Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2001
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

17 - 2001, ASES 221 G - Participation financière du Département de Paris au financement des actions de dépistage et de préventions bucco-dentaires de la Caisse primaire d'assurance maladie de Paris (19e). - Autorisation à M. le Président du Conseil de Paris, siégeant en formation de Conseil général, de signer avec la C.P.A.M. une nouvelle convention

Débat/ Conseil général/ Novembre 2001


Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Nous passons au projet de délibération ASES 221 G qui concerne le dépistage et la prévention bucco-dentaire. Autorisation à M. le Président du Conseil de Paris, siégeant en formation de Conseil général, de signer avec la C.P.A.M. une nouvelle convention.
Je donne la parole à l'oratrice inscrite, Mme CAPELLE.
Mme Liliane CAPELLE. - Madame la Présidente, merci.
Je serai extrêmement brève, on va finir par croire, comme cela, que j'ai des abcès de fixation mais c'est vrai, j'ai des abcès de fixation et, à chaque fois que ce type de projet de délibération nous est soumis, je repose la question.
Le dépistage, c'est très bien mais qu'en est-il du soin ? La dernière fois que ce sujet a été abordé, je ne me souviens plus à quel Conseil général, Monsieur LHOSTIS, vous m'aviez dit qu'était à l'étude une possibilité de voir au sein de quel organisme public un véritable soin pouvait se mettre en place. Je voudrais savoir si l'on a avancé sur le dossier ou si l'on en reste à du dépistage et à du soin chez les libéraux.
Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - M. LHOSTIS a la parole pour vous répondre.
M. Alain LHOSTIS, au nom de la 6e Commission. - La maladie carieuse est bien un phénomène sanitaire et un fléau majeur. Vous savez que la Ville de Paris organise, en partenariat avec la Caisse primaire et l'U.F.S.B.D., le dépistage dentaire dans les écoles élémentaires de Paris et vous savez également qu'il y a cinq arrondissements de l'Est parisien qui sont dépistés par les dentistes de l'I.P.D.I. qui, lui, dépend de la C.P.A.M. et qui se trouve dans le 11e (vous le connaissez bien, Madame CAPELLE, comme moi) rue du Faubourg-du-Temple. Il y a là 40 à 50.000 enfants dépistés, chaque année.
Il est certain que se pose le problème de la suite du dépistage, vous l'avez déjà souligné effectivement et vous savez que j'y suis attentif, et donc des soins qui sont prodigués ensuite pour les enfants dépistés. A l'heure actuelle, il y a une prise en charge gratuite avec un coupon qui est remis aux parents. Malgré ce dispositif, de nombreux enfants échappent aux soins. J'ai donc demandé aux services de la médecine scolaire de suivre ces enfants, qui ont été signalés, et de relancer, quand cela est nécessaire, les familles pour les inciter à consulter un dentiste.
Dans l'immédiat, c'est la disposition que nous avons prise. Cependant le niveau important du nombre d'enfants témoigne de l'insuffisance d'une politique de prévention primaire. Il paraît évident qu'une sensibilisation et une éducation des enfants, mais aussi des parents, et une bonne hygiène de vie sont décisives. Des relais sont donc nécessaires. De la part des directeurs d'école, des enseignants et surtout des services de la médecine scolaire, il faut une mobilisation sur cette question. Il y a tout un apprentissage, vous le savez, du brossage des dents qui peut être fait.
A ce stade, je crois que nous devons faire davantage dans ce domaine important de la santé publique, qui touche prioritairement les enfants des milieux les plus défavorisés. Je pense qu'à terme nous devrons examiner comment, dans le cadre d'une mission de santé publique plus générale, au niveau de la Ville et du Département, une mission bucco-dentaire chargée de travailler sur la prévention et le suivi pour les soins devrait être instituée.
C'est une piste de réflexion, bien évidemment, qui mérite d'être approfondie mais qui pourrait à terme répondre aux préoccupations que vous avez exposées.
Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération ASES 221 G.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2001, ASES 221 G).