Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2011
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

57 - 2011, Vœu déposé par le groupe Centre et Indépendants relatif à l’érection d’un monument aux morts en opérations extérieures.

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2011



 

Mme Véronique DUBARRY, adjointe, présidente. - Nous passons à l?examen du v?u référencé n° 36 dans le fascicule, déposé par le groupe Centre et Indépendants, relatif à l?érection d?un monument aux morts en opérations extérieures.

M. DUBUS était censé le présenter, mais j?imagine que vous le ferez, Monsieur le Président ?

M. Yves POZZO di BORGO. - Merci, Madame le Maire.

Vous savez que beaucoup de militaires français sont morts en opérations extérieures ces dernières décennies. Notamment, 56 soldats français sont morts en Afghanistan depuis 2004. On considère, mais nous ne sommes pas les seuls, puisque je crois, et Mme l?adjointe va me répondre là-dessus, que le devoir de mémoire qu?impliquent ces sacrifices consentis par ces soldats et leur famille est nécessaire et il faut qu?il soit valorisé à Paris.

C?est la raison pour laquelle, le 18 avril 2001, l?Association de défense des droits des militaires a manifesté qu?elle était disposée à accompagner la création d?un tel monument. Je crois aussi que le Ministère de la Défense, dans cette affaire, est décidé à ce qu?il y ait un de ces monuments.

C?est la raison pour laquelle Jérôme DUBUS a déposé ce v?u, pour que la Ville de Paris s?associe à la réflexion du général Thorette afin de faire aboutir ce projet le plus rapidement possible.

Mme Véronique DUBARRY, adjointe, présidente. - Merci, Monsieur le Président.

Mme CHRISTIENNE vous répond, au nom de l?Exécutif.

Mme Odette CHRISTIENNE, adjointe. - Correspondant-défense, chargée des relations avec les instances militaires, je tiens à ce que vous rassuriez M. DUBUS qui est l?auteur de ce v?u.

Le Maire de Paris est attentif au projet, dont il était informé depuis quelque temps déjà, projet dû à l?initiative du chef de l?état-major de l?Armée de terre, le général d?armée Elrick IRASTORZA pour rendre hommage aux soldats morts en OPEX et non uniquement en Afghanistan, conflit qui vient d?ailleurs de faire cette semaine une 57e victime en la personne du jeune Loïc Roperh, soldat de 1ère classe du 13e Régiment de Génie. Je cite son nom car, trop souvent, nos soldats meurent dans une indifférence générale : trois lignes en bas d?une page.

Cependant, il nous était apparu prématuré et inopportun, voire incorrect d?inscrire à l?ordre du jour une demande éventuelle pour un projet qui n?était pas totalement abouti et qui est encore sujet à réflexion. La conception et l?élaboration de ce monument national sont d?abord du ressort de l?Etat.

Je rappelle que, dans une situation analogue, lors de la précédente mandature, M. le Maire de Paris avait été associé à la mise en place du monument national aux morts d?Algérie, Tunisie, Maroc, 6 quai Branly. Au-delà des échanges déjà réalisés, j?ai déjà été contactée, ainsi que le cabinet du Maire de Paris, par le général d?armée THORETTE qui est cité dans ce v?u et qui préside une commission ad hoc mise en place tout récemment.

Nous devons nous rencontrer encore très prochainement.

Nos soldats sont engagés en OPEX très diverses et nous les soutenons, car elles concernent essentiellement le maintien de la paix et la défense des droits de l?Homme.

Oui, nous soutenons les soldats qui oeuvrent lors des OPEX à l?effort pour la prévention des conflits, la contention au niveau le plus bas des crises qui affectent plusieurs régions dans le monde, dans le respect, bien sûr, des nations concernées, et tout autant lors d?opérations de secours en cas de catastrophe naturelle, où qu?elles se produisent dans le monde. Les missions, de plus en plus complexes, sont confiées aux militaires, souvent en responsabilité au sein de forces interarmées, telle la FINUL au Liban. Avec les soldats de l?armée de métier, sont engagés des réservistes opérationnels. N?oublions pas également des appelés volontaires qui furent engagés dans les opérations de maintien de la paix sur les territoires de l?ex-Yougoslavie. Et nous savons le prix payé par les hommes et les femmes au service de notre pays.

Oui, les soldats morts, assurant des missions diverses et dans des lieux dispersés à travers le monde lors d?opérations échelonnées dans le temps, devraient avoir un monument national pour qu?on ne les oublie pas, pour que l?on puisse leur rendre hommage et la Ville de Paris s?associe, bien entendu, à cet hommage.

Mais, comme vous le constatez, ce v?u est largement dépassé. C?est pourquoi je vous demande de le retirer, car on ne peut pas voter sur une proposition sans objet.

Mme Véronique DUBARRY, adjointe, présidente. - Monsieur POZZO di BORGO, quelle est votre réponse à la demande de retrait ?

M. Yves POZZO di BORGO. - Merci, Madame le Maire.

J?apprécie beaucoup toutes ces informations. Compte tenu des informations que vous avez données, nous retirons évidemment le v?u.

Mme Véronique DUBARRY, adjointe, présidente. - Merci beaucoup.