Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 2011
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

61 - 2011, DU 58 - Echange foncier entre la Ville de Paris et l'Etat - la Cité Internationale Universitaire de Paris portant sur plusieurs terrains dans l'enceinte de la Cité et sur des emprises de voirie (14e).

Débat/ Conseil municipal/ Mars 2011



 

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Nous examinons maintenant le projet de délibération DU 58, relatif à des échanges fonciers sur la Cité internationale universitaire dans le 14e arrondissement.

Pascal CHERKI, le maire du 14e, est inscrit. Je lui donne la parole.

Didier GUILLOT et Jean-Louis MISSIKA, si besoin, lui répondront.

M. Pascal CHERKI, maire du 14e arrondissement. Simplement pour me féliciter de cette avancée. On peut dire que c'est un dossier compliqué que la Ville a essayé de débrouiller avec la Cité internationale universitaire depuis longtemps.

Ce protocole entre la Ville, l'Etat et la Chancellerie des universités de Paris, porte sur un objet un peu abscons mais qui est essentiel pour l?évolution de la Cité internationale universitaire, à savoir l?échange foncier.

Je ne vais pas être trop long, je rappellerai juste - c?est pour cela que j?interviens - qu'elle s'étend quand même sur 34 hectares dans le 14e arrondissement. Elle accueille 40 maisons, construites pour la plupart dans les années 1920 ; ce sont des missions d'accueil d'étudiants et de chercheurs étrangers. Il y a près de 10.000 résidents, donc c'est un gros bout de quartier de ville, dont 77 % d?étrangers, dont 92 % d'étudiants et 10 % de chercheurs.

C'est une institution, tant au sens universitaire pour la Ville de Paris que pour le 14e arrondissement.

Un travail considérable a été fait dans la précédente mandature, d'ouverture, de rapprochement avec la Cité universitaire, qui a fait l?objet d?une convention multiple sur le sport, les espaces verts, la culture. Nous-mêmes, dans l?arrondissement, nous bénéficions du rayonnement du théâtre de la Cité universitaire et je voudrais saluer le travail de Pascale HENROT, sa nouvelle directrice.

Il y a aussi des équipements sportifs que je souhaite voir plus ouverts à la population. J?en profite pour dire que ce serait bien qu'on revoie les créneaux d?attribution des piscines et notamment qu?on réserve quelques créneaux de piscine aux riverains dans un quartier où il n'y en a pas du tout.

Voilà, mais bon, je ne voulais pas parler de cela aujourd'hui, je voulais dire qu'il y avait une situation financière complexe qu'il fallait régulariser pour permettre de construire de nouveaux logements pour accueillir des étudiants, et - j?insiste là-dessus - des chercheurs.

Je sais que, là-dessus, Jean-Louis MISSIKA aussi y est très attaché.

On avait une situation foncière complexe : trois propriétaires qui se partageaient le terrain, une situation qui apparaissait inextricable. Finalement, on y est arrivé. On y est arrivé comment ? Sous la forme d'un échange foncier qui va permettre à la Cité universitaire de se développer, avec le soutien de la Ville et de la Région, pour construire des logements étudiants et des logements de chercheurs, et à la Ville aussi de le faire.

Moi, je souhaite, et c?est pour cela que je voulais vraiment remercier Didier GUILLOT et Jean-Louis MISSIKA, que ce protocole d'échange permette après, dans un second temps, qu'on remette sur le chantier la réactualisation de notre convention pour qu?on puisse passer à une deuxième étape de l?actualisation de nos relations avec la Cité internationale universitaire, qui est un acteur très important pour Paris et pour le 14e arrondissement.

Voilà, je voulais me féliciter simplement de l'arrivée de cette délibération et vous dire qu'elle a été votée à l?unanimité et avec enthousiasme par le Conseil du 14e arrondissement.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Merci beaucoup.

Puisque tout le monde est d?accord, on va pouvoir aller vite.

M. Didier GUILLOT a la parole.

M. Didier GUILLOT, adjoint, au nom de la 2e Commission. - Merci, Monsieur le Maire.

Au nom de la majorité municipale et plus particulièrement au nom des huit adjoints qui se sont investis sur ce dossier, je suis fier de proposer au vote des conseillers de Paris ce protocole d'accord.

Si l?essentiel du programme de construction de logements étudiants engagé depuis 2001 se réalise d?abord avec notre partenaire essentiel, le C.R.O.U.S., la Cité internationale universitaire a été et reste un acteur majeur de la vie étudiante, avec lequel la Ville de Paris souhaite travailler.

Investie d'une mission d'accueil des étudiants et des chercheurs étrangers à Paris, la Cité internationale universitaire est d?abord un acteur original de la vie étudiante : avec plus de 5.500 logements, ils sont 10.000 résidents, dont les trois quarts sont étrangers, à bénéficier d'un cadre de service exceptionnel pour réussir leurs études et s?intégrer dans la Capitale. Ce lieu unique au monde permet à des étudiants de tous les continents de venir étudier à Paris dans les meilleures conditions avec un règlement original qui permet un brassage dans chacune de ses maisons, dont certaines sont de véritables pépites architecturales.

Ce creuset de la paix, construit au lendemain de la Grande Guerre, fait vivre dans le quotidien à de milliers d'étudiants une idée résolument moderne et si rare : l'internationalisme. Ouvert sur la ville, ce carrefour international d'échanges s'adresse plus largement à tous les Parisiens, grâce à ses vastes espaces verts accessibles au public, ses terrains de sports partagés, son restaurant fréquenté par des étudiants de tout Paris ou encore son théâtre à la programmation de très grande qualité et appréciée des habitants du 13e et du 14e arrondissement. Ce lieu est exemplaire de la façon dont nous envisageons le campus de Paris ouvert sur la ville.

Au-delà de son rôle de propriétaire originel d'une partie des terrains, la Ville de Paris est déjà intervenue lors de la précédente mandature pour financer des rénovations de maisons, pour rénover les espaces verts, pour créer de nouvelles résidences hors les murs de la Cité, dans le 19e arrondissement notamment. La Ville de Paris a également implanté sur ce site le "Service d'accueil des étudiants étrangers", plateforme et guichet unique des services publics, particulièrement appréciée des étudiants étrangers qui arrivent à Paris à chaque rentrée.

L'imbrication des propriétés partagées entre l'Etat, la Ville et la Chancellerie des universités de Paris, a cependant abouti à un enchevêtrement des parcelles et du foncier, qui devenait ingérable pour développer de nouveaux projets avec la C.I.U.P.

Pour sortir de cette complexité et permettre la construction de nouvelles maisons dans la Cité, la Ville de Paris avait déjà révisé le P.L.U. en 2006. Nous souhaitons donc faire aboutir cette démarche de régularisation de la situation foncière que nous avons entamée et sur laquelle les partenaires concernés travaillent depuis 1941.

A la lumière de ce contexte, il me semble donc que les termes de l'accord que je soumets aujourd'hui au Conseil de Paris sont à apprécier dans leur dimension historique et je me réjouis ainsi que la Ville contribue, avec l'Etat et la Chancellerie des universités de Paris, à l'établissement d'un échange équilibré des parcelles.

C'est une occasion unique pour la Cité de relancer la construction de logements sur son site, avec un potentiel de plus de 1.000 nouveaux logements, et d?y accueillir de futurs étudiants et chercheurs. De son côté, la Ville de Paris va pouvoir remplir une partie de son objectif de mandature de créer des logements de chercheurs, mais Jean-Louis pourra en parler mieux que moi.

Je précise d'ailleurs que non seulement la Ville pourra le faire mais également la Région qui pourra ainsi construire sa Maison de la Région Ile-de-France, à laquelle elle tenait depuis de nombreuses années.

Enfin, dans le cadre de ce protocole, la Ville de Paris pourra construire de nouveaux logements étudiants et chercheurs, également sur la parcelle Paul Vaillant-Couturier située de l'autre côté du périphérique.

Au-delà du logement, cet accord permettra à la Ville de réaliser une partie de l?engagement très fort du Maire de Paris sur l'ensemble des projets de vie étudiante.

Les projets liés à l'activité sportive, culturelle ou à la restauration sur le site ne manquent pas et je ne doute pas qu'une fois cet accord signé, effectivement, la Ville de Paris et la Cité se remettront au travail pour voter une nouvelle convention thématique.

Je tiens à souligner que nous serons particulièrement vigilants pour que soient tenus les engagements pris pour le déplacement et la reconstruction du terrain de rugby du parc ouest.

Enfin, au nom de l'Exécutif, je veux remercier ici les services de la Ville de Paris et tout particulièrement de la DU qui, sous l?égide du Secrétaire général, ont su mener ce travail de fourmi, très long et fastidieux, avec une très grande efficacité.

Pour donner un nouveau souffle à la vie étudiante sur la Cité internationale universitaire de Paris et favoriser l'attractivité internationale de Paris, je vous demande, Mesdames et Messieurs, de voter cette délibération.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Merci beaucoup, Didier GUILLOT.

En complément, Jean-Louis MISSIKA ?

M. Jean-Louis MISSIKA, adjoint, au nom de la 2e Commission. - Juste un petit mot.

D?abord pour féliciter mon collègue Didier GUILLOT d'avoir piloté cette négociation complexe et difficile qui impliquait énormément d?adjoints, de directions de la Ville et de partenaires extérieurs.

Je pense que c'est vraiment un accord historique, parce que cet enchevêtrement de parcelles et ces propriétés croisées constituait un blocage pour la construction de logements pour les étudiants, pour les chercheurs. Le fait que cette négociation n'avait pas pu aboutir, depuis plus d?une soixantaine d'années, est la preuve que ce n'était pas simple à résoudre. Je crois que tout le monde doit se féliciter de cet accord.

En ce qui me concerne, je dirai que le bâtiment Victor Lyon, qui fait partie de cette négociation, sera entièrement rénové par la Ville de Paris et nous aurons enfin une maison des chercheurs de la Ville de Paris à la Cité universitaire, ce qui n'est pas rien.

C'est extrêmement important sur le plan symbolique : de la même façon qu'il y aura une maison de la Région Ile-de-France, il y aura une maison des chercheurs de la Ville de Paris. Rien que cela est important d'un point de vue symbolique pour la Ville de Paris.

Je vous remercie.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Merci beaucoup.

Je mets donc aux voix, à main levée, le projet de délibération DU 58.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est donc adopté à l'unanimité. (2011, DU 58).