Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2011
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

89 - 2011, Vœu déposé par le groupe socialiste, radical de gauche et apparentés relatif aux suppressions de postes dans le 14e arrondissement.

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2011



 

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Nous passons à la 7e commission.

Nous allons examiner le v?u référencé n° 63 dans le fascicule, déposé par le groupe socialiste, radical de gauche et apparentés, relatif aux suppressions de postes dans le 14e arrondissement.

La parole est à Mme Olivia POLSKI, pour une minute.

Mme Olivia POLSKI. - Je vous remercie, Monsieur le Maire.

Je ne reviendrai pas, parce que cela a été justement évoqué avant sur les suppressions de postes programmées dans l?Education nationale, les 16.000 nouvelles pour la rentrée prochaine. Ces suppressions dégradent les conditions d?enseignement et aggravent les situations de grande difficulté scolaire. Nous voulions attirer votre attention sur la situation des deux fermetures de classe dans le 14e arrondissement, à l?école élémentaire du 188 Alésia et à la maternelle de l?avenue de la Sibelle.

On voulait aussi attirer l?attention sur la situation du R.A.S.E.D. dans notre arrondissement, plus particulièrement dans la circonscription 14B, puisque, selon de nombreuses sources, il n?y a plus d?intervention en maternelle dans cette circonscription, en raison du nombre déjà réduit d?enseignants du R.A.S.E.D.

Globalement, en considérant que le nombre d?élèves en difficulté, ayant un besoin réel de cette aide spécialisée, n?a pas par magie diminué, et considérant d?ailleurs la grande mobilisation des parents, puisqu?ils ont déjà fait signer une pétition par plus de 600 parents, le conseil du 14e émet le v?u que le Maire de Paris demande au recteur de l?académie de Paris l?annulation de la suppression de ces postes, afin de donner aux enfants toujours plus nombreux du 14e arrondissement toutes les chances de réussite et d?épanouissement dans leur scolarité.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Je vous remercie.

Madame Colombe BROSSEL, vous avez la parole.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe. - Merci.

L?intervention d?Olivia POLSKI, bien qu?en une minute, était une synthèse parfaite, étayée et illustrée des conséquences aujourd?hui des actes politiques qui sont pris par le Gouvernement et déclinés maintenant par chaque recteur, puisque chaque recteur a maintenant la liberté de décider où il devra mettre en ?uvre la R.G.P.P.

Derrière ces suppressions de postes - suppressions de postes, je le rappelle, alors que le nombre d?élèves augmente-, ce sont évidemment des enfants qui ne peuvent plus avoir accès à ce qui représente tout de même un service minimum de base, à savoir : l?éducation. Ce sont des enfants en difficulté avec leur scolarité, qui ne peuvent plus être accompagnés dans les R.A.S.E.D., vous l?avez dit. Ce sont des enfants qui se retrouvent dans des classes surchargées.

C?est pour cela que la mobilisation continue. Elle continue dans toute la France et elle continue à Paris.

C?est pour cela qu?un rassemblement sera organisé à l?appel des organisations syndicales et de la F.C.P.E. ce mercredi.

C?est pour cela que la nuit des écoles est organisée par la F.C.P.E. vendredi 20 mai nationalement et vendredi 27 mai à Paris.

C?est pour cela que nous soutenons toutes ces initiatives pour qu?enfin, on arrête de considérer les enfants comme une variable d?ajustement dans une politique publique de réduction du nombre de fonctionnaires.

Vous aurez compris que je donne un avis favorable à ce v?u.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Merci.

Une explication de vote, Monsieur MENGUY ?

Si c?est possible de la faire en moins de 2 minutes, ça serait bien, puisqu?il est vrai qu?il y a une présentation d?un v?u en 1 minute et il y a 2 minutes d?explication de vote, ce qui ne paraît pas tout à fait logique. Alors, faites-la le plus rapidement possible !

M. Jean-Baptiste MENGUY. - Croyez bien que si j?avais le pouvoir de changer le règlement du Conseil de Paris, je changerais un paquet de choses, mais là, cela ne dépend pas que de moi, mais je vous fais le pari que je tiens mon temps de parole !

Nous voterons contre ce v?u pour trois raisons.

D?abord, Mme BROSSEL parle, comme d?habitude de l?augmentation des effectifs. Je tiens à rappeler que l?augmentation des effectifs sera en moyenne d?un élève par école. Il y a 660 écoles, donc il faut quand même savoir relativiser les choses et raison garder.

Deux, en ce qui concerne le 14e, les effectifs vont baisser. Dans ce cadre, on ne peut pas s?étonner que des mesures qui s?adaptent à l?évolution des effectifs soient prises par les autorités responsables?

Madame POLSKI, je vous ai laissée parler, je vous ai écoutée avec beaucoup d?attention. La moindre des choses, c?est de faire la même chose en retour.

Sur les R.A.S.E.D., il ne faut pas crier au désert absolu dans le 14e. L?arrondissement disposera encore de 14 postes de R.A.S.E.D., 7 psychologues, 5 maîtres E et 2 maîtres G, en plus de l?aide personnalisée et des stages de remise à niveau. Vous voyez que les moyens sont là. Quand même, depuis 1999, à l?époque où Claude ALLÈGRE était ministre de l?Education nationale, le taux moyen d?encadrement dans le 14e est resté stable à un chiffre d?environ 26 par classe.

Enfin, je trouve regrettable qu?en ce qui concerne l?école, une collectivité publique soutienne des occupations de classes et d?écoles pour des positions politiques. Je crois que l?école est une chose de républicain et la neutralité est importante. Je trouve que la démarche républicaine de soutenir ce genre d?initiative est un peu sujette à caution.

Voilà, j?ai tenu en moins de 2 minutes, Monsieur le Maire !

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Vous y viendrez, vous faites déjà des pétitions !

Avis favorable de l?Exécutif.

Je mets donc aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe socialiste, radical de gauche et apparentés, assortie d?un avis favorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition de v?u est adoptée. (2011, V. 130).