Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 1998
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

30 - 1998, DVD 73 - Autorisation à M. le Maire de Paris de souscrire des avenants à 8 conventions de concession de parcs de stationnement concédés signées avec la Société du parking souterrain de la porte d'Orléans et la Société du parking des Invalides

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 1998


M. Patrick TRÉMÈGE, adjoint, président. - Nous passons au projet de délibération suivant référencé DVD 73, autorisant M. le Maire de Paris à souscrire des avenants à 8 conventions de concession de parcs de stationnement concédés signées avec la Société du parking souterrain de la porte d'Orléans et la Société du parking des Invalides.
Je donne la parole à l'orateur inscrit, Mme BACHE.
Mme Marinette BACHE. - Merci, Monsieur le Maire.
Monsieur le Maire, l'absorption de sociétés concessionnaires ayant en charge l'exploitation des parcs de stationnement souterrains par la Société des parcs G.T.M. vous amène à demander à notre Assemblée d'adopter 8 avenants à 8 conventions de concession de parcs de stationnement.
Si ces avenants n'appellent pas d'observations particulières de notre part, votre politique en matière de stationnement appelle en revanche quelques critiques.
Il est en effet régulièrement présenté aux élus du Conseil de Paris des mémoires faisant état d'avenants aux conventions de concession de parcs de stationnement, mais force est de constater, par contre, qu'aucun axe politique traduisant une volonté de changement ne ressort de ces projets.
Je rappellerai donc brièvement nos principales propositions :
- privilégier le stationnement résidentiel et le stationnement des professions dans Paris ;
- interdire, en trois ans, le stationnement de surface dans les arrondissements centraux aux non résidants, excepté pour les professionnels et les livraisons ;
- adapter les tarifs suivant les catégories d'utilisateurs, je pense en particulier aux résidants (et plus spécifiquement aux problèmes de la porte d'Orléans dans le 14e, que M. PLASAIT connaît), aux professionnels spécifiques, aux commerçants, aux véhicules peu polluants etc. ;
- réaménager les espaces de stationnement de surface en fonction des besoins en matière de livraison, des taxis et des cars de tourisme ;
- rendre obligatoire dans les nouvelles constructions la création de garages à vélos, y compris d'ailleurs dans les parcs concédés.
Il faut aussi, à notre avis, de façon complémentaire, maîtriser le stationnement des véhicules de passage de façon à ne pas favoriser l'entrée de véhicules supplémentaires dans Paris et encourager l'utilisation des transports collectifs.
Je souhaite enfin, rapidement, attirer votre attention sur un point particulier qui est celui des parcs publics de stationnement souterrains concédés. Dans les 122 parcs publics de stationnement, soit environ 68.000 places, seul un niveau et demi de garage, situé dans le 16e arrondissement, correspondant à environ 1.000 places, est géré par les services municipaux.
Ce recours systématique à des sociétés privées va évidemment à l'encontre de la possibilité de maîtrise de la politique du stationnement à Paris.
Je suggère donc qu'une nouvelle politique pourrait être définie par la révision progressive des concessions, de façon à mieux maîtriser l'activité des sociétés concessionnaires, à privilégier en majorité le stationnement résidentiel en révisant, avec cet objectif, les tarifs actuellement pratiqués.
Les collectivités concédantes, je vous le rappelle, ont la possibilité de procéder à une modification des obligations de service public incombant aux concessionnaires. Cette réforme pourrait s'appliquer en premier lieu à la Société anonyme d'économie mixte d'exploitation du stationnement qui gère 51 parcs. La Ville détenant 65 % de son capital, ceci ne devrait pas poser de problème majeur.
Les derniers résultats financiers de cette société montrent, en effet, que celle-ci dégage des bénéfices depuis 1996, à hauteur de 15 millions de francs pour cet exercice.
Il conviendra ensuite, s'il apparaît de nouveaux besoins en stationnement résidentiel dans certains quartiers dépourvus de parcs pour les résidants, d'intégrer les réalisations nouvelles dans une logique de rééquilibrage car les parcs aménagés jusqu'ici ont été concentrés, hélas, dans les arrondissements centraux et dans ceux de l'Ouest de Paris, ce qui favorise le stationnement non résidant, mais également les migrations alternantes domicile-travail.
Tout ceci permettrait, à mon avis, d'améliorer la situation à Paris en matière de déplacement et donc de réduire la pression automobile qui s'exerce sur notre Ville, ainsi que la pollution d'origine automobile.
Mais, bien sûr, ceci est une question de volonté politique.
Je vous remercie.
M. Patrick TRÉMÈGE, adjoint, président. - Madame BACHE, merci.
Je ne sais pas si votre intervention, Madame BACHE, a un rapport direct avec le mémoire.
Tâchons de faire des interventions concernant, dans la mesure du possible, directement le mémoire ayant fait l'objet d'une inscription.
Monsieur PLASAIT, vous avez la parole.
M. Bernard PLASAIT, adjoint, au nom de la 3e Commission. - Non, Monsieur le Maire, je crois que vous venez de faire la réponse. C'est un procédé maintenant habituel : à l'occasion d'un mémoire, les intervenants de l'opposition répètent une fois de plus leurs propositions en matière politique.
Donc, je ne pourrais que répondre une fois de plus que le Maire de Paris a une politique qui a été annoncée, qu'elle est extrêmement forte, qu'elle est en faveur des transports en commun, qu'elle vise à permettre une meilleure circulation des piétons et des vélos, et que pour cela on s'appuie notamment sur une politique de stationnement, avec un certain nombre de contraintes que j'aurai d'ailleurs l'occasion, sans doute, de rappeler tout à l'heure.
Je ne répèterai pas une fois de plus quel est le contenu de la politique du Maire.
M. Patrick TRÉMÈGE, adjoint, président. - Monsieur PLASAIT, merci.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DVD 73.
Qui est pour ?
Qui est contre ?
Qui s'abstient ?
Le projet de délibération est adopté à la majorité, le groupe communiste et M. REVEAU s'étant abstenus. (1998, DVD 73).