Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Janvier 2001
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  

6 - 2001, DAEE 2 G - Autorisation à M. le Président du Conseil de Paris, siégeant en formation de Conseil général, de signer des conventions pour la formation des emplois-jeunes, des demandes de versement direct par la Région d'Ile-de-France des frais de formation, une convention de mise à disposition du SAMU social de salariés emploi-jeune

Débat/ Conseil général/ Janvier 2001


M. Philippe LAFAY, président. - Nous examinons à présent le projet de délibération DAEE 2 G autorisant M. le Président du Conseil de Paris, siégeant en formation de Conseil général, à signer des conventions pour la formation des emplois-jeunes, des demandes de versement direct par la Région d'Ile-de-France des frais de formation, une convention de mise à disposition du SAMU social à des salariés emploi-jeune.
Mme CAPELLE a la parole.
Mme Liliane CAPELLE. - Monsieur le Président, je serai extrêmement brève. Je suis tout à fait satisfaite de cette délibération puisqu'elle va permettre au SAMU social, implanté 66, boulevard Richard-Lenoir, de fonctionner sinon dans de bonnes conditions du moins mieux que ce n'est le cas actuellement.
Simplement, permettez-moi de regretter qu'il ait fallu s'apercevoir que ça ne marchait pas pour sortir ce projet de délibération. Je ne remets pas en cause, bien évidemment, le travail formidable effectué par le SAMU social. Je ne le remets pas en cause, puisque s'occuper des plus démunis, dans les conditions dans lesquelles ils le font mérite un coup de chapeau. Ces actions doivent être bien réfléchies, bien menées avant de les installer pour éviter ce que l'on a vécu, c'est-à-dire un rejet complet par la population non pas parce que ces gens ne sont pas compréhensifs, mais parce que véritablement ils ont vécu et continuent à vivre des moments extrêmement difficiles.
Quand un lieu peut héberger 80 personnes, et que 350 tambourinent à la porte, c'est extrêmement difficile. Je suis satisfaite de cette délibération. Je souhaite que les 6 emplois-jeunes soient mis très rapidement à disposition du SAMU social. Je souhaite que l'on tienne compte de ce qui est arrivé pour que l'on donne vraiment au SAMU social les moyens de réaliser le travail dans le respect de ceux qui sont accueillis et de ceux qui vivent autour.
Je vous remercie.
M. Philippe LAFAY, président, au nom de la 7e Commission. - Chère Madame, je m'associe bien sûr au travail efficace que mène le SAMU social depuis sa création. Le SAMU social a ouvert, en juin 2000, le centre Yves-Garel au 66, boulevard Richard-Lenoir, dans le 11e.
C'est un centre d'hébergement de nuit de 80 places ouvert au public, hommes et femmes. Les riverains se plaignent des allées et venues de ces publics en dehors des heures d'ouverture de ce centre. Le recrutement de 6 emplois-jeunes doit permettre d'assurer un pré accueil de cette population et d'éviter de perturber les alentours, en particulier la promenade Richard-Lenoir. Avec la mise à disposition des locaux du centre Yves-Garel, cette affectation de 6 emplois-jeunes constitue un effort significatif de la collectivité de Paris au fonctionnement du SAMU social.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DAEE 2 G.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2001, DAEE 2 G).