Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 1998
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

52 - 1998, DASCO 34 - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer avec le Département de Paris une convention de délégation de maîtrise d'ouvrage pour la construction d'une école polyvalente de 12 classes, rue Cugnot (18e)

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 1998


M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - Nous examinons à présent le projet de délibération DASCO 34 autorisant M. le Maire de Paris à signer avec le Département de Paris une convention de délégation de maîtrise d'ouvrage pour la construction d'une école polyvalente de 12 classes, rue Cugnot, 18e arrondissement.
La parole est à Melle BOUYGUES.
Melle Claudine BOUYGUES. - Nous nous prononçons ce soir sur la convention de délégation de maîtrise d'ouvrage de la Ville au Département pour la construction de l'école polyvalente de 12 classes, place Hébert.
Je voudrais souligner la satisfaction des élus du 18e arrondissement, tous courants confondus, de voir ce projet d'aménagement du groupe scolaire évoluer favorablement.
Il s'agit de la construction d'un collège et d'une école réclamée depuis de longue date par les parents d'éléves, les enseignants et l'ensemble des habitants de ce quartier pour les enfants de ce secteur dans la mesure où les places dans les établissements scolaires sont déficitaires.
Le Conseil de Paris du 7 juillet dernier décidait d'acquérir les emprises nécessaires pour la construction du collège et d'une école à la Chapelle.
Nous voterons ce projet qui va dans le bon sens, mais je voudrais insister sur deux points qui nous paraissent importants pour les enfants de ce quartier qui rencontrent de grosses difficultés.
Je veux tout d'abord insister sur les délais de construction de cet équipement dans la mesure où plus vite les équipements seront livrés, mieux ce sera pour tout le monde.
Je souhaite aussi vous faire une deuxième demande qui concerne plus spécialement la Direction de la Jeunesse et des Sports et l'adjoint au Maire compétent : vous savez que ce quartier souffre d'un manque d'équipements sportifs. Nous savons que de nombreux jeunes ne s'inscrivent pas forcément dans les équipements collectifs, pour des problèmes de plages horaires, de disponibilité de ces équipements, mais aussi par manque d'équipements sportifs dans le quartier. Nous pensons utile de programmer un tel équipement et, au moins, une aire de jeux pour les jeunes sur ces emprises, soit à proximité immédiate du collège, soit à côté de l'école.
Il est tout à fait possible, je pense, qu'un équipement sportif soit prévu dans le cadre du collège et, dans ce cas-là, je vous demande de nous le confirmer ; et si tel n'était pas le cas, je vous demande de prendre les dispositions nécessaires pour arriver, in fine, à l'aménagement de ce type d'équipement.
M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - Je donne la parole à M. Jean de GAULLE.
M. Jean de GAULLE, adjoint, au nom de la 4e Commission. - Je voudrais tout d'abord remercier Mme BOUYGUES de nous avoir précisé combien elle était satisfaite de la création de cette école polyvalente de 12 classes qui, comme elle l'a bien compris, sera réalisée concomitamment à un collège. C'est la démonstration qu'il y a, de la part de la Municipalité, sur ce point particulier, une attention soutenue.
L'ensemble des dispositions a été arrêté pour permettre la mise en service de cette école dès la rentrée 2001, soit un an de moins que nécessaire habituellement pour un tel équipement.
Il a été décidé qu'il n'y aurait qu'une seule maîtrise d'ouvrage confiée au Département de Paris. C'est l'objet de la convention qui vous est soumise aujourd'hui et qui vous sera présentée le 5 octobre au titre du Conseil général.
Dans le même souci d'efficacité et de rapidité, ces équipements feront l'objet d'un concours unique d'architecture dont les projets seront rendus par les concurrents d'ici à la fin novembre.
C'est la démonstration même, et ces deux exemples en témoignent, de la volonté de la Ville de Paris de réduire tous les délais qui peuvent l'être, dans le strict respect des règles juridiques ; et vous pouvez, en ce qui me concerne, compter sur ma vigilance.
M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DASCO 34.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté à la majorité, M. REVEAU s'étant abstenu. (1998, DASCO 34).