Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 2011
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

10 - 2011, Vœu déposé par le groupe PCF/PG relatif à la situation de Salah HAMOURI.

Débat/ Conseil municipal/ Mars 2011



 

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. Nous examinons à présent des v?ux qui ne se rattachent à aucun projet de délibération.

Le v?u n° 7, déposé par le groupe Communiste et élus du Parti de Gauche est relatif à la situation de Salah HAMOURI.

Je donne la parole à M. LHOSTIS.

M. Alain LHOSTIS. - Merci, Madame la Maire.

Salah HAMOURI aura 26 ans en avril. Comme vous le savez, il est en prison en Israël depuis bientôt cinq ans, condamné à sept ans de prison.

Aujourd'hui, nous intervenons à nouveau, même si sa situation a fait l'objet de v?ux, suivis de débats au sein du Conseil ces dernières années, mais il faut à nouveau en parler. C'est le silence qui nuit aux personnes qui sont emprisonnées.

Il faut mettre un terme à la privation de liberté d'un jeune, "coupable" d'aimer sa terre natale, la Palestine, qui n'a toujours pas droit à avoir un État.

Pour cette raison, Ian BROSSAT et Alain LHOSTIS, au nom des élus du groupe Communiste et élus du Parti de Gauche, proposent que le Conseil de Paris affirme son exigence de libération immédiate de Salah HAMOURI, demandent au Maire de Paris de recevoir la mère de Salah HAMOURI - qui est française, je le rappelle - et demandent au Maire de Paris, s'il est amené à se rendre en Israël, de lui rendre visite dans sa prison afin de lui apporter le soutien de la Ville de Paris.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. Merci, Alain LHOSTIS.

Je donne la parole à M. Pierre SCHAPIRA.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint. - Merci, Madame la Maire.

Ce n'est pas la première fois, évidemment, que l'on a ce v?u sur Salah HAMOURI.

Cela m'ennuie d'être répétitif, mais je vais le faire. Le Maire de Paris a vu la mère de Salah HAMOURI au Consulat général de France, le Maire de Paris a écrit à Salah HAMOURI dans sa prison, le Maire de Paris a plaidé auprès de Shimon PERES pour la libération de Salah HAMOURI.

Avec notre collègue, M. LHOSTIS, nous avons organisé une réunion ici, à l'Hôtel de Ville avec la mère de Salah HAMOURI pour marquer notre solidarité.

Si elle vient à Paris le 22 et le 25 avril, il n'y a pas de souci pour la recevoir. Si le Maire est libre, il la recevra, sinon je la recevrai avec une délégation, s'il le faut.

J'ajoute que Salah HAMOURI doit sortir en novembre, d'après les informations de l'ambassade de France en Israël.

Je n'ai pas d'opposition au v?u, tel qu'il est proposé, tout en sachant qu'il est en prison, mais qu'il n'est pas le seul, hélas, à être en prison. Il y en a qui sont kidnappés et dont on n'a pas de nouvelles depuis de nombreuses années.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. Merci beaucoup, Pierre SCHAPIRA.

J'ajoute que j'avais reçu d'ailleurs la maman de Salah HAMOURI lors de sa dernière visite à Paris. Je redonne la parole à Alain LHOSTIS.

M. Alain LHOSTIS. - Bien évidemment, ce qu?a rappelé Pierre SCHAPIRA et ce que vous venez de rappeler, Madame la Maire, est important, sur le fait que vous avez reçu personnellement la maman de Salah, Denise.

Je voulais simplement dire qu'il y a une contradiction entre la réponse qui vient d'être faite par le chef du cabinet du Maire de Paris et le fait que vous proposiez de voter ce v?u puisque, au fond, vous validez le jugement prononcé par un tribunal militaire, c'est écrit dans le texte.

Vous déniez le fait qu'il n'y a rien dans son dossier, ce qui est reconnu même aujourd'hui à l?Élysée, ce qui est particulièrement curieux. Surtout, vous faites état, Monsieur le Maire, de contacts réguliers avec l?avocat français de Salah. C'est strictement impossible car Salah n'a pas d'avocat français.

Vous ne pouvez donc pas avoir de contacts réguliers avec l'avocat français de Salah HAMOURI.

Je regrette d'être obligé de dire cela, mais puisque cette réponse de votre chef de cabinet est publique, je vous demande de bien vouloir rectifier, en conformité avec la proposition que vous faites de voter le v?u que nous avons proposé.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. Pierre SCHAPIRA ?

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint. - Je ne sais pas de quoi vous me parlez, il m?est donc délicat de parler de quelque chose que j'ignore.

Je suis pour le vote du v?u.

M. Alain LHOSTIS. - Excusez-moi, Madame la Maire, je vais faire remettre à M. SCHAPIRA ce que j'ai fait passer au cabinet du Maire puisqu?il y a apparemment un problème de communication par papier, ce que j'ai fait déjà à deux reprises depuis le début du week-end, sur cette question.

Il est assez important qu'on ne maintienne pas cette idée. Je vous le rappelle et vous devez le savoir, en Israël, il n'est pas possible de plaider devant un tribunal quand on est étranger.

C'est une question claire et surtout, je le répète, il n'y a pas d'avocat français. C'est très important.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Je prends note, je ne connais pas non plus ce courrier. On va regarder, mais le propos de M. SCHAPIRA a été très clair, c'est un avis favorable sur ce v?u.

Je vais donner la parole à Mme Valérie HOFFENBERG pour une explication de vote du groupe U.M.P.

Mme Valérie HOFFENBERG. - Merci, Madame le Maire, mes chers collègues.

Comme l?a dit Pierre SCHAPIRA tout à l'heure, Salah HAMOURI sera libéré le 28 novembre prochain, au terme de sa condamnation.

La France, Monsieur, si vous voulez bien me laisser parler, par la voix de son Ministre, par la voix de ses ambassadeurs, que ce soit l'ambassadeur en Israël Christophe BIGOT, l?ambassadeur des droits de l'homme mais aussi le consul de France à Jérusalem, sont allés rencontrer à plusieurs reprises Salah HAMOURI, qui a reçu des visites, nombreuses d'ailleurs, de députés communistes il n'y a pas très longtemps.

La France est intervenue pour que Salah HAMOURI bénéficie d'une grâce et d'une libération anticipée, mais ce dernier a toujours refusé une libération anticipée, car, pour cela, il aurait fallu qu'il exprime des regrets d'avoir participé à la tentative d'assassinat du Rabbin Ovadia Yossef.

Vous avez dit tout à l'heure qu'il n'y avait rien dans son dossier. Je suis désolée, mais ce ne sont pas les informations que nous avons par son avocat.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. Madame HOFFENBERG, c?est une explication de vote, nous n'allons pas faire le procès de Salah HAMOURI au Conseil de Paris.

Quel est le vote ?

Mme Valérie HOFFENBERG. - Très bien, l'U.M.P. votera contre ce voeu, car la manière dont il est rédigé est une mise en cause de la justice israélienne. La France a confiance en Israël et en sa justice et ne s'associera pas votre tentative de délégitimation de ce pays. Je regrette que le parti socialiste s?y associe.

Merci.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. Madame HOFFENBERG, je ne vous laisse pas tenir des propos pareils.

Vous pouvez avoir un avis différent, mais vous ne pouvez pas mettre en cause le Maire de Paris, l'ensemble de cette majorité municipale qui, sur le cas notamment de Salah HAMOURI, sur le cas également de Gilad SHALIT, sur tous ces sujets, intervient toujours en faveur de la défense des droits de l'homme, en ayant toujours à c?ur cette ligne de conduite.

Vous ne pouvez pas tenir des propos pareils et, chère Madame, je pense que vous n'avez pas été présente, pour dire des choses pareilles, aux différentes manifestations, qui ont permis notamment au Maire de Paris de rappeler son attachement à l'État israélien et le fait qu'il n'acceptait aucune mise en cause de cet État.

S'il vous plaît, je le redis ici, nous sommes en Conseil de Paris, vous pouvez avoir un point de vue différent, mais vous n'avez pas le droit de faire des mises en cause politiques comme celle que vous venez de faire.

Aussi, je mets aux voix, à main levée, ce v?u avec un avis favorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le v?u est adopté. (2011, V. 54).