Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2011
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

79 - 2011, Vœu déposé par M. Jean-François MARTINS relatif à la prévention de la sécheresse et à la réduction des consommations d’eau à Paris.

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2011



 

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Nous passons à l?examen du v?u référencé n° 56 dans le fascicule, déposé par M. Jean-François MARTINS, relatif à la prévention de la sécheresse et à la réduction des consommations d?eau à Paris.

Monsieur MARTINS, vous avez la parole, pour une minute.

M. Jean-François MARTINS. - Monsieur le Maire, chers collègues.

Avec ce v?u, je souhaitais attirer l?attention du Conseil de Paris et de l?Exécutif sur les derniers rapports à la fois de météo France et d?un certain nombre d?organisations internationales de surveillance du climat qui démontrent que la décennie dans laquelle nous sommes engagés est la décennie la plus sèche que l?Europe ait connue depuis 10 ans, que la Suisse et l?Allemagne, par exemple, ont connu en 2011 des niveaux de sécheresse jamais atteints depuis 1850, que dans un certain nombre de régions de France, on est à une pluviométrie qui est de 60 % inférieure aux années précédentes et que ces phénomènes de sécheresse, outre le fait qu?ils sont dangereux, évidemment, pour nos ressources en eau, ont d?autres externalités négatives, notamment des externalités de dangerosité supplémentaire, par exemple, sur les centrales nucléaires dans un certain nombre de régions françaises.

Spécifiquement pour Paris, je souhaitais, par ce v?u, pouvoir démontrer que la Municipalité prenait notamment en considération le fait que ces sécheresses seront de moins en moins épisodiques et anecdotiques, pour devenir de plus en plus systémiques et que nous devions adapter notre usage de l?eau à ces nouvelles conditions de sécheresse.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Merci.

Madame Anne LE STRAT, vous avez la parole pour la réponse.

Mme Anne LE STRAT, adjointe. - Merci, Monsieur le Maire.

Je remercie M. Jean-François MARTINS de poser, par ce v?u, la question dans notre hémicycle des impacts que la sécheresse peut avoir sur la consommation d?eau à Paris. Vous avez raison, c?est un phénomène assez inquiétant qui touche maintenant près de 30 départements en France, qui touche de nombreux pays aussi sur notre continent européen et, même si nous appartenons à un pays plutôt caractérisé par un climat tempéré, de manière très évidente, dans des communes limitrophes à Paris, nous avons déjà des restrictions d?usage.

C?est donc une question très pertinente, à laquelle je répondrai de manière un peu plus précise au regard du v?u que vous avez déposé, puisque ce n?est pas exactement la présentation orale que vous avez faite mais le v?u propose trois modes d?intervention pour la Ville de Paris.

D?abord, je voulais vous préciser qu?il y a des comités nationaux de sécheresse, avec leurs déclinaisons régionales. En l?occurrence, ce n?est pas le Préfet de police mais le Préfet de la Région Ile-de-France, et Préfet de Paris, qui définit les mesures communes en termes de gestion du système hydrographique qui concerne, pour nous, tout le bassin Seine-Normandie. Le mécanisme est connu. L?ensemble des acteurs sont mobilisés et nous avons une sorte de cahier des charges pour intervenir si les seuils de vigilance, les seuils d?alerte ou les seuils de crise, voire de crise renforcée, sont dépassés.

Nous avons, nous, en tant que Ville de Paris, donc acteur engagé dans ces comités, la responsabilité de répondre sur le territoire parisien à des mesures de restrictions d?usage. En l?occurrence, ce n?est encore jamais arrivé sur Paris. Le réseau maillé et diversifié nous permet d?avoir une sécurité d?approvisionnement très importante. En revanche, cela nous oblige à une solidarité territoriale. Vous savez que l?eau qui approvisionne les Parisiens ne vient pas du territoire parisien. Elle vient notamment d?eaux souterraines qui alimentent certaines rivières qui peuvent avoir des débits d?étiage très bas en cas de sécheresse.

Eau de Paris, au-delà même de ce qui lui est demandé de manière réglementaire, cesse ses prélèvements et permet un soutien d?étiage sur les rivières qui sont en débit d?étiage très bas, comme je viens de le préciser.

Nous participons aussi à des programmes de recherche. Des recherches sont en cours sur le domaine du réchauffement climatique et ses impacts sur les précipitations et sur les ressources d?eau du bassin Seine-Normandie. Quand les connaissances seront un peu mieux établies, nous pourrons peut-être aussi adapter notre schéma d?alimentation régionale au regard des contraintes qui pèsent sur la ressource en eau.

Quant à la consommation d?eau à Paris, en réalité, elle baisse chaque année. Nous sommes maintenant à moins 1,5 % de consommation d?eau sur Paris. Ce sont d?abord les efforts faits par les particuliers. C?est aussi l?effort fait par les locaux municipaux en termes d?économies d?eau sur l?ensemble des équipements. Ce sont aussi les efforts faits par les services de la Ville, que ce soit la Direction de la Voirie, qui diminue ses usages d?eau sur la voirie, ou la DEVE, les jardins, avec maintenant une maîtrise, ce que l?on appelle la M.I.R. (maîtrise d?irrigation raisonnée), qui permet de réduire l?irrigation des jardins.

Vous voyez que nous cherchons à être si ce n?est exemplaire, en tous cas très soucieux de l?économie de la ressource à la fois à l?amont sur les prélèvements et à l?aval sur sa consommation.

Je vous tiendrai informé, puisque je vois que cela vous intéresse, à juste titre, des différentes étapes d?avancement sur ce sujet.

À ce titre, je vous demanderai donc de retirer ce v?u au regard des informations que je vous ai données et de l?information que je vous délivrerai aussi en temps et en heure.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Merci.

Monsieur MARTINS, vous retirez le v?u ?

M. Jean-François MARTINS. - Oui, la réponse de Mme LE STRAT est précise et son engagement à tenir informé et moi et le reste du Conseil de Paris est tout à fait satisfaisant.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Merci.