Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2005
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2005, DVD 12 - Renaissance de la Bièvre à Paris (5e et 13e). - Approbation du principe et des modalités de passation par voie d’appel d’offres ouvert de 4 marchés d’études de définition pour la mise en oeuvre d’un parcours symbolique.

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2005


 

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Nous passons à l?examen du projet de délibération DVD 12 concernant la renaissance de la Bièvre à Paris (5e et 13e), sur lequel l?amendement n° 70 a été déposé par le groupe U.M.P. et l?amendement n° 70 bis par l?Exécutif.

Monsieur FLORES, vous avez la parole.

M. François FLORES. - Je vais aller à l?essentiel.

Le projet de renaissance de la Bièvre connaît des revers qui étaient malheureusement prévisibles. Pourtant, le projet pouvait sembler plaisant, voire ?écolo? aux yeux de quelques-uns, malgré les réserves vives que certains d?entre nous avaient émises.

Mais point de petite rivière serpentant de nouveau dans la Capitale. Il s?avère que la Bièvre, si elle était à ciel ouvert serpenterait à -4 mètres par rapport au niveau de la voirie et qu?un certain nombres de bâtiments a malencontreusement été construit au-dessus de son ancien lit et de son lit actuel.

Des deux scénarios étudiés, c?est le plus raisonnable et le moins ambitieux qui semble s?imposer. En effet, le scénario que d?aucun décrivait comme une utopie réaliste et qui rétablissait l?écoulement gravitaire de la Bièvre et créait treize émergences, ignorait complètement l?histoire de cette rivière.

Comme toute rivière urbaine, la Bièvre a été canalisée, enterrée, détournée de son cours, au gré des besoins et des aménagements passés, dans des conduites forcées, pour lui permettre de franchir des reliefs. Cela fait des siècles que les cours d?eau sont artificialisés dans les villes et ce pour une bonne raison, leur évolution naturelle est incompatible avec les activités humaines dans une ville.

A l?état naturel, dans le bassin parisien, les cours d?eau forment des méandres mobiles qui migrent régulièrement d?amont en aval et le lit des rivières n?est pas statique. Aussi, dès le départ, le projet de renaissance de la Bièvre reposait sur une idéalisation romantique de la nature, une sorte de néo-rousseauisme bobo, faisant fi des notions de géographie élémentaires, mes chers collègues.

Nous hériterons vraisemblablement du deuxième scénario, qualifié de plus pragmatique. Si pragmatique signifie modeste dans ses ambitions et fort coûteux, nous partageons complètement cette analyse, Monsieur le Maire.

De quoi s?agit-il ? De créer trois émergences, de mettre à ciel ouvert trois portions de canalisation aujourd?hui enterrées, dont une hypothétique est conditionnée à l?accord de l?Etat, en conservant un écoulement non gravitaire. Et encore le débat ne pourra prendre réellement son sens que d?ici à cinq ou sept ans, selon le projet de délibération.

Que reste-t-il de l?utopie réaliste ? Un projet d?évocation de la Bièvre, en surface, pour la modique somme de 1.600.000 euros. C?est sans doute le prix à payer pour consoler la population consultée chez qui on a fait naître de faux espoirs.

Pourtant, Monsieur le Maire, il y a d?autres pistes possibles pour donner à l?eau toute sa place dans Paris, pour la faire participer à l?amélioration de la qualité de vie : aménagement des canaux au Nord de Paris, aménagement des berges et voies sur berges de la Seine. Et pourquoi pas une mise en valeur du canal Saint-Martin en étudiant la faisabilité de sa découverte.

Nous nous abstiendrons donc sur ce projet de délibération et nous souhaitons qu?à l?avenir vous continuiez à confier à vos partenaires du groupe ?Les Verts? la tâche d?élaborer des projets écologiques pour éviter qu?ils ne tournent en eau de boudin, Monsieur le Maire.

N?en déplaise à certains, la Ville n?est pas en panne de projets, mais ceux dont elle hérite de la précédente mandature ne sont pas les meilleurs.

Monsieur le Maire, mes chers collègues, je vous remercie.

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci.

La parole à M. TRÉMÈGE.

M. Patrick TRÉMÈGE. - J?ai déposé un v?u demandant à ce qu?il y ait, dans les différentes commissions consultatives, des représentants du 13e arrondissement. Contrairement à ce que l?orateur précédent vient d?indiquer, le groupe U.M.P. soutient ce projet d?émergence de la Bièvre. C?est une initiative particulièrement intéressante, la population l?a compris et soutient également ce projet.

C?est pourquoi nous souhaitons qu?il y ait des représentants de l?opposition du 13e arrondissement et un membre de celle du 5e arrondissement.

Merci.

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci.

La parole est à M. DESESSARD.

M. Jean DESESSARD. - On aurait pu parler d?un enterrement de première classe, si la Bièvre n?était déjà enterrée. Il ne nous est pas proposé de la faire émerger en trois sites, ce qui serait possible, mais il nous est proposé un parcours signalétique. C?est du virtuel ! Là, nous sommes dépassés ! M. SAUTTER n?est plus là, lui qui avait du mal à se mettre à l?infor-matisation?

Ah, vous êtes là ! Vous êtes passé de l?informatisation au virtuel, aujourd?hui ! Vous allez très loin.

Il y avait un véritable intérêt à faire revivre une rivière dans une grande ville. C?était un projet formidable et on pouvait le faire en trois sites. A ce moment-là, le parcours signalisé trouvait tout son sens.

Mais, aujourd?hui, il n?est plus question d?émergences, ce qui veut dire que l?on ne verra pas l?eau. Ce sont simplement des panneaux qui nous diront qu?ici coulait la Bièvre. C?est très intéressant. On peut faire des économies, avec le virtuel ! Au lieu d?installer une fontaine, on pourra mettre un panneau et indiquer : ?Il aurait pu y avoir une fontaine?. On pourrait également faire cela pour les gymnases, si cela coûte trop cher, avec un panneau indiquant : ?Voilà, vous pouvez faire du sport?.

Donc, cela n?a plus du tout le même intérêt. Il faut revenir au projet initial et qu?il y ait des points d?émergence, que l?on voit l?eau, et, à ce moment-là, c?est plus intéressant.

En l?occurrence, nous nous abstiendrons sur ce projet de substitution et ce projet virtuel, en espérant que, malgré tout, puisqu?il y avait une campagne active des différents groupes pour que la Bièvre renaisse dans le 13e arrondissement, que ce soit l?objectif d?un prochain mandat et que ce ne soit pas repoussé de mandat en mandat.

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci.

La parole à M. COUMET.

M. Jérôme COUMET. - Je voudrais dire à M. DESESSARD que nous ne sommes ni dans un projet de substitution ni dans un projet virtuel ni dans un projet de signalétique.

Il s?agit d?un projet basé sur la symbolique et sur l?artisti-que. Je le considère comme un projet d?attente, qui n?exclut pas à l?avenir un projet plus ambitieux.

Aujourd?hui, la dépollution de la Bièvre a pris du retard en amont. Réaliser à la réouverture de la Bièvre est peut-être encore quelque peu prématuré, mais je suis tout à fait d?accord avec vous pour souhaiter que les projets de réouverture de la Bièvre, au moins l?un d?entre eux, puissent être réalisés dans un avenir proche.

Pour cette rivière qui, de fait, n?existe plus aujourd?hui et a été enterrée et transformée en canalisation d?égout, il est nécessaire de maintenir ce souvenir et donc de lancer ce projet symbolique, en essayant de mobiliser les conseils de quartier et les associations dont certaines se sont déjà investies sur cette question. Je pense qu?il est important de ne pas laisser les choses en jachère et d?avancer, même si cela se limite effectivement, dans le cadre de ce projet de délibération, à un projet d?ordre symbolique.

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci.

Mme CONSTANTIN a la parole.

Mme Myriam CONSTANTIN, adjointe, au nom de la 4e Commission. - Merci, Monsieur le Maire, et merci aux orateurs qui se sont exprimés.

Je voudrais rassurer le groupe ?Les Verts?. Il ne s?agit ni d?un projet de substitution à un projet de renaissance de la Bièvre ni d?un projet virtuel, mais d?un projet symbolique.

Cela a fort bien été exprimé par Jérôme COUMET et je voudrais ajouter ma voix à ses propos pour vous dire que c?est une première étape. En aucune façon, elle ne devra être contradictoire avec l?avènement de la résurgence de la Bièvre sur quelques sites. Nous verrons combien. A priori, trois dans les espaces publics et dans les rues.

Je voudrais remercier M. COUMET et également M.TRÉMÈGE de leur soutien à ce projet extrêmement cher aux habitants?

(Réaction de M. SAUTTER).

? que ce soit du 5e, du 13e ou du...

(L?orateur se met à rire).

Je n?avais pas compris le sursaut de M. SAUTTER. N?ayez crainte, Monsieur SAUTTER, nous veillons à ceci aussi, et à une éthique par rapport au budget.

Donc cher au c?ur des habitants du 13e, du 5e, des Parisiens et au-delà, et sur lequel nous travaillons avec les communes d?amont.

Première étape : parcours symbolique associant très largement les habitants dans les conseils de quartier et les associations, de même que les élus.

Je suis tout à fait d?accord avec l?amendement proposé par M. TRÉMÈGE, que je vous demande simplement de compléter en y ajoutant - et c?est le sens de l?amendement de l?Exécutif - la possibilité d?associer au comité de pilotage en cours un membre de l?opposition du 5e arrondissement.

Je vous incite à poursuivre ensemble ce qui est une première étape du projet de renaissance de la Bièvre.

Encore une fois, les projets d?amont ont pris du retard et nous en avons bien pour 5 à 10 ans d?attente avant d?avoir une eau de Bièvre correcte en termes de qualité aux portes de Paris.

(Applaudissements sur les bancs des groupes socialiste et radical de gauche, communiste, du Mouvement républicain et citoyen et ?Les Verts?).

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - D?accord. Nous allons passer au vote des amendements nos 70 et 70 bis qui se complètent.

Je mets donc aux voix, à main levée, la proposition d?amendement n° 70 déposée par le groupe U.M.P., assortie d?un avis favorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition d?amendement n° 70 est adoptée.

Je mets aux voix, à main levée, le projet d?amendement n° 70 bis déposé par l?Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet d?amendement n° 70 bis est adopté.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DVD 12 ainsi amendé.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération amendé est adopté. (2005, DVD 12).