Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2009
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  

2009, DASES 317 G - Signature des avenants aux conventions annuelles passées avec les "Points Paris Emeraude - Centres Locaux d'Information et de Coordination" (PPE/CLIC) pour l'attribution d'une participation. - Montant : 574.511 euros.

Débat/ Conseil général/ Juillet 2009


 

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Nous passons à l'examen du projet de délibération DASES 317 G concernant les "Points Paris Emeraude - Centres locaux d'information et de coordination" sur lequel M. Pierre AURIACOMBE s'est inscrit.

Je lui donne la parole.

M. Pierre AURIACOMBE. - Merci, Madame la Présidente.

Ce projet de délibération rappelle l'importance des "Points Emeraude" et leurs actions en faveur des seniors parisiens. Ce projet de délibération insiste sur le besoin d'accroître le niveau de qualité, tant au niveau des réponses et des services apportés aux seniors.

Parallèlement, je rappellerai que dans le 16e, nous sommes le seul grand arrondissement parisien à ne pas bénéficier d'un "Point Emeraude" dans l'arrondissement. Actuellement, tout est traité par l'association "15 Point 16" qui fait un excellent travail, mais qui est domicilié dans le 15e arrondissement. Vous voyez la difficulté pour les personnes âgées de se rendre dans un arrondissement différent, je rappellerai qu'il s'agit de deux grands arrondissements.

Je rappellerai également qu'il y a un peu plus d'un an, le 16 juin 2008, nous avons ici même voté deux v?ux : un de la gauche, du PS, de M. MANO, et un du groupe U.M.P., favorable à la création d'un "Point Emeraude" dans le 16e arrondissement. Je rappellerai, Madame CAPELLE, vos propos à l'époque que j'avais salué d'ailleurs. Vous aviez dit que vous émettiez "un avis extrêmement favorable sur la création d'un "Point Paris Emeraude" du 16e arrondissement, sachant qu'il faut scinder ce "Point Paris Emeraude" des 15e et 16e arrondissement qui dessert un bassin de population d'environ 90.000 personnes âgées de plus de 60 ans" (fin de citation).

Ce v?u a été voté à l'unanimité il y a plus de un an. Nous avons aujourd'hui, un projet de délibération qui insiste sur ces "Points Emeraude". Nous souhaiterions, pour notre part, que le 16e puisse enfin bénéficier d'un "Point Emeraude" dans son arrondissement.

Je vous remercie par avance.

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Mme Liliane CAPELLE va vous répondre. Je lui donne la parole.

Mme Liliane CAPELLE, au nom de la 6e Commission. Merci, Madame la Présidente.

Monsieur le Conseiller, oui, j'avais dit cela et je ne reviens pas sur ce que j'ai dit. J'ai surtout voulu me rendre compte par moi-même de la réalité des difficultés rencontrées par les Points "Paris Emeraude" et je me suis rendue dans les 15 Points "Paris Emeraude" dont sept sont gérés par le C.A.S.-V.P., deux par l?A.P.-H.P. et six associatifs.

Tout d'abord, je dois simplement rappeler que ces Points "Paris Emeraude" doivent répondre à l'accueil et l?orientation du public, la prise en charge des situations individuelles simples et complexes de personnes âgées, l'action collective d'information et de formation en direction du public et pour les professionnels et sert aussi d?observatoire des besoins.

Alors, le fonctionnement à l?heure actuelle des P.P.E. C.L.I.C. s?appuie sur des partenariats locaux, avec des coordinations renforcées entre tous les professionnels, tout cela s'inscrivant dans le sillage des orientations fixées par le schéma gérontologique "Paris et ses aînés" 2006-2011.

Ces P.P.E. ont été mis en place en 1999 et correspondaient, à ce moment-là, à une vérité sur le terrain.

Force est de constater que cela ne correspond plus exactement, puique, vous l'avez dit vous-mêmes, le découpage territorial de ces coordinations est très inégal, le nombre de personnes âgées de 75 ans et plus variant d'un à dix entre le 8e, 3.404 personnes, et le 15e/16e, 35.528.

Il s'agit effectivement là, dans ce projet de délibération, de permettre au P.P.E. C.L.I.C. de fonctionner. Néanmoins, je suis favorable et je reste très favorable et très attachée à ce que les P.P.E. C.L.I.C. soient beaucoup plus identifiés, parce que, contrairement à ce que l'on pense, ils ne remplissent pas totalement leur mission, non pas parce que les personnes ne sont pas compétentes, mais parce que les P.P.E. C.L.I.C. ne sont pas identifiés comme tels ; ils sont assez éloignés des réalités, non pas du terrain, ils ne sont pas assez en vitrine, ils ne sont pas assez équipés. Il y a beaucoup de choses qui manquent, en dépit d'un personnel, je le répète, tout à fait volontaire et compétent.

C'est la raison pour laquelle nous sommes en train, avec les services de la DASES, de réfléchir à un meilleur maillage des terrains sur tout Paris, pour qu'il n'y ait plus ces écarts d'un à dix. Il faut nous laisser le temps de travailler ce dossier et quand...

(Exclamations sur les bancs du groupe U.M.P.P.A.).

Un an, vous savez, à l'échelle d'une Municipalité, d?abord, ce n'est pas grand-chose et à l'époque, nous venions d'arriver et ces dossiers n'étaient pas encore apparus aussi prégnants et comme ils sont prégnants et importants, je ne veux pas faire une petite réformette en l'air qui n'apporterait rien de plus. Nous sommes en train de travailler avec les services de la DASES pour que ces P.P.E. C.L.I.C. correspondent beaucoup plus aux besoins qui se font sentir. Je ne manquerai pas de venir vous représenter ce projet dès qu'il sera un peu plus avancé.

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DASES 317 G.

Qui est favorable ?

Avis contraires ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2009, DASES 317 G).