Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 2010
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  

2010, DAC 38 G - Signature d'une convention d'objectifs avec l'établissement public de coopération culturelle 104 CentQuatre (19e) relative à l'attribution d'une subvention. - Montant : 4.000.000 euros.

Débat/ Conseil général/ Mars 2010


 

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Nous passons à l'examen du projet de délibération DAC 38 G.

J'ai deux inscriptions : Mme Danielle FOURNIER puis M. Jean-Marie CAVADA.

Vous avez la parole, Madame FOURNIER.

Mme Danielle FOURNIER. - Merci, Madame la Présidente.

Le "104" a entamé sa deuxième année et nous sommes nombreux à attendre qu'une nouvelle direction se mette en place, qui pourra, je l?espère, faire du lieu un lieu vivant, un lieu dans lequel tous les Parisiens auront plaisir à aller.

Aussi cette subvention s'inscrit-elle dans la continuité de l'aide du Département au fonctionnement de cet équipement.

Nous avions voté lors de l?avant-dernier Conseil en décembre une aide exceptionnelle et j'espère que la nouvelle équipe pourra partir sur des bases saines et rassurantes, puisque notre vote garantit en quelque sorte l'assurance d'une subvention constante, en tout cas le montant de la première année d?exercice.

Cette subvention, ceci dit, est très importante et je remarque que dans le cadre d'un exercice budgétaire serré, les gros équipements de manière générale voient leur subvention maintenue et que ce sont plutôt les petits équipements et les petites structures qui voient leur subvention diminuée.

J'aurais l'occasion d'ailleurs d'y revenir à propos d'un v?u concernant la Maison d'Europe et d'Orient en Conseil municipal.

C'est un choix que nous ne partageons pas. Je pense que les économies d'échelle sont plus faciles à réaliser dans les structures importantes.

Par exemple, la maîtrise des dépenses de gardiennage ou de chauffage, plus largement d'énergie, permet de faire de vraies économies sans diminuer la part artistique, au contraire.

C'est dans cette direction que le "104" à mon avis devrait s'investir plutôt que dans la multiplication des locations commerciales et l'installation d'espaces de vente qui continuent à brouiller l'image du lieu.

Enfin, je souhaite rappeler que l'équipe du "104" est constituée de salariés qui, au quotidien, portent le projet global de l'équipement et le concrétisent par leurs activités avec énergie et détermination.

Je voudrais avoir l'assurance que tout sera fait pour que les emplois créés soient maintenus.

Je vous remercie.

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Merci.

La parole est à M. Jean-Marie CAVADA.

M. Jean-Marie CAVADA. - Merci, Madame le Président. Je vais être très rapide.

La principale question qui se pose est toujours celle de la nomination d'une nouvelle direction.

Parmi les nombreuses candidatures reçues, une dizaine vont être sélectionnées puis étudiées. M. Christophe GIRARD nous a d'ailleurs indiqué vouloir faire une large concertation avec les administrateurs, les élus du 19e et la 9e Commission du Conseil de Paris, présidée par notre collègue Mme Geneviève BERTRAND.

De tout cela, je n'ai rien de négatif à redire, sinon que nous n'avons à mon avis plus droit à l'erreur vue la taille des lieux et vu le coût de fonctionnement annuel du "104". La convention d'objectifs que nous devons approuver aujourd'hui, et que nous soutiendrons pour notre groupe d'ailleurs, atteint par exemple, vous l'avez souligné, Madame FOURNIER, la somme de quatre millions d'euros, ce qui naturellement n'est pas rien et on peut en vous écoutant partager plusieurs de vos réserves concernant les petites structures, en effet.

Il faudra donc que la nouvelle direction ait une vision claire à moyen et long terme des différentes utilisations artistiques et sociales du "104" et qu?elle fasse également preuve de vraie capacité de gestion de ce lieu, ce qui est nécessaire, dont la taille est évidemment un atout, mais qui peut également s'avérer être, c'est le cas, un piège parfait.

Il faudra surtout que le Département, et j'y insiste, Madame le Président, que l?Exécutif fasse un choix.

Il dispose d'un certain nombre d'instruments culturels de tailles et de sites différents pour sa politique culturelle. Qu'il dise clairement si il le sait maintenant la mission qu?il assigne au dirigeant du "104".

Quoi qu?il en soit, nous soutiendrons l'étape ultérieure, celle qui est à venir, afin d'essayer d'asseoir, dans l'espace du Nord-est parisien, un ensemble culturel et social qui ait de l'allure, une bonne activité et soit utile à tous.

Merci.

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Je vous remercie.

La parole est à M. Christophe GIRARD pour vous répondre.

M. Christophe GIRARD, au nom de la 9e Commission. Merci beaucoup à Danielle FOURNIER et à Jean-Marie CAVADA. Comme tous les deux sont membres du Conseil d'administration, ils ont activement participé et voté d?ailleurs le nouveau cahier des charges que nous avons établi pour le "104" lors d?un précédent Conseil d?administration.

Ensuite, comme ils l?ont vu dans leur agenda, ils ont avec moi un rendez-vous, une réunion de travail pour regarder de plus près les candidatures, tout comme la présidente de la 9e Commission, Mme Geneviève BERTRAND, a également rendez-vous avec moi pour regarder quels sont les premiers choix.

Je vous vois individuellement, c'est beaucoup plus efficace.

Ensuite, je suis évidemment tout à fait d'accord sur l'obligation que l'argent public confère aux élus et à l?Exécutif, lorsqu'ils prennent des décisions budgétaires, et en effet nous n'avons avec l'argent public jamais le droit à l'erreur. Si seulement l'Etat pouvait nous entendre et s'appliquer ce même discours à lui-même, on ferait beaucoup d'économies au plus haut niveau, au sommet de l'Etat, me semble-t-il, et partout dans les Ministères.

Alors, sur les petites structures, je partage tout à fait l'analyse de Mme FOURNIER, c'est en effet là qu'il faut être très prudent. C'est en effet là qu'il y a à la fois un vivier d'expérimentation, un vivier d'essai, de démesure, de prise de risque, et ces petites structures ont besoin d'être soutenues de façon attentive.

Alors, l'effort qui est demandé aux grandes structures d'une façon générale est de faire une économie d'environ 1,5 % et il est vrai qu'une seule structure importante, mais qui est un lieu d'excellence en particulier, le Théâtre de la Ville verra une sorte de rectificatif puisque nous avions bloqué la subvention depuis plusieurs exercices.

D?une façon générale, les grands établissements qui ont des charges fixes lourdes voient leurs charges augmenter, une sorte de rouleau compresseur et qu'en effet sans réactualisation de la subvention, ce sont des baisses qu'ils enregistrent.

Nous demandons à chacun de faire des efforts, et les grosses structures font aussi, contrairement à ce qu?il paraît, des efforts pour mieux gérer.

Vos messages sont entendus, vous êtes tous les deux, Madame FOURNIER et Monsieur CAVADA, partie prenante, et j'apprécie que vous vous sentiez concernés et responsables avec moi dans ce Conseil d'administration pour l?avenir du "104".

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DAC 38 G.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté à l'unanimité. (2010, DAC 38 G).