Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 2010
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  

2010, DFPE 9 G - DASES 97 G - Signature d'une convention avec l'association Horizons (10e) pour le fonctionnement du centre de soins de suite périnatals Hôpital Mère Enfants de l'Est parisien (11e).

Débat/ Conseil général/ Mars 2010


 

M. Christian SAUTTER, président. - Nous passons au projet de délibération DFPE 9 G - DASES 97 G. Il s'agit d'une convention avec l'association "Horizons", basée dans le 10e arrondissement, pour le fonctionnement du centre de soins de suite périnatals de l'hôpital Mère-Enfants de l'Est parisien.

M. Daniel ASSOULINE a la parole.

M. Daniel ASSOULINE. - Merci, Monsieur le Président, chers collègues, si vous le permettez, j?interviendrai sur les deux projets de délibération qui concernent un conventionnement avec l'association "Horizons" pour des activités de soins et de planification familiale au sein de l'hôpital Mère-Enfants de l'Est parisien.

Par une délibération d'octobre 2009, notre Conseil a décidé d'ouvrir en 2010 une structure hospitalière de 40 lits pour de jeunes mères toxicomanes et leur bébé dans l'ancienne maternité des Bluets Pierre Rouquès, située dans le 11e arrondissement, de façon à leur offrir un suivi pluridisciplinaire durant le dernier trimestre de grossesse et la première année de l'enfant.

Cette nouvelle structure hospitalière, l'hôpital Mère-Enfants de l'Est parisien, fonctionne depuis février 2010. Sa gestion a été confiée à l'association "Horizons" dont la compétence en matière de soutien aux familles affectées par la toxicomanie est éprouvée. Je rappelle que cette association assure depuis 20 ans une mission de soins, de prévention et d'aide à la réinsertion dans le cadre de son centre de soins spécialisé aux toxicomanies et d'un lieu d'accueil parents-enfants ouvert en 2006.

Ainsi, cet l'hôpital Mère-Enfants de l'Est parisien comporte 6 lits pour femmes enceintes, 17 lits pour femmes et 17 berceaux pour enfants de la naissance jusqu'à 1 an. Il s?agit d?un établissement hospitalier de moyen séjour, avec une durée moyenne prévue de deux mois. Il pourrait donc accueillir environ 35 femmes enceintes, 96 femmes en postnatal et 96 bébés par an. Il assure, outre les soins médicaux, une prise en charge globale des situations de vulnérabilité. Ces soins s?inscrivent dans une perspective de prévention de la maltraitance et pour éviter toute rupture des liens parent-enfant. Il s'agit en particulier d'aider les pères et les mères dans l'apprentissage de leur fonction parentale qui est loin d'être innée, surtout dans ce type de situation d'urgence sociale.

Une équipe de soins, associée à une équipe psychosociale, accueillera toute l'année, 24 heures sur 24, le public concerné, majoritairement parisien. Les prises en charge des patientes se feront en collaboration avec les partenaires locaux : maternités et centres de protection infantile. L'objectif est en particulier d'assurer une continuité avec les soins initiés par ces équipes, notamment en matière de préparation à l'accouchement, de lien mère-enfant et de qualité des soins primaires aux bébés.

Le séjour hospitalier a aussi pour vocation de préparer la sortie et l'intégration de la famille et surtout de l'enfant dans les structures éducatives et soignantes appropriées : P.M.I., service de la protection de l'enfance, mode de garde.

Ce projet répond à une forte demande et à de vrais besoins, pour lesquels il n'existe malheureusement qu'une seule autre structure en Région parisienne, l'hôpital du Vésinet dans les Yvelines, qui est elle-même saturée.

Dans un contexte où la qualité des soins de l'hôpital public est menacée par les projets de restriction du Gouvernement, le groupe socialiste, radical de gauche et apparentés est fier d'apporter son soutien à la signature de cette convention avec l'association "Horizons" pour lui attribuer une aide de 240.000 euros pour le fonctionnement de l'hôpital Mère-Enfants de l'Est parisien, pour l'exercice 2010.

L'association "Horizons" a également accepté de maintenir une activité de planification familiale dans le cadre de cet hôpital et d?en assurer la gestion. En effet, le centre de planification et d'éducation familiale, géré par l'association "Ambroise Croizat" au sein de l'ancienne maternité des Bluets a déménagé avec celle-ci sur le site de l'hôpital Trousseau en février 2007.

Le Département de Paris souhaite créer de nouveaux centres de planification et d'éducation familiale de proximité. Il est donc indispensable de maintenir un tel service au sein de ce quartier du 11e arrondissement, à proximité des 19e et 20e arrondissements.

Le projet de délibération concerne donc la réouverture d'un centre de planification au sein de l?hôpital Mère-Enfants de l'Est parisien, en particulier à travers une convention triennale de fonctionnement qui doit fixer les conditions de fonctionnement avec l'association "Horizons".

Le groupe socialiste, radical de gauche et apparentés souligne l'importance de ce projet alors que ces activités, qui ont fait la preuve de leur utilité pour les familles fragilisées, sont également fortement menacées par le faible soutien que leur apporte le Gouvernement.

M. Christian SAUTTER, président. - Merci, Monsieur ASSOULINE. Il y a deux orateurs pour vous répondre.

Il est 12 heures 50, après on aura un très beau projet de délibération qui touche à la carte scolaire. Si vous avez faim, je vous incite à répondre avec concision.

Monsieur LE GUEN, vous avez la parole.

M. Jean-Marie LE GUEN, au nom de la 6e Commission. Cela pour apprécier l'intervention de notre collègue M. Daniel ASSOULINE qui a bien saisi les enjeux de cette innovation en matière médicale et médicosociale.

Il faut comprendre évidemment de ce projet de délibération qu'il y a dans cette innovation quelque chose de parfaitement nouveau, à savoir la prise en charge de la mère et de l'enfant dans leur globalité, d?abord en termes de besoins médicaux, y compris de soutien psychologique, mais aussi médicosociaux avec tout ce qui doit accompagner évidemment la sortie de la maman et de l'enfant ainsi que le suivi social qui va avec.

Cette globalité est encore plus grande puisqu'est promue l'idée de renouer ou de consolider le lien avec le père dans cette problématique et également de faire en sorte qu'il y ait, au-delà des aspects liés à la maternité et à la maladie de la maman et peut-être du couple d'ailleurs, la capacité de penser au-delà. Je pense notamment à ce qui concerne la régulation de la contraception et de la sexualité.

Ce qui amène évidemment à ce que l'on rassemble dans le même lieu des institutions qui ont l'habitude de fonctionner en parallèle. C'est quelque chose qui devrait nous inspirer. Le temps où il fallait absolument des institutions différentes entre le soin, la prévention, l'éducation, la contraception, la médecine, etc. est un temps un peu dépassé.

Les personnes ont besoin d'une approche globale et veulent trouver dans un lieu global la réponse à leurs questions. Le temps n'est plus à ce que nous nous interrogions ou que nous ayons une offre de prestations sanitaires et sociales qui soit la projection de nos administrations respectives, mais que nous ayons la capacité de nous organiser autour de la demande sociale, en l'occurrence de la mère et de l'enfant dans la globalité.

Ce qu'il y a d?innovant, c'est non seulement la nature de la prise en charge mais aussi la manière dont est assumée la prise en charge, en ayant une capacité à rassembler sur le même lieu différentes administrations et prestations sociales.

M. Christian SAUTTER, président. - Merci.

Madame LALEM, vous avez la parole.

Mme Fatima LALEM. - Merci, Monsieur le Président.

Je voudrais également remercier M. Daniel ASSOULINE pour la présentation qu'il a faite de cet équipement et du centre de planification, en mettant en avant cette logique d'améliorer les prestations sur ce bassin de population, des prestations en direction des femmes et des jeunes, de planification familiale, cela dans une logique de proximité.

Je voudrais rappeler que cette ouverture s'inscrit dans un schéma départemental, qui vise à renforcer cette activité de planification avec un maillage territorial qui s'organise.

Nous avons déjà ouvert trois centres de planification nouveaux, celui-ci vient donc confirmer cette démarche. Je suis d'accord avec M. Jean-Marie LE GUEN sur cette logique pour une approche globale et les complémentarités qui peuvent être trouvées de manière intéressante dans de tels espaces.

Je voudrais tout de même souligner que, dans cet espace, il est prévu à terme dans les deux années à venir le développement d'une activité d?I.V.G. médicamenteuse.

Je souligne cette question parce que c'est une problématique qui est toujours en débat. Malgré les déclarations de la Ministre de la Santé, assurant qu'elle ferait des efforts nécessaires pour permettre à l?I.V.G. d?être une activité maintenue, nous sommes toujours mobilisés avec les associations et les collectifs qui se sont organisés pour le maintien de l'activité I.V.G. à Tenon et nous sommes également inquiets sur le devenir de la structure Saint-Antoine.

Voilà ce que je souhaitais dire de manière courte.

M. Christian SAUTTER, président. - Courte mais forte. Merci, Madame LALEM.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DFPE 9 G - DASES 97 G.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2010, DFPE 9 G DASES 97 G).