici et font l?objet d?une attention soutenue de la part de la Préfecture de police.

Cette fréquentation touristique se traduit par le grand nombre de cars de touristes qui transitent par le boulevard, récemment réaménagé pour amener les touristes vers ces sites. Les forces de police ont pris en compte ces problèmes de manière déterminée, ainsi une présence policière permanente est assurée tous les soirs pour dissuader les cars de stationner et les verbaliser le cas échéant. Les patrouilles de police de quartier effectuent par ailleurs des passages fréquents. Plusieurs centaines de procès-verbaux pour stationnement irrégulier ont été délivrés au cours des cinq premiers mois de l?année. La procédure d?encaissement immédiat par consignation a été pratiquée pour dissuader les chauffeurs d?autocars immatriculés à l?étranger.

Ceci dit, le problème rencontré paraît dépasser la simple logique policière, et il semble utile de regarder la question de la desserte du quartier par les cars de touristes en termes de reprise - dépose et de stationnement. La Préfecture de police est bien entendu à l?écoute de toute initiative permettant d?améliorer la situation, elle continuera de toute manière par sa présence à travailler à la fluidité de cet axe.

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci.

Monsieur BAUPIN, vous avez la parole.

M. Denis BAUPIN, adjoint. - Je voudrais confirmer ce qu?a dit Jacques DAGUENET sur le caractère absolument insupportable de ce stationnement illicite des autocars. La Ville de Paris a fait des investissements considérables pour réaménager ces boulevards, ce n?est pas pour que les couloirs de bus servent au stationnement des autocars.

Je voudrais lui indiquer une information importante qui, de toute façon, va modifier la situation à partir du mois de septembre prochain. Une ligne Noctilien fonctionnera toute la nuit et utilisera ces couloirs d?autobus toute la nuit. En tout état de cause, soit les autocars auront libéré le couloir, soit il y aura un réel problème qui obligera à agir et de façon extrêmement concrète.

Je donne un avis favorable à ce v?u. Je souhaiterais, puisque vous suggérez qu?il y ait une réunion avec la Préfecture de police et le collectif des riverains, y associer le Moulin Rouge pour qu?il prenne clairement ses responsabilités. Le Moulin Rouge ne régule pas la circulation des autocars. S?il s?agit de trouver des localisations pour le stationnement des autocars, il faut y travailler avec les mairies d?arrondissement concernées.

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe communiste.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition de v?u est adoptée. (2005, V. 304).