Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2002
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  
Déliberation

Vœu relatif à la permanence de l'association "Aide aux victimes 18e" au sein du commissariat central du 18e arrondissement.

Déliberation/ Conseil municipal/ Octobre 2002 [2002 V. 120]



Délibération affichée à l'Hôtel-de-Ville
et transmise au représentant de l'Etat le 27 novembre 2002.
Reçue par le représentant de l'Etat le 27 novembre 2002.

Le Conseil de Paris, siégeant en formation de Conseil municipal,
Dans le contrat de sécurité du 18e arrondissement, signé le 20 mars 2002 par la Mairie d'arrondissement, la Préfecture de police et le Parquet de Paris, une fiche action intitulée "le renforcement de l'information en direction des victimes d'infractions pénales" prévoit explicitement la mise en place d'une permanence d'aide aux victimes au sein du commissariat centre de l'arrondissement.
Il s'agit en premier lieu, d'offrir aux victimes un service au plus près de leurs difficultés, de leur garantir un meilleur accès aux droits (suivi de leur dossier, réparation, indemnisations éventuelles...) et par conséquent de favoriser leur prise en charge globale.
Il s'agit en second lieu, et c'est ainsi que les choses ont été discutées au cours des réunions de travail autour du contrat de sécurité d'arrondissement, d'apporter aux policiers une aide technique sur un sujet sensible et qui peut faire l'objet de nouvelles améliorations après celles apportées par la mise en place de la police de proximité. En effet, l'accueil et l'information donnés aux victimes sont primordiales et participent à la lutte contre les sentiments d'insécurité et d'injustice.
Ces permanences d'aide aux victimes au sein d'un commissariat existent déjà sur divers sites et donnent de très bons résultats. C'est le cas à Mulhouse, Bordeaux, Bobigny, Pontoise... Il est donc très intéressant que sur ce sujet, Paris aussi fasse preuve d'innovations.
Sur la proposition d'Annick LEPETIT et des membres du groupe socialiste et radical de gauche,

Emet le v?u :

Que le Préfet de police autorise dans les plus brefs délais l'application de cette mesure.