Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2011
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  

10 - 2011, DASES 203 G - Subvention à l'association "Culture et Hôpital" (14e) au titre de 2011. Montant : 4.000 euros.

Débat/ Conseil général/ Mai 2011



 

M. Christian SAUTTER, président. - Nous arrivons au projet de délibération DASES 203 G. Il s?agit d?une subvention de 4.000 euros à l'association "Culture et Hôpital" dans le 14e arrondissement.

C'est Mme TAÏEB qui va interroger M. Christophe GIRARD.

Madame TAÏEB, vous avez la parole.

Mme Karen TAÏEB. - Merci, Monsieur le Président, mes chers collègues.

"Culture et Hôpital", cela pourrait être et devrait être un concept. C'est en tout cas, depuis 2003, le nom d?une association qui fait un travail remarquable et pour laquelle une subvention de 4.000 euros est prévue dans ce projet de délibération.

Cette association participe notamment chaque année à la Semaine du chant et de la musique, avec des personnes âgées dans des établissements gériatriques et on peut imaginer le soleil qu'elle y fait entrer.

Faire entrer la culture à l'hôpital, c?est une manière d?en faire sortir certaines angoisses liées à l?hospitalisation, l'ennui lié à l?hospitalisation de longue durée, la peur de la blouse blanche pour certains et notamment les enfants. C'est redonner du goût à la vie, de la force aux plus fragiles et de la couleur au désespoir de certains. C'est, en un mot, dédramatiser l'hôpital.

C'est donc bien le concept "Culture et Hôpital" lui-même qui doit être pensé plus souvent en programmant, dans des moments forts culturels, comme "Paris en toutes lettres", "Printemps des poètes", "Paris quartier d'été" et autres événements culturels, des événements dans certaines cours d'hôpitaux parisiens. Cela a déjà été fait, mais nous pourrions aller plus loin dans cette démarche.

Dans le 12e arrondissement, nous l?avons expérimenté plusieurs fois dans le cadre du festival jeune public "L?été continue", avec une programmation à l?hôpital Saint-Antoine et à l?hôpital Trousseau, réunissant ainsi un public extérieur à l'hôpital avec les personnes hospitalisées. Nous avons pu voir ainsi le bonheur des enfants à Trousseau ou encore l'heureuse surprise dans le regard des malades hospitalisés à Saint-Antoine.

Je nous invite donc à réfléchir sur le développement du lien entre culture et hôpital.

Je vous remercie.

M. Christian SAUTTER, président. - Merci, Madame TAÏEB.

Je donne la parole à M. Christophe GIRARD qui va répondre sur la partie culture et aussi sur la partie hôpital.

M. Christophe GIRARD, au lieu et place de Mme Liliane CAPELLE, au nom de la 6e Commission. - Merci, Karen TAÏEB.

Il est juste de ne pas dissocier la santé mentale et la culture car, en effet, lorsque vous êtes hospitalisé, et je le vois en particulier à l'hôpital Sainte-Anne, et j'ai longuement échangé avec mon collègue Jean-Marie LE GUEN à ce sujet, nous tentons de rapprocher nos délégations pour que, de plus en plus souvent, des actions communes soient menées dans les hôpitaux. Je dois dire que, pour prendre l'exemple de l'hôpital Sainte-Anne, il est assez remarquable de voir qu'il y a un musée classique médical mais il y a également un musée avec des réserves extraordinaires, de peintures et de dessins exécutés par les patients depuis plus d'un siècle. Cela fera l'objet, nous l'espérons beaucoup, un jour, d'une exposition de très grande qualité ouverte au public, où les patients eux-mêmes seraient évidemment des acteurs dans la cité et, par exemple, en effet, l'Hôtel de Ville, comme vous me le soufflez de la tribune, Monsieur le Président, pourrait également participer à cette action.

J'ai un souvenir assez précis. Je vous dis les choses en improvisant. Les "Lucioles", par exemple, de l'artiste Erik SAMAKH, était une des ?uvres marquantes de la neuvième édition de "Nuit Blanche" en 2010 à l'Hôtel-Dieu et je crois que ceux qui ne connaissaient pas l'Hôtel-Dieu ont découvert d'abord un très beau bâtiment, ensuite de l'art, et surtout croisé également des patients. Et les patients qui étaient à l?Hôtel-Dieu ont également vu de la beauté pendant leur séjour.

En effet, plus on associera la culture à des moments de vie qui sont des moments de vie souvent douloureux, parfois des moments de vie très longs, je crois qu?on remplira mieux notre mission.

Liliane CAPELLE, qui ne pouvait être là, pour nous présenter ce projet de délibération qui porte sur une subvention d'un montant de 4.000 euros pour l?association "Culture et Hôpital", je crois que l'intervention de Karen TAÏEB, en effet, propose d'étendre l'action de "Culture et Hôpital" dans le cadre des grands événements organisés à Paris, que ce soit "Paris en toutes lettres", que ce soit la "Nuit Blanche", bien entendu, mais également d'autres manifestations, puisque plus le temps passe et plus nous créons à la fois de nouveaux lieux mais également de nouvelles manifestations dans lesquelles le réseau hospitalier parisien - je pense à Maison Blanche en particulier - peut également être un acteur assez dynamique et créatif de cette opération.

Sachez également que nous subventionnons l'association au titre de la culture, dont le montant est porté à hauteur de 10.000 euros, ce qui fait évidemment toujours plaisir à M. GAUDILLÈRE.

L'association s'est donnée pour buts principaux de participer à l'animation des hôpitaux par le biais d'activités culturelles et artistiques et d'ouvrir l'hôpital sur la ville.

Je propose à Mme la Présidente de la 9e Commission, qui est, contrairement à ce qu'a laissé entendre M. POZZO di BORGO ce matin, l'une des commissions les plus actives et les plus présentes? D?ailleurs, en général, il manque deux chaises pour pouvoir asseoir tous les membres de la Commission et les équipes qui y travaillent, qu'elle propose aux débats aux membres de la Commission le sujet de santé mentale et culture dans une prochaine réunion de la 9e Commission, où nous pourrons inviter les présidents de groupe, également, s'ils le souhaitent.

M. Christian SAUTTER, président. - Merci, Monsieur GIRARD.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DASES 203 G.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté à l'unanimité. (2011, DASES 203 G).

Je vous signale, chers collègues, que j'ai un centimètre de délibérations à vous soumettre au titre du Conseil général, donc les orateurs ne sont pas obligés de prendre à chaque fois les cinq minutes auxquelles ils ont droit.

Je ne dis pas cela pour Mme TAÏEB, qui est d'une grande sobriété.