Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 2011
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

80 - 2011, Vœu déposé par le groupe U.M.P.P.A. relatif à l'aménagement des terrains Clichy-Batignolles.

Débat/ Conseil municipal/ Mars 2011



 

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - Le v?u n° 89, relatif à l'aménagement des terrains Clichy-Batignolles, a été déposé par le groupe U.M.P.P.A.

La parole est à Mme Brigitte KUSTER, pour une minute.

Mme Brigitte KUSTER, maire du 17e arrondissement. Je souhaite à travers ce v?u, et toute l'équipe municipale du 17e avec moi, appeler une nouvelle fois votre attention sur l'aménagement des terrains Clichy-Batignolles, et ce, dans un esprit constructif et positif.

Comme vous le savez, une nouvelle étape vient de se terminer : l'enquête publique liée à la révision du P.L.U. sur le secteur Clichy-Batignolles. C'est dans ce cadre que la majorité municipale du 17e a souhaité porter au débat une contribution concrète et réaliste.

Les différentes orientations de cette contribution reprennent les demandes, remarques, v?ux et interventions que les élus de la majorité municipale ont pu formuler dans cette enceinte notamment, et ce, depuis plusieurs années. Elles ont été mises en lumière grâce à l'aide d'un urbaniste, Bernard LAMY, et proposent des améliorations sensibles sur le sujet.

Il ne s?agit donc pas d'un contreprojet mais bien d'un nouveau regard qui a pour objectif de repenser certains aspects de votre projet à la lumière de l'implantation de la cité judiciaire.

J'ai souhaité, avec l'ensemble des élus de la majorité municipale, présenter ce nouveau regard sur Batignolles à la mairie lors d'une grande réunion publique de 16 mai dernier. Et force est de constater que cette contribution a rencontré un écho très favorable auprès des habitants du 17e, non seulement ceux venus nombreux à cette réunion, mais selon tous les témoignages reçus par mail, courrier téléphone, voire Facebook.

Par ailleurs, à la lecture du registre de l'enquête publique, et sans préjuger des conclusions du rapport qui sera rendu par la commissaire-enquêteur dans quelques semaines, nous ne pouvons que prendre acte des nombreuses inquiétudes formulées, principalement concernant les immeubles de 50 mètres.

Le nouveau regard sur les Batignolles que nous appelons de nos v?ux répond à plusieurs objectifs et comble plusieurs lacunes de l?actuel projet :

Recoudre d'abord les territoires, avec la réalisation d'une coulée verte à Pont-Cardinet ;

Relier la Z.A.C. au quartier Saussure par un large pont végétalisé ;

Ouvrir le nouveau quartier aux rues avoisinantes par une pénétrante végétalisée ;

Repenser l'environnement immédiat de la cité judiciaire avec une couverture végétalisée de la zone de fret et du centre de tri ;

Requalifier le boulevard Berthier, notamment au niveau commercial, en développant les commerces aux abords de la cité judiciaire, fort pôle d'attractivité où je rappelle que 8.000 visiteurs/jour sont attendus ;

Le maintien du plafond P.L.U. actuel sur la Z.A.C. Clichy-Batignolles, à l'exception de la zone nord entre le boulevard périphérique et le boulevard Berthier, justement pour accueillir la cité judiciaire ;

Nous proposons également le transfert du bâti au Nord de la Z.A.C. pouvant prendre la forme d?un immeuble de grande hauteur : bureaux, hôtel et logements résidentiels ;

Nous souhaitons également sécuriser et aérer l'axe longeant les voies ferrées Cardinet-Berthier en ouvrant le bâti sur les espaces verts ;

Nous continuons à lutter et à souhaiter, contrairement à ce qui a été dit par la S.P.L.A., l?implantation de l?arrêt de la ligne 14 Pont Cardinet au sud de la Z.A.C. ;

La réalisation par ailleurs d'un parking souterrain aux abords de la cité judiciaire, avenue de la Porte de Clichy ;

L'augmentation des espaces verts ;

Une meilleure prise en compte des besoins en termes d'équipements de proximité.

Monsieur le Maire, ne nous y trompons pas : il en va de l?avenir des habitants et du visage de l?Ouest parisien. Les enjeux sont majeurs ; ils nous dépassent tous, et vous comprendrez bien que je ne saurai l?aborder de manière politicienne. C?est donc dans cet état d?esprit que j'ai souhaité rencontrer Mme HIDALGO et que je propose maintenant au Maire de Paris de venir sur place pour qu'enfin, sur ce dossier, le dialogue entre la mairie d'arrondissement et la Mairie de Paris soit constructif.

C'est pourquoi nous vous demandons de mandater Paris-Batignolles Aménagement pour que soit mises à l?étude, en lien avec l?urbaniste-aménageur, les propositions des élus de la majorité municipale du 17e sur l'aménagement du dernier quartier qui reste à construire sur Paris.

Je vous remercie.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - Madame HIDALGO, vous avez la parole.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe. - Merci, Monsieur le Maire.

Mme KUSTER ne manque pas de constance. Elle nous parle de nouveaux regards. À quand le prochain ? Le précédent nouveau regard, c'était remplacer les logements sociaux par un conseil régional que Mme KUSTER s'évertuait à demander ; je l'ai même entendue en Conseil régional dire au président de la Région qu'elle avait de la place dans le 17e pour accueillir l'hôtel de Région - c'était il y a quelques mois - et aujourd'hui, un nouveau regard. À quand le prochain ?

D'abord, en ce qui concerne ce projet, nous venons de franchir une étape très importante puisque l'enquête publique vient de se terminer, et je recommande à chacune et à chacun et chacune et chacun se reconnaîtra - de laisser travailler la commissaire-enquêteur en toute sérénité, dans l'indépendance qui est la sienne ; je recommande à chacune et à chacun d'attendre patiemment le rapport de la commissaire-enquêteur qui devra ensuite être examiné ici, au Conseil de Paris, pour que nous puissions, en cas d'avis favorable, entériner l'évolution du P.L.U. et de la Z.A.C. et entériner le déplafonnement lié à l'implantation du T.G.I. et le déplafonnement jusqu'à 50 mètres pour certains immeubles de logements. Donc, attendons patiemment que chacun fasse son travail.

Par ailleurs, je voudrais tout de même préciser à Mme KUSTER qu'après avoir voulu faire venir le Conseil Régional, après avoir réclamé à grands cris, sans qu'ils le souhaitent eux-mêmes, l'intervention de l?A.I.G.P? En fait, Mme KUSTER souhaite, non seulement empêcher, et si elle ne peut pas empêcher, retarder la production et la livraison de cette Z.A.C. et notamment des logements sociaux.

Je crois qu'il faut le dire, il faut appeler un chat un chat, Mme KUSTER ne souhaite pas qu'il y ait des logements sociaux sur le secteur de Clichy-Batignolles. "Elle n'est pas la seule", vous me le confirmez. Je l'ai entendue aussi, d'ailleurs, dans les réunions publiques que j'ai pu faire dans le 17e arrondissement. Merci d'avoir la sincérité de le reconnaître, au moins vous le reconnaissez.

Nous ne pouvons pas être d'accord, Madame KUSTER. Vous savez, nous avons coopéré, nous coopérons avec l'État. Je rencontre souvent le Préfet de Région, je rencontre souvent toutes les autorités, celles qui travaillent sur le projet, notamment du T.G.I. L'arrivée du T.G.I. ne peut pas se concevoir sans les évolutions que nous apportons à la Z.A.C., et notamment le fait d'avoir un certain nombre d'immeubles atteignant les 50 mètres pour du logement social ou pas social. C'est une condition sine qua non. Je vous l'ai dit, je l'ai dit là aussi à chacune des autorités compétentes : c'est pour nous un projet global. Il n'y aura pas déplafonnement pour le T.G.I. sans déplafonnement pour les logements sociaux. C'est l'un et l'autre ; ce n'est pas l'un sans l'autre. Je le redis pour que les choses soient très claires, parce qu'il va de soi que l'équilibre de ce quartier passe aussi par le projet auquel nous sommes attachés, de mixité sociale.

Madame KUSTER, je vous le redis : votre proposition et votre démarche ne sont pas sérieuses, pas responsables. Elles visent simplement à faire perdre du temps, ce que nous ne souhaitons pas.

Il y a une urgence, d'abord à aménager ce secteur qui est étudié depuis de longs mois, en liaison avec un architecte coordonnateur, M. GRETHER, qui fait son travail sérieusement.

Il y a urgence à loger des gens qui aujourd'hui sont en attente de logement. Je crois savoir qu'ils sont mêmes assez nombreux à être inscrits sur les listes de demandeurs de logement du 17e arrondissement.

Pour toutes ces raisons, Madame KUSTER, j'émettrai un avis défavorable, et je vous renverrai à la lecture d'un magazine ; cela ne vous choquera pas : il s'agit du Figaro magazine de ce week-end, très intéressant, qui parle notamment des grands projets d'aménagement urbain à Paris en des termes très positifs, d'ailleurs, sur Clichy-Batignolles. Il y a également un très bon article d?Édouard FRANÇOIS, architecte-designer qui explique notamment? vous savez qu?Édouard FRANÇOIS va construire le premier immeuble de logement social de 50 mètres dans le 13e arrondissement et il dit (d'ailleurs il a été président d'une association importante qui s'appelle "Urbanisme et Démocratie") :

"Ce n'est pas parce que la hauteur a été par le passé mal exploitée que nous ne pouvons pas innover. Regardez Notre-Dame de Paris, elle fait plus de 50 mètres et ne choque pas. Plus le bâtiment est haut, plus on se sent une responsabilité patrimoniale".

Je vous invite à lire ce très bon article du "Figaro Magazine" de ce week-end et j'émets un avis défavorable à votre v?u.

Merci.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - Madame KUSTER, vous avez présenté votre v?u et Mme HIDALGO vous a répondu au nom de l'Exécutif. Il faut passer au vote. C'est la procédure, c'est comme cela.

Madame, vous souhaitez procéder à une explication de vote sur un v?u que vous avez présenté... Madame KUSTER, je vous ai déjà laissé presque quatre minutes pour présenter votre v?u, alors que normalement, on n'a qu'une minute.

Je vous accorde 30 secondes, mais franchement, il y a quand même de l'exagération.

Mme Brigitte KUSTER, maire du 17e arrondissement. Monsieur le Maire, vous parlez d'exagération. Combien de temps avons-nous passé tout à l'heure sur des sujets qui n'avaient absolument pas trait à la vie parisienne ?

Nous sommes là en train de parler d'un quartier entier. Peut-être que cela vous ennuie, mais j'aimerais que l?on prenne le temps de discuter du 81e quartier de Paris, si cela ne vous dérange pas, Monsieur l?adjoint au Maire, au lieu de parler d'un tas d'autres sujets qui ne concernent pas la vie de Paris.

Je vais répondre, point par point, à ce qui vient d'être dit. Je regrette, c?est comme cela. Je ne peux pas laisser dire des choses qui ne sont pas vraies.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - Madame la Maire, Madame KUSTER, s'il vous plaît.

Vous avez présenté un v?u. Je vous rappelle que la procédure de présentation des v?ux, c'est une minute. Vous avez utilisé pratiquement quatre minutes et je n'ai rien dit, tout à l'heure.

Je sais que c'est un débat important, nous aurons l'occasion d'y revenir. Si vous le souhaitez, vous pourrez redéposer d?autres v?ux.

Soit vous retirez votre v?u et vous faites une explication de vote par rapport à votre v?u, soit nous mettons le v?u au vote et nous passons ensuite à l'ordre du jour.

Nous avons beaucoup de projets de délibération importants.

Retirez-vous votre v?u ?

Madame KUSTER, je ne peux pas vous laisser répondre point par point à Mme HIDALGO. Vous pouvez reprendre la parole pour dire si vous maintenez votre v?u ou si vous le retirez en 30 secondes.

Ensuite, nous passerons au vote.

Je vous remercie.

Mme Brigitte KUSTER, maire du 17e arrondissement. Je vais vous dire, je vous ai tous regardés applaudir. C'est vraiment lamentable.

Quand vous êtes élu d'arrondissement, n'avez pas au fond de vous le souhait de défendre ce pourquoi vous vous battez ?

Bravo, allez-y !

Je pense que nous avons des choses à dire en tant qu'élus d'arrondissement, mais ayez au moins le respect d'écouter de temps en temps. Nous avons autant de légitimité que vous.

C'est insensé !

Cela vous ennuie, vous êtes en train de faire des conneries sur les Batignolles, alors arrêtez, écoutez-nous un peu !

Peut-on avoir un dialogue, est-ce possible de se faire écouter et de vous dire les choses ? Est-ce possible ?

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - Madame KUSTER, il y a un règlement de fonctionnement de notre Assemblée.

Dans ce règlement, il est stipulé que, pour présenter un v?u, nous avons une minute. Vous avez largement débordé de votre temps et je vous ai laissé le faire.

Mme HIDALGO vous a répondu, désormais nous passons au vote.

Vous avez la possibilité d'intervenir en tant que maire d'arrondissement sur un projet de délibération, ce n'est pas un projet de délibération, c'est un v?u.

Vous pouvez reprendre la parole et donner une explication de vote rapide, mais ce n'est pas un projet de délibération.

Si vous souhaitez revenir sur ce débat, nous aurons l'occasion d?en redébattre, mais nous avons aussi d'autres projets de délibération et c'est l'ordre du jour qui prévaut sur le reste.

Madame DOUVIN ?

Mme Laurence DOUVIN. - Monsieur le Président, pour la sérénité des débats, je demande une interruption de séance.

Je vous remercie.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - Une interruption de deux minutes.