Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2001
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

6 - 2001, ASES 156 G - Subvention au Centre régional d'information et de prévention du Sida (15e). - Montant : 500.000 F

Débat/ Conseil général/ Novembre 2001


M. LE PRÉSIDENT. - Nous passons au dossier référencé ASES 156 G attribuant une subvention au Centre régional d'information et de prévention du Sida.
La parole est à Mme GÉGOUT.
Mme Catherine GÉGOUT. - Merci, Monsieur le Président.
La réputation du Centre régional d'information et de prévention du Sida et le sérieux de cette structure en termes d'accueil, de conseil, de documentation et d'information n'est plus à faire, évidemment. Il s'agit d'une structure de niveau régional et c'est bien le Conseil régional qui assure la plus grande partie de ses moyens de fonctionnement. Néanmoins et sans doute aussi parce qu'elle est située en plein Paris dans la tour Maine-Montparnasse, de très nombreux Parisiens en sont bénéficiaires. La Ville est membre actif de droit du C.R.I.P.S. Ces dernières années, les moyens accordés par le Département de Paris à cette structure étaient en baisse constante malgré l'augmentation de l'activité. Aussi, nous nous réjouissons que cette baisse soit enfin stoppée. Au-delà du maintien de l'aide au fonctionnement de 400.000 F, 100.000 F de subvention ont été attribués en plus pour la permanence ouverte fin 2000 dans le quartier du Marais, qui assure écoute, information, orientation et conseil à propos du Sida, des M.S.T. et des hépatites. C'est un travail de prévention et de santé publique, notamment vis-à-vis de la communauté homosexuelle qui fréquente ce quartier. Ce projet de délibération marque le redémarrage d'une collaboration dont nous souhaitons qu'elle s'amplifie par la suite. Notre collectivité devrait être partie prenante dans le soutien financier, que ce soit de l'investissement ou du fonctionnement, au nouvel espace qui vient d'ouvrir au pied de la tour Montparnasse, le cyber C.R.I.P.S. Le démarrage de cet espace a été handicapé par le plan "Vigipirate". Ce n'est pas la faute de M. le Préfet de police, mais c'est comme ça. L'accès du public a donc été rendu plus difficile.
(M. Christian SAUTTER, vice-président, remplace M. Bertrand DELANOË, président au fauteuil de la présidence).
Ce lieu dispose d'une vraie faculté de drainer des jeunes Parisiens avec une approche différente de la prévention et des conduites à risque, basée sur l'utilisation des nouvelles technologies. Nous devrions contribuer à son développement dans l'intérêt de ces jeunes.
Je vous remercie.
M. Christian SAUTTER, président. - La parole est à M. LHOSTIS.
M. Alain LHOSTIS, au nom de la 6e Commission. - Monsieur le Président, Madame la Conseillère, le C.R.I.P.S. est, par son action, un atout considérable pour les Parisiennes et les Parisiens en termes de prévention et, plus généralement, un relais indispensable pour coordonner toutes les actions en matière de lutte contre le Sida. Ses activités très diversifiées et l'augmentation constante de la fréquentation de son centre de documentation justifient pleinement l'augmentation de subvention qu'il est aujourd'hui proposée de lui attribuer. L'ouverture de l'espace cyber-santé est une initiative ambitieuse, qui répond à un réel besoin : celui d'informer les jeunes et les travailleurs sociaux qui ne bénéficient pas d'une facilité d'accès aux différents messages de prévention.
En ce sens, ce projet mérite d'être soutenu et encouragé. De la même façon, je me réjouis que la permanence située dans le quartier du Marais puisse poursuivre son activité. Ce sont les raisons pour lesquelles je suis satisfait qu'en plus de la reconduction de la subvention de l'exercice 2001, le C.R.I.P.S. bénéficie de 100.000 F supplémentaires pour faire fonctionner cette permanence.
M. Christian SAUTTER, président. - Merci pour cette réponse.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération ASES 156 G.
Qui est pour ?
Qui est contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2001, ASES 156 G).