Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2004
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  
Déliberation

Vœu relatif à la fusion des Centres d'accueil et de crise psychiatrique des 11e et 12e arrondissements.

Déliberation/ Conseil municipal/ Juin 2004 [2004 V. 140]



Délibération affichée à l'Hôtel-de-Ville
et transmise au représentant de l'Etat le 25 juin 2004.
Reçue par le représentant de l'Etat le 25 juin 2004.

Le Conseil de Paris, siégeant en formation de Conseil municipal,
Considérant la décision du conseil d'administration de l'hôpital Esquirol, prononçant la fusion des Centres d'Accueil et de Crise psychiatrique des 11e et 12e arrondissements à compter du 15 juin ;
Considérant que cette décision a été prise au mépris des besoins des malades et sans l'accord de l'Agence régionale d'hospitalisation qui avait accepté en janvier dernier l'ouverture d'une concertation et le report de toute décision après les vacances d'été ;
Considérant que cette grave décision est prise contre l'avis des médecins, des personnels, des usagers, des syndicats, des associations du centre de la Roquette et des élus du 12e arrondissement ;
Considérant que, le Centre d'Accueil et de Crise de la Roquette est dans l'incapacité d'accueillir le double de la population, avec le même nombre de personnels et de lits ;
Considérant que cette décision de fusion pour le 15 juin est inacceptable car elle conduit à une diminution de l'offre et de la qualité des soins ;
Considérant par ailleurs que les médecins de l'hôpital Saint-Antoine ont fait part de leur incapacité, à juste titre, d'ouvrir un Centre d'Accueil et de Crise au sein du centre hospitalier ;
Sur la proposition de Mmes Michèle BLUMENTHAL, Pénélope KOMITÈS et les élus de la majorité du 12e arrondissement ;

Émet le v?u :

- que le Maire de Paris interpelle le Ministre de la santé pour lui faire part de son refus de la fusion des Centres d'Accueil et de Crise psychiatrique des 11e et 12e arrondissements.
- qu'une concertation soit ouverte avec les médecins, les personnels, leurs représentants et les associations pour étudier les solutions qui permettraient de maintenir l'offre de soins de ces deux établissements.