Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2011
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

52 - 2011, DGRI 11 - Signature d’une convention pluriannuelle avec l’Association Internationale des Maires Francophones pour l’attribution d’une subvention. Montant : 2.003.040 euros.

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2011



 

Mme Véronique DUBARRY, adjointe, présidente. - Nous passons maintenant à l?examen du projet de délibération DGRI 11 relatif à la signature d?une convention pluriannuelle avec l?Association Internationale des Maires Francophones pour l?attribution d?une subvention de 2.003.040 euros.

J?attire votre attention, avant que nous entamions une nouvelle série d?examen de délibérations, sur le fait que, maintenant, à ce rythme, avec les prises de paroles prévues, nous terminerons aux alentours de 21 heures ce soir.

Je vous invite donc toutes et tous à être attentifs à vos temps de parole.

La parole est à Mme BERTRAND, pour cinq minutes.

Mme Geneviève BERTRAND. - Merci, Madame la Maire.

C?est un plaisir renouvelé, année après année, de voter la subvention annuelle de la Ville de Paris à l?A.I.M.F.

Nous connaissons le rôle de plus en plus attendu de l?A.I.M.F. dans la coopération, qui s?approfondit et s?élargit entre les maires et responsables des capitales et métropoles puis, plus récemment, des associations nationales d?élus locaux ayant le français en partage.

Une fois de plus, s?agissant de développement durable, il s?avère que l?échelon local, celui des villes, des élus locaux, est le plus pertinent pour améliorer la vie des habitants, qu?il s?agisse des équipements publics, de l?eau, de l?assainissement, du gouvernement des villes, de la gestion municipale, de la formation.

L?esprit chaleureux, respectueux, constructif qui règne désormais à l?A.I.M.F., le sérieux de son organisation et de ses méthodes, son recours avec une équipe dédiée au programme de l?Union européenne relatif à la coopération et au développement, son bilan : près de 600 projets réalisé dans des villes d?Afrique, d?Asie et d?Amérique avec, il est vrai, un financement important de la Ville de Paris et un nombre croissant de personnes concernées (600.000 personnes en 2010, 700.000 en 2011) sont impressionnants.

Il est intéressant de noter que la rotation des lieux de réunions annuelles ajoute à l?appropriation de l?A.I.M.F. par les différents acteurs. Un jour à Nouakchott pour le Bureau, un autre à Erevan pour l?Assemblée générale à l?automne prochain, cela montre le souhait de chacun des pays participants, en tout cas des villes participantes, d?être à l??uvre dans la mobilisation des élus locaux.

Avant d?apporter le plein soutien du groupe Centre et Indépendants à la signature de la convention triennale d?objectifs pour la période 2011-2013 et à la reconduction d?une subvention de fonctionnement de 2.003.040 euros, je veux souligner un point, qui n?est pas une question d?air du temps, mais bien de crédibilité des engagements moraux affichés par l?A.I.M.F., celui de la place des femmes dans les responsabilités politiques locales.

Je sais le souhait régulièrement formulé par le président de l?A.I.M.F., le Maire de Paris, de favoriser l?accès des maires de genre féminin au bureau de l?association.

Je souhaiterais connaître, si cela est possible, les évolutions qui sont intervenues, renouvellement du bureau après renouvellement, sans ignorer les processus électoraux périodiquement en cours qui, évidemment, décident ou pas de l?élection de femmes à la tête des villes.

Je conclus en disant que les changements de fond, qui vont intervenir dans nombre de pays du Nord du continent africain ou d?autres pays d?Afrique sont peut-être une amorce de changements à venir sur ce sujet.

Je vous remercie.

Mme Véronique DUBARRY, adjointe, présidente. - Merci beaucoup, Madame BERTRAND, d?avoir pris en compte mes remarques sur le temps de parole.

M. SCHAPIRA pour vous répondre, y sera aussi attentif.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, au nom de la 9e Commission. - Merci, Madame la Maire.

Merci, Madame la Présidente, des mots agréables et justes, formulés à l?égard de l?A.I.M.F. dont vous connaissez évidemment le fonctionnement et la manière dont les projets sont engagés.

Je vous répondrai, parce que je suis entièrement d?accord avec la question telle que formulée, simplement sur la seconde partie, c?est-à-dire le rôle et le nombre de femmes qui sont dans nos instances.

On le répète, c?est effectivement un réel problème, nous avons réussi depuis quelques années à ce que deux femmes soient membres de cette instance, la maire de Victoria aux Seychelles et la maire d?Antsirabé, à Madagascar.

Mais, la difficulté, c?est qu?il y a peu de maires femmes dans les villes membres de l?A.I.M.F., que ce soit d?ailleurs au Nord comme au Sud, puisqu?au Canada, à ma connaissance, au Québec par exemple il n?y en a pas, en Afrique il y en a très peu. C?est en Afrique qu?il y a le plus d?élues femmes, finalement, en responsabilité.

Malheureusement, dans les grandes villes, membres de l?A.I.M.F., il n?y a que ces deux villes, Antsirabé et Victoria.

Pour Antsirabé, c?est encore plus compliqué, puisque, comme elle est dans l?opposition au nouveau pouvoir malgache, elle a des difficultés à venir, mais, quand elle peut, elle vient.

C?est vrai que c?est extrêmement compliqué, pourtant, l?A.I.M.F. comprend évidemment et souhaite un rôle pour les femmes de plus en plus important.

Quelques-unes sont élues dans les Conseils municipaux, voire dans les mairies annexes des districts, par exemple à Bamako ou ailleurs.

Je précise que l?A.I.M.F. rédige actuellement un manuel de la gouvernance locale, dans lequel, naturellement, l?importance de l?implication des femmes sera un axe fort.

Voilà ce que je voulais dire. Je suis désolé, il ne peut pas y avoir plus de femmes dans le bureau, parce que c?est ainsi, hélas, mais le Maire le rappelle à chaque réunion du bureau, il faut effectivement faire en sorte que les villes désignent des femmes pour les représenter.

J?ajoute qu?il y a la maire de Genève, également, que j?avais oubliée. Elle vient rarement. Elle est la maire de Genève, mais vous savez qu?ils tournent : cette année, c?est une femme, à partir du 29 mai ce sera un homme.

Mme Véronique DUBARRY, adjointe, présidente. - Je mets donc aux voix, à main levée, le projet de délibération DGRI 11.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté à l?unanimité. (2011, DGRI 11).