Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 1999
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

4 - 1999, ASES 73 G - Subvention au Centre Roger-Ikor (15e). - Montant : 76.900 F

Débat/ Conseil général/ Septembre 1999


M. LE PRÉSIDENT. - Nous passons maintenant au projet de délibération ASES 73 G concernant une subvention au Centre Roger-Ikor.
Madame TAFFIN, vous avez la parole.
(M. Philippe LAFAY, vice-président, remplace M. Jean TIBÉRI, président, au fauteuil de la présidence).
Mme Benoîte TAFFIN. - D'accord. Merci.
Les élus indépendants non inscrits sont partisans d'un recentrage, vous le savez, Monsieur le Président, des engagements de la collectivité parisienne sur ses missions essentielles. Entre autres nous demandons à ce qu'il soit procédé à un élagage général et important des subventions aux associations.
Dans ce contexte, considérant que la lutte contre les sectes n'est certainement pas une priorité que doit retenir la Municipalité parisienne, nous aurons le grand regret de voter contre cette subvention demandée par le Centre de documentation, d'éducation et d'action contre les manipulations mentales, Roger-Ikor, que préside Alain VIVIEN, comme nous avions déjà voté contre en 1998.
Merci.
M. Philippe LAFAY, président, au nom de la 5e Commission. - Je vais répondre à Mme TAFFIN, qui est le porte-parole habituel de M. DUMAIT...
Mme Benoîte TAFFIN. - Des élus indépendants non inscrits.
M. Philippe LAFAY, président, au nom de la 5e Commission. - Je ne reproche rien du tout, je remarque simplement que depuis trois ou quatre séances du Conseil général M. DUMAIT n'est pas là et que vous intervenez à sa place.
Je voudrais dire qu'évidemment je ne partage pas du tout votre opinion, d'autant plus que dans le cadre actuel de toutes les procédures qu'il y a contre les sectes, votre propos est mal venu. Je voudrais rappeler que l'association Centre Roger-Ikor a pour objet de dénoncer les malfaisances de certaines sectes et de venir en aide à ceux qu'elles ont abusés. A cette fin elle mène une action d'information, d'éducation et de mise en garde du public et intervient en justice si c'est nécessaire.
Le Centre Roger-Ikor sollicite la reconduction au titre de 1998 de la subvention de 76.900 F que lui alloue régulièrement depuis plusieurs années la collectivité parisienne. Cette subvention a essentiellement pour but d'assurer le financement des dépenses de recherche et de diffusion des informations destinées à prévenir le public des dangers que représentent les sectes.
Il convient de rappeler qu'il est de la compétence de la collectivité parisienne de veiller à la protection et à la défense essentielle des Parisiens. En conséquence, compte tenu de l'intérêt social certain de l'action de ce Centre Roger-Ikor, il y a lieu de renouveler cette aide financière au même montant que celle accordée en 1997, soit 76.900 F.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération ASES 73 G.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (1999, ASES 73 G).