Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2009
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  

2009, Vœu déposé par M. René DUTREY et les éluEs du groupe "Les Verts" relatif à la surmortalité infantile dans les 12e, 18e et 19e arrondissements.

Débat/ Conseil général/ Juillet 2009


 

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Nous examinons le v?u référencé n° 10 G dans le fascicule déposé par le groupe "Les Verts" relatif à la surmortalité infantile dans les 12e, 18e et 19e arrondissements.

Je donne la parole à M. René DUTREY.

M. René DUTREY. - Je serai rigoureux et efficace.

L'Atelier parisien d'urbanisme, l?A.P.U.R., a publié des données qui révèlent l'existence d'une surmortalité infantile dans les 12e, 18e et 19e arrondissements de Paris, le taux de mortalité infantile dépassant de plus d'un point la moyenne parisienne sur la période 2000-2007.

A ce jour, aucune étude scientifique ne vient expliquer les raisons de cette surmortalité localisée. C'est pourquoi le groupe "Les Verts" propose que nous creusions un peu plus ce sujet, car il s'agit, je dirais, en toute transparence et en toute rigueur, de comprendre les raisons de ces statistiques, donc de confier une étude à l'Institut national de statistiques et d'études économiques (I.N.S.E.E.), L?institut national de veille sanitaire et l'Institut national de la santé et de la recherche médicale, pour éclaircir les raisons de cette surmortalité.

Je vous remercie.

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Monsieur LE GUEN, vous avez la parole.

M. Jean-Marie LE GUEN. - Merci.

Bien évidemment, nous sommes en faveur de cette proposition parce que nous sommes, par principe, pour rechercher absolument, évidemment, tous les éléments qui toucheraient à des conditions particulières de pathologie et tout particulièrement en matière de mortalité infantile.

Cela dit, la surmortalité, lorsqu'elle fait référence au 18e et au 19e arrondissements, n'est malheureusement pas là pour nous surprendre parce que nous savons que tout élément de surmortalité, et y compris la surmortalité infantile, est très directement lié aux couches sociales. Vous savez qu'il y a une différence d'espérance de vie dans notre pays qui est tout à fait exceptionnelle, puisqu?elle est de sept ans et que, contrairement, à ce que nous pourrions penser, elle ne diminue pas mais elle a plutôt tendance à s'accroître.

On voit bien que les inégalités de santé en fonction des couches sociales sont extrêmement marquées.

Donc, pas de surprise et, malheureusement, vraisemblablement confirmation.

Là où il y a un élément plus étonnant, c?est lorsqu?on voit apparaître le 12e arrondissement dans cette liste. Et là, comme la santé publique n'est pas une science irrationnelle, il y a quand même toutes les raisons de penser, j?allais dire à 90 chances sur 100, qu'il doit y avoir quelque part un biais statistique, mais on ne peut pas se contenter de le présupposer, il faut aller voir de plus près.

C'est pour cela que j'approuve tout à fait l'idée que nous allions voir de plus près. C'était d'ailleurs bien notre intention, donc de demander qu'il y ait "revérification" à la fois des éléments statistiques et des conclusions que l'on peut en tirer, et éventuellement des causes qui laisseraient penser qu'il y a un problème particulier, ce qui est assez peu vraisemblable.

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe "Les Verts" assortie d'un avis favorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition de v?u est adoptée. (2009, V. 35 G).