Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2001
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  

15 - 2001, ASES 168 G - Subvention à l'association "La corde raide" (12e) pour son action de prévention des conduites à risque des jeunes. - Montant : 106.000 F

Débat/ Conseil général/ Novembre 2001


M. Christian SAUTTER, président. - Nous examinons le dossier ASES 168 G, figurant en page 5 de l'ordre du jour. Il s'agit d'accorder une subvention à l'association "La corde raide", qui est située dans le 12e arrondissement pour son action de prévention des conduites à risque des jeunes. Le montant est de 106.000 F.
La parole est à Mme GÉGOUT.
Mme Catherine GÉGOUT. - Je me réjouis de ce projet de délibération non seulement parce qu'il apporte une subvention à une association qui le mérite bien, mais aussi parce qu'il nous donne l'occasion d'aborder les jeunes sous un autre éclairage. Les jeunes sont souvent désignés comme cause principale d'insécurité dans une généralisation bien néfaste. Si nous les regardions autrement en mettant en avant non pas seulement les effets, mais les causes de leur comportement et de cette violence ? La violence exprime souvent au grand jour le mal être à trouver une place dans la société. Certains jeunes présentent des symptômes de souffrance avec des comportements à risque, qui peuvent être graves pour leur santé et lourds de conséquence pour leur entourage. C'est particulièrement vrai en Ile-de-France. Il y a une violence silencieuse qui n'est partagée que par les intimes et qui pourtant est un véritable problème de santé publique.
Le suicide est la deuxième cause de mortalité chez les jeunes, ne l'oublions pas. Nous ne pouvons qu'approuver l'aide aux structures qui s'attachent à la prévention des conduites à risque des jeunes. "La corde raide" en est une avec son point écoute. "Impasse et devenir".
L'efficacité de la prévention réside dans une disponibilité à l'égard des jeunes, mais surtout dans une activité en réseau avec la communauté scolaire, les familles, les travailleurs sociaux et bien d'autres. La solitude, le sentiment de dévalorisation, d'impuissance et d'échec à trouver sa place dans la société, le manque de perspective d'avenir sont autant de violences qui nécessitent l'engagement de la collectivité pour éviter que les situations de crise vécues par les jeunes ne se transforment en actes irréversibles.
Je vous remercie.
(Mme Gisèle STIEVENARD, vice-présidente, remplace M. Christian SAUTTER, vice-président, au fauteuil de la présidence).
Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Pour répondre à l'intervenante, je donne la parole à M. LHOSTIS.
M. Alain LHOSTIS, au nom de la 6e Commission. - Je pense que l'intervention de Mme GÉGOUT a montré tout l'intérêt de cette subvention de fonctionnement à une association qui développe son soutien en direction des adolescents et des jeunes en difficulté. Je n'ai rien d'autre à ajouter si ce n'est vous demander de bien vouloir voter cette subvention.
Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération ASES 168 G.
Qui est pour ?
Qui est contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2001, ASES 168 G).