Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 2011
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

13 - 2011, Vœu déposé par le groupe socialiste, radical de gauche et apparentés relatif au devenir de l’Hôtel Dieu. Vœu déposé par le groupe E.E.L.V.A. relatif au devenir de l’Hôtel-Dieu.

Débat/ Conseil général/ Mars 2011



 

M. Christian SAUTTER, président. - Nous passons à l?examen des propositions de v?u référencées nos 2 G et 3 G dans le fascicule, déposées respectivement par les groupes socialiste, radical de gauche et apparentés et ?Europe Écologie - Les Verts et Apparentés?, relatives au devenir de l?Hôtel-Dieu.

Donc, je donnerai successivement la parole à Mme BERTINOTTI, à M. AIDENBAUM et à M. BOUTAULT, chacun pour une minute.

Madame BERTINOTTI, vous avez la parole.

Mme Dominique BERTINOTTI. - Mes chers collègues, pour la ?ixième? fois, voilà à nouveau un très mauvais coup porté contre l?Hôtel-Dieu en apprenant par la voix d?une dépêche A.F.P. le transfert du siège de l?A.P.-H.P. sur le site de cet hôpital et à terme, ne soyons pas hypocrites, la fermeture de cet hôpital.

Mauvaise décision, car loin de provoquer ou d?accompagner la modernisation et l?adaptation de l?hôpital aux nouvelles exigences de santé de la population, elle ne fait que révéler deux crises : une crise de gouvernance, ou plus exactement d?absence de gouvernance, mépris manifesté à l?égard des patients, des personnels hospitaliers, des élus, des citoyens, tous mis devant le fait accompli.

Crise du devenir de l?hôpital public, car comment qualifier une politique de santé qui vise à fermer des services de santé pour y installer des bureaux ? Comment qualifier une politique de court terme fondée sur la spéculation immobilière avec pour unique logique celle de la rentabilité ?

C?est pourquoi nous demandons au travers de ce v?u le rétablissement de la mise en application du projet médical, moderne et d?avenir de l?Hôtel-Dieu ratifié il y a peu de temps par l?A.P.-H.P., qui permettra de faire en sorte que l?hôpital public poursuivre sa vocation d?assurer l?égalité d?accès aux soins pour tous.

M. Christian SAUTTER, président. - Merci, Madame BERTINOTTI.

Monsieur AIDENBAUM, vous avez la parole.

M. Pierre AIDENBAUM. - Je serai encore plus bref parce que Mme Dominique BERTINOTTI vient de dire l?essentiel du v?u que nous présentons aujourd?hui.

C?est un nouveau coup qui est porté au service public à Paris, et nous avons eu dans les débats tout à l?heure, notamment dans les questions posées au Préfet de police sur le coup porté au service public de la police à Paris, avec les suppressions des antennes de police et des commissariats, et dans l?Éducation nationale.

Mme Dominique BERTINOTTI a rappelé l?importance pour nous de conserver les services, et tous les services qui avaient été actés il y a quelque temps de cela, comme devant rester à l?Hôtel-Dieu, ce qui a l?air d?être remis en cause aujourd?hui, pour y implanter, comme cela a été dit également, les bureaux de l?A.P.-H.P.

Donc, il a été également rappelé que c?est le seul hôpital public des neufs premiers arrondissements de Paris et donc, notre volonté de faire en sorte que l?A.P.-H.P. revienne sur cette décision est entière, et nous allons continuer à nous mobiliser afin de faire revenir l?A.P.-H.P. sur cette décision.

Je vous remercie.

M. Christian SAUTTER, président. - Merci, Monsieur AIDENBAUM.

Dernier orateur, Monsieur BOUTAULT, vous avez la parole.

M. Jacques BOUTAULT. - Merci, Monsieur le Président.

J?irai dans le sens de ce qu?ont exprimé Mme Dominique BERTINOTTI et M. Pierre AIDENBAUM avant moi, pour dire ma surprise d?avoir appris par hasard, le 4 mars dernier, que la direction générale de l?Assistance publique des Hôpitaux de Paris avait décidé de regrouper sur le site de l?Hôtel-Dieu la quasi-totalité de ses services administratifs et que ce transfert allait entraîner le déplacement de la chirurgie ambulatoire de l?Hôtel-Dieu vers l?hôpital Cochin, pour ne conserver qu?un service hospitalier minimal à l?Hôtel-Dieu, qui serait un service d?urgence et un service d?imagerie médicale.

Cette décision aura aussi pour conséquence de réduire drastiquement l?offre de soins aux Parisiennes et aux Parisiens des neuf arrondissements centraux. C?était le seul hôpital de proximité qui leur restait.

En outre, cette annonce a provoqué une vive inquiétude de la part des personnels, tant cette décision a été prise sans aucune concertation et s?ajoute à la volonté affichée depuis plusieurs mois de la direction et le Ministère de tutelle de supprimer massivement des personnels à l?A.P.-H.P. et de démanteler le service de santé à Paris au profit d?une gestion purement comptable de la santé alors que nous, écologistes, nous considérons que la santé est un bien humain inaliénable et que l?offre de soin doit faire partie des services publics offerts à tous.

Donc, nous souhaitons que la direction de l?A.P.-H.P. revienne sur cette décision le plus rapidement possible.

M. Christian SAUTTER, président. - Merci, Monsieur BOUTAULT.

Monsieur LE GUEN, quel est l?avis de l?Exécutif sur les v?ux nos 2 G et 3 G ?

M. Jean-Marie LE GUEN. - Tout à fait favorable, Monsieur le Président.

Je voudrais tout d?abord accréditer l?intervention des trois maires du Centre de Paris sur l?idée que cette décision a été prise de façon totalement précipitée, sans aucune concertation.

Donc, s?il n?y a pas eu de concertation, c?est un premier sujet.

Le deuxième sujet est que ceci se fait dans un désordre total, parce qu?il n?y a pas véritablement de plan qui soit organisé derrière tout cela ; on sent qu?il y a surtout la volonté de ?faire des économies? ou plus exactement d?essayer facialement, essayer de faire des restructurations de type immobilier dont on ne sait d?ailleurs même pas quel va être le bénéfice financier pour l?Assistance publique.

Donc, beaucoup de précipitation et une absence complète, encore une fois, de projet médical. Nous restons pour notre part totalement mobilisés sur le projet de l?hôpital universitaire de santé publique. Nous ne pensons pas, et nous savons que l?Hôtel-Dieu ne peut pas rester sur la forme actuelle pour un certain nombre de raisons dont nous avons déjà débattu, et qu?il faut aller vers une évolution, mais qui lui donne tout son caractère médical de proximité, avec notamment les urgences, mais aussi avec de nouveaux services de santé que sont l?éducation à la santé, la prévention, la recherche autour de ces thèmes, qui sont des thèmes majeurs dans les politiques de santé de la ville de demain.

Et donc, nous pouvons accepter l?idée d?une restructuration, peut-être même que dans certaines conditions, des éléments du siège viennent à l?Hôtel-Dieu mais en tout cas, il n?y a aujourd?hui aucune garantie - quand je dis cela, c?est un euphémisme - qui fasse que ceci se passe de cette façon.

Sous cet éclairage, je suis favorable à ces deux v?ux.

M. Christian SAUTTER, président. - Merci, Monsieur LE GUEN.

Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe socialiste, radical de gauche et apparentés, assortie d?un avis favorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition de v?u est adoptée. (2011, V. 9 G).

Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe E.E.L.V.A., assortie d?un avis favorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition de v?u est adoptée. (2011, V. 10 G).