Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2011
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

71 - 2011, Vœu déposé par le groupe U.M.P.P.A. relatif au parking situé avenue de la porte Briançon (15e).

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2011



 

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Nous passons à l?examen du v?u référencé n° 51 dans le fascicule, déposé par le groupe U.M.P.P.A., relatif au parking situé avenue de la porte Brancion.

La parole est à M. MENGUY.

M. Jean-Baptiste MENGUY. - Merci, Monsieur le Maire.

C?est un v?u qui fait suite à une demande des riverains sur un secteur au niveau de la porte Brancion, au niveau boulevard du périphérique, au-dessus en tout cas, qui a été neutralisé lors des travaux de couverture du périphérique.

C?était une zone qui servait à l?origine pour des places de stationnement et qui, en l?état actuel, porte toujours des palissades de chantier et ne s?est toujours pas vu restituer sa destination d?origine.

L?idée de ce v?u est qu?au moins la destination d?origine, c?est-à-dire un parking, puisse lui être rendu, ou alors, éventuellement, un autre équipement.

Je profite des quelques secondes qui me restent pour, ici, saluer le travail de l?adjointe de quartier du quartier Brancion-Brassens - les conseils de quartier sont à l?honneur dans cette 3e Commission et je trouve cela bien - pour saluer donc le travail de Louisa FERHAT, qui a été récemment nommée Chevalier dans l?Ordre national du Mérite. Je crois que, comme dit l?expression, franchement, elle le mérite !

Je vous remercie.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Vous la féliciterez de notre part.

Je donne la parole à Mme LEPETIT.

Mme Annick LEPETIT, adjointe. - Merci, Monsieur le Maire.

Concernant ce v?u, je voulais répondre à M. MENGUY et insister un tout-petit peu quand même sur cette question, que lorsque vous demandez la réouverture d?un parking, il ne peut pas y avoir de réouverture ; il peut y avoir éventuellement une ouverture, mais pas une réouverture, puisque ce parking n?existait pas, en tout cas légalement, je tiens à rappeler que c?était un parking sauvage. Il faut quand même dire les choses telles qu?elles sont.

Ceci dit, j?en conviens, ce n?est pas satisfaisant de laisser en l?état un tel espace situé au-dessus de la nouvelle couverture du boulevard périphérique et les services de la Direction de la Voirie et des Déplacements ont proposé un aménagement, mais le maire de Vanves, qui a été consulté, a donné un avis défavorable à l?installation du bâtiment proposé. Il souhaite, lui, un espace dégagé.

Nous travaillons donc à un nouveau projet susceptible de recevoir l?accord du Maire de Vanves et, bien sûr, un projet qui fait place aux piétons d?abord et aux circulations douces, afin, bien sûr, d?être en phase avec l?objectif final du projet de couverture.

Voilà où nous en sommes.

Donc, je ne peux pas, aujourd?hui encore, et j?en suis désolée, Monsieur MENGUY, donner un avis favorable à votre v?u.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Parfait !

Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe U.M.P.P.A., assortie d?un avis défavorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition de v?u est repoussée.

2001, V?u déposé par M. Jean-François MARTINS relatif à l?avenue du Général Leclerc.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Nous passons à l?examen du v?u référencé n° 52 dans le fascicule, déposé par M. Jean-François MARTINS, relatif à l?avenue du Général Leclerc.

La parole est à M. MARTINS, une minute.

M. Jean-François MARTINS. - Oui, Monsieur le Maire.

L?Exécutif a souvent tendance à rappeler qu?il a été élu sur des engagements et qu?il les tiendrait auprès des Parisiens.

L?avenue du Général Leclerc fait typiquement partie des promesses que vous avez faites en début de première mandature, que vous avez faites en début de seconde mandature, et dont les habitants de l?avenue du Général Leclerc ne voient toujours pas la concrétisation.

L?avenue du Général Leclerc et la porte d?Orléans sont des points noirs de Paris, l?un des pics de pollution les plus importants, l?une des avenues les plus accidentogènes et, évidemment, un enfer à vivre pour les riverains.

Le conseil de quartier Mouton-Duvernet a adopté un v?u dans le cadre des procédures de démocratie locale qui ont cours dans le 14e arrondissement, le Conseil d?arrondissement a voté un v?u à l?unanimité le 31 janvier et le maire du 14e arrondissement, Pascal CHERKI, n?a pas jugé bon de déposer ce v?u pourtant voté à l?unanimité en Conseil de Paris ; je le fais donc aujourd?hui pour demander à la Ville de Paris qu?elle établisse enfin un calendrier de travaux, d?études pour l?aménagement de l?avenue du Général Leclerc et de la porte d?Orléans, qu?elle rende public ce calendrier et que celui-ci prévoie notamment le début des travaux avant la fin de la mandature pour montrer que vous respectez votre engagement ; c?est une question civique et de confiance de nos concitoyens, Monsieur le Maire.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Mais bien sûr !

Mme LEPETIT va vous répondre.

Mme Annick LEPETIT, adjointe. - Merci, Monsieur le Maire.

Monsieur MARTINS, vous n?ignorez pas que le maire du 14e, Pascal CHERKI, suit de très près ce dossier, vous n?ignorez pas non plus que suite aux décisions qu?il a prises lors d?une réunion du 10 février dernier, la Direction de l?Urbanisme est en charge d?élaborer, bien sûr en relation avec la Direction de la Voirie et des Déplacements, un cahier des charges, ainsi qu?un cahier d?études, afin de cibler le périmètre qui concerne le périmètre du secteur, qui inclut, d?une part, la porte d?Orléans et la place Denfert-Rochereau et, d?autre part, le quartier de la porte de Montrouge.

Il y a aujourd?hui des études qui sont en cours. Compte tenu des dossiers, compte tenu de l?ampleur du dossier, compte tenu aussi que l?avenue du Général Leclerc est un axe qui relève de la compétence de la Préfecture de police, les propositions d?aménagement, lorsque nous serons en mesure de les faire, devront être définies avec les services du Préfet de police, comme nous l?avons fait d?ailleurs, et ce n?était pas un problème en soit, pour la place de la République ou pour les Grands Boulevards, par exemple.

Les études qui sont engagées aujourd?hui ont pour objectif, bien sûr, une meilleure sécurité des usagers, la réduction de la congestion, de la pollution de l?air et des nuisances sonores. Je pense que nous aurons l?occasion d?en reparler puisque, encore une fois, c?est un dossier qui est suivi de près par la mairie du 14e.

Je propose donc, bien sûr, Monsieur le Maire, un vote défavorable.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Nous vous avons entendu, mais, auparavant, M. MERCIER veut faire une explication de vote.

M. Etienne MERCIER. - Oui, une rapide explication de vote, parce que je ne comprends pas qu?on mette en cause le maire du 14e, alors que dans ce débat sur l?avenue du Général Leclerc, le v?u dont parle Jean-François MARTINS est un v?u que j?ai moi-même corrigé avec le conseil de quartier en tant que responsable de l?espace public.

Or, il avait été convenu que M. CHERKI, dans le cadre du débat général sur les transports, présenterait la problématique de l?avenue du Général Leclerc comme celle de la porte d?Orléans, ainsi même que la passerelle du R.E.R. B.

J?ai envoyé tout le récit de l?intervention de M. CHERKI à tous les membres de ce conseil de quartier et il a été convenu qu?il fallait fonctionner comme cela.

Je trouve cela un peu maladroit de présenter ce v?u aujourd?hui, comme si Jean-François MARTINS était le seul à défendre l?avenue du Général Leclerc.

Je terminerai mon explication de vote en disant que non seulement nous avions convenu cela, mais nous avons une enveloppe annuelle de 250.000 euros pour entretenir cette avenue, l?embellir, le tout dépensé sou par sou avec le conseil de quartier en concertation pleine, totale et continue.

Je trouve vraiment cela? je redis maladroit mais j?en pense beaucoup plus.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Très bien.

Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par M. Jean-François MARTINS, assortie d?un avis défavorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition de v?u est repoussée.