Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2004
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  
Déliberation

Vœu demandant une intervention du Préfet de police pour mettre fin à la distribution de repas organisée par le bloc identitaire.

Déliberation/ Conseil municipal/ Juin 2004 [2004 V. 136]



Délibération affichée à l'Hôtel-de-Ville
et transmise au représentant de l'Etat le 25 juin 2004.
Reçue par le représentant de l'Etat le 25 juin 2004.

Le Conseil de Paris, siégeant en formation de Conseil municipal,
Comme le relate un article du parisien daté du 15 mai dernier, le Bloc Identitaire distribue plusieurs fois par mois des repas chauds à des personnes démunies, sur différents sites de la capitale : rue d'Alsace dans le 10e arrondissement, entre les deux plus grandes gares de Paris, ainsi qu'à Saint Lazare et près du métro Jules Joffrin dans le 18e arrondissement.
Cette distribution serait la bienvenue si elle ne se faisait au nom d'un discours raciste et discriminatoire, auquel l'on peut s'attendre lorsqu'il s'agit d'un groupe xénophobe d'extrême droite comme le Bloc identitaire, héritier d'Unité radicale.
En effet, il ne s'agit pas pour ce groupuscule de distribuer des repas à ceux qui ont faim. Il faut être, je cite, "français de souche", "gaulois", et le tri se fait tout seul entre chrétiens et musulmans : "On sert du vrai cochon dans les plats, ça sélectionne"; expliquent les organisateurs.
Ceux-ci justifient leur démarche en indiquant, je cite à nouveau, que "les Arabes ne sont pas les bienvenus", qu'ils sont refoulés parce qu'ils ont déjà "tout pour eux", qu'il est alors nécessaire de "défendre notre peuple" et "créer un réflexe communautaire" selon les termes de Fabrice Robert, fondateur du Bloc.
Ces quelques phrases scandaleuses n'ont même pas été reniées ou discutées dans le droit de réponse que Le Parisien a accordé à Fabrice Robert; dans son édition du 25 mai. Il s'agit donc bien d'une action discriminatoire assumée qui s'accompagne d'un discours raciste et xénophobe dans les rues de Paris, contrairement aux actions de ce type menées par de multiples associations, mises en cause par le Bloc Identitaire, qui, elles, ont choisi une solidarité non-sélective, fondée sur une aide à tous les exclus, quelle que soient leurs origines. Ces diverses associations, également scandalisées par cette démarche, se mobilisent actuellement pour dénoncer le caractère discriminatoire et raciste de cette opération. Aussi, nous souhaiterions que la Préfecture de Police, qui déploie une grande énergie lorsqu'il s'agit d'intervenir dans les gares (allant jusqu'à interpeller des éducateurs dans les gares ou faire déplacer le camion de Médecins du Monde) intervienne de manière aussi prompte afin de faire cesser cette opération totalement contraire aux valeurs de notre République.
Aussi, sur proposition de M. Sylvain GAREL, Mmes Mylène STAMBOULI, Pénélope KOMITÈS, Véronique DUBARRY, M. Jacques BOUTAULT, Mme Khédidja BOURCART et des éluEs du groupe Les Verts, le Conseil de Paris

Emet le v?u :

Que le Préfet de Police intervienne pour mettre fin, du fait de son caractère discriminatoire et xénophobe, à l'opération de distribution de repas sur la voie publique menée à Paris par le Bloc identitaire.