Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 1998
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

75 - QOC 98-283 Question de M. François LEBEL à M. le Préfet de police sur le stationnement des autocars à l'occasion de manifestations

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 1998


Libellé de la question :
" Lors des manifestations sur la voie publique, est-il normal que les organisations syndicales soient autorisées à déposer et à reprendre en autocars les manifestants, en plein Paris, ajoutant ainsi aux nuisances provoquées par l'arrêt de la circulation sur le parcours du cortége celles de centaines d'autocars diesel circulant et stationnant dans le centre de la Capitale ? "
Réponse (M. LE PRÉFET DE POLICE) :
" Comme vous le savez, le droit de manifester fait partie des Libertés publiques fondamentales.
A cet égard, il convient de préciser que les manifestations sur la voie publique ne sont pas soumises à autorisation mais à simple déclaration.
Cependant, dès qu'une manifestation est déclarée à la Préfecture de police, mes services s'attachent en permanence à concilier, dans toute la mesure du possible, l'organisation de la manifestation avec la nécessaire prise en compte des impératifs liés à la sécurité et à la libre circulation des personnes et des biens.
Je tiens à rappeler que la majorité des manifestations se déroulant dans la Capitale regroupent des participants originaires de Paris et de sa banlieue qui utilisent les transports en commun.
Toutefois, lors de manifestations nationales rassemblant plusieurs dizaines de milliers de personnes, les participants se déplacent souvent en autocars, pour des raisons liées, entre autres, au moindre coût et à la souplesse de ce mode de transport.
Mes services se doivent donc de prendre en compte ce paramêtre qui s'impose à eux.
La concertation qui s'engage alors avec les organisateurs tient compte des possibilités de dépose des manifestants ainsi que des possibilités de stationnement des autocars à proximité du lieu de dispersion, en vue de leur départ rapide vers le boulevard périphérique.
Un service d'accompagnement par motards sur un itinéraire préétabli entre le lieu de dépose et le lieu de reprise des participants est mis en place, ainsi qu'un dispositif chargé d'organiser au mieux le stationnement.
Ces considérations amènent mes services à proposer aux organisateurs de manifestations nationales des dispersions place de la Nation, avec stationnement des cars cours de Vincennes en direction de la porte de Vincennes ou place Saint-Augustin, avec stationnement des cars boulevard Malesherbes en direction de la porte d'Asnières.
Cette dernière solution a notamment été adoptée, le 4 juin dernier, lors d'une importante manifestation qui a réuni 26.000 participants.
Cette manière de procéder réduit les inconvénients subis par les Parisiens lors des manifestations à caractère national et évite le stationnement anarchique et incontrôlé de ces autocars dans la Capitale, qui ne manquerait pas de se produire si ces mesures n'étaient pas mises en oeuvre par mes services. "